Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/04/2013

UN AMI VAUT MIEUX QUE CENT PRÊTRES (ECRIVÎT VOLTAIRE)

VERBATIM:

"Voltaire écrivît : « Un ami vaut plus que cent prêtres ». Clément mon frère et mon ami, je te sais très discret, mais je ne pouvais pas me retenir pour te rendre hommage, car quoi qu’on en dise, tu rends beaucoup service aux congolais de la diaspora et de Kinshasa. Me. Evariste BOSHAB mêmement que tant de mécréants, jaloux, assassins insultent, ou critiquent comme ils n'ont rien d'autre à faire. MOI-MÊME J’EN SUIS UNE GRANDE ET VIVE ILLUSTRATION, par exemple, sur cette affaire de Mercedes comme la femme de l’Autre qui n’est plus là, il y a longtemps. Ma sympathie, mon affection, mon respect pour BOSHAB sont tellement incontournables que je le soutiendrai même si cela devait me coûter ce que ça me coûtera. Comme tu le sais très bien, JE N’AI ENCORE RIEN OBTENU DE LUI NI ARGENT, NI POSTE POLITIQUE. Mais, je reste RECONNAISSANT pour mon passé commun avec lui en Belgique et à Louvain-La-Neuve plus précisément. C’est dommage que d’autres plus malins aient profité de lui et de toi, pendant qu’ils vous canardaient dans le dos."


HOMMAGE ET RECONNAISSANCE A MON FRERE ET AMI CLEMANTUS !

L’histoire en reculons est aussi possible. Il n’y a pas que les gouvernants qui sont fautifs ou coupables. Dans le cas du peuple congolais, par exemple. Un peuple maudit, idiot, imbécile, laxiste comme celui-ci, il n’existe nulle part ailleurs. Qui aime bien châtie bien, dit-on. Je suis congolais de souche, c’est-à-dire pure sang, et je m’aime comme congolais. Il n’y en a aucun doute là-dessus. Néanmoins, à défaut d’être insulté, je m’insulte moi-même. Une façon aussi de ne laisser l’occasion à d’autres peuples de le faire à ma place même si tant d’autres, et le peuple rwandais en particulier, s’en est depuis belle lurette chargé ; depuis qu’il a surtout réduit le congolais à un simple rebus fait de BFM : bières, femmes, musiques. Allez-y comprendre. Pourtant, c’est la vraie vérité. J’en suis convaincu. Parce que ma réponse est sans conteste affirmative. En effet, le congolais a toujours été un insouciant congénital. Il est le seul homme de la planète qui là où les autres peuples acceptent la guillotine pour faire avancer les choses, se contentent des demi mesures, des compromis voire des compromissions.

Fainéant déclaré et assumé, son seul recours c’est Jésus-Christ. Celui né à Nazareth, mais dont les terres ne sont pas aussi pauvres que celles de l’homme congolais qui le vénère. Nullement antéchrist, tous ceux qui me connaissent n’en diront jamais le contraire : « je suis Jésus ». C’est-à-dire son frère et son ami. Il a beaucoup fait pour ma modeste personne. Il m’a aidé à relever des nombreux défis, et m’a donné surtout une santé de fer là où tant d’autres humains trop humains bavent. Seulement ce Dieu-là a lui-même demandé à chacun de ses fidèles de s’aider lui-même, et de travailler s’il veut voir la lumière. Tous ceux qui, en Occident où il est né, ont compris cette véritable prière qu’est le travail sont développés, civilisés, modernisés. Parce qu’il n’y a pas d’autre miracle que la création, la production et l’invention dans l’histoire. En Belgique, en France, en Allemagne dans les pays où j’y ai été et séjourné des jours, des mois, des années, une messe n’excède jamais une heure ! Parce qu’au-delà, les prêtres n’auront qui pour communier ! L’homme blanc n’a pas beaucoup de temps à perdre, mais à gagner, les anglais en sont la meilleure illustration « The time is money, disent-ils avec raison ». Sur une journée, il a son travail, et celui-ci est aussi important sinon plus important que la parole chrétienne. Et, Dieu est d’accord avec lui, car on voit bien son niveau très élevé de vie dans tous les domaines. Et, en plus, il domine le monde. Pourquoi ? Parce que, comme il ne prie pas pour prier, mais travaille beaucoup, son Dieu lui donne les moyens de sa force, de sa puissance pour dominer, pour exploiter, voire pour sodomiser ceux des peuples, comme les nôtres en Afrique et au Congo/Kinshasa plus particulièrement, qui ne font que remplir des églises et églisettes à la recherche d’un Paradis perdu, mais qui, en réalité, n’existe et n’a jamais existé nulle part sur cette terre des hommes. Il n’y a, en fait, des Paradis que pour ceux qui travaillent, c’est-à-dire créent, produisent, et inventent. Pas pour ceux que je vois ici qui, dès 16heures, remplissent aussi bien la 7ème rue de Limete/Kinshasa qu’ailleurs, obstruant la circulation, levant les mains au ciel écoutant un des vrais-faux pasteurs prétendant prêcher la bonne  nouvelle, mais en réalité les arnaquent. J’en ai tellement parlé là-dessus qu’y revenir, me ferait perdre l’essentiel.

Comment quitter son domicile le matin, mallette diplomatique à la main ou gros sac à dos, pour gagner son travail, mais en ne comptant que sur la mendicité, l’escroquerie, l’arnaque, la corruption. A Kinshasa et en RDC ce ne sont plus des fléaux, mais des modes de vie. Difficile de m’exprimer autrement. C’est comme ça. Tout est monnayable. Je dis bien tout. Comment dans des telles conditions espérer mieux : un pays riche et prospère. L’Etat ne gagne rien, car l’argent qu’il aurait pu gagner pour par la suite régénérer des ressources capables de l’aider à payer ses travailleurs et à développer le pays, passe dans les poches des inciviques malheureusement et totalement impunis. Un exemple pour comprendre ce que je dis : la voiture que j’ai envoyée de Belgique du 14/08/12 et arrivée à Boma (RDC) le 12/09/12, c’est-à-dire un mois comme l’agence Karim/Export le programma a failli disparaître entre Boma et Kinshasa ! Et, pourtant, quand l’homme blanc, voire métissé (il suffit d’avoir un peu de sang blanc) travaille sur un dossier tout roule en merveilles ! Mais jamais lorsqu’il s’agit de celui qui a la couleur noire, les yeux blancs, le nez épaté, et que l’homme blanc a dans son église fait représenter par Lucifer. C’est qui ? Je ne sais pas. Devinez et comprenez.

Qu’en a-t-il été, donc, de cette voiture Mercedes-Benz ? Eh bien, en dépit, de l’exonération dont elle a été bénéficiaire de la part du gouvernement congolais -, que je remercie au passage pour l’initiative et l’esprit de loi, une autre voiture devrait encore y débarquer prochainement même si je stresse à l’idée de devoir encore souffrir voire déranger mes soutiens kinois de nouveau –, chaque service, chaque bureau du Secrétariat général de l’ESURS à l’Onatra en passant par l’Ofida et par mon propre représentant personnel membre de famille, chacun y avait vu là un moyen de se faire payer le manque à gagner dont il se dit victime de la part de l’Etat congolais ! Et, c’est donc moi qui devais les nourrir, diable ! Je devais payer ici et là pour faire avancer le dossier ! Conséquence, la voiture est restée plus longtemps que prévue et faillit même être vendue aux enchères à Boma si un frère, un ami très cher CLEMENTUS KUETE Dircab de mon autre frère et ami Evariste BOSHAB n’y avait pas mis du sien ! Il a tout fait. Il a appelé chacun des responsables de chacun des services concernés pour leur donner des instructions précises. Sans cela, j’aurais connu le pire ! Et lorsque des instructions viennent du cabinet de CLEMENTUS ça ne rigole jamais. Le 18 mars 2013, enfin, la voiture arrivée le 12 septembre 2012 à Boma finit par gagner Kinshasa.

Autre détail important : au départ de Bruxelles, il y a en la salle d’attente de l’agence Karim/Export une note écrite à l’attention de la clientèle qui dit ceci « Chers clients faites attention à vos voitures exportées pour la RDC et le port de Boma en particulier … Nous ne sommes pas responsables des voles et dégradations … Ce rappel ne concerne que nos clients congolais » ! Je faillis m’écrouler, en lisant ça, en me disant merde mais c’est quoi ça ce pays ? Au fait, que se passe-t-il à Boma ? Les véhicules sont vandalisés. Les « braconniers » les dépècent pour par la suite vendre les pièces soit sur place, soit à Kinshasa notamment où, aujourd’hui, il y a plus des pièces de rechange que de véhicules, surtout des Mercedes-Benz 190, les plus en vogue, non pas parce que c’était les plus belles voitures, mais au contraire parce qu’elles s’avéraient plus efficaces mécaniquement. Je ne le savais pas. Le hasard fait parfois des bonnes choses. Mais attention ! Il y avait autant de nouvelles voitures, des « tracteurs » (Jeeps) à Kinshasa qu’à Bruxelles. Les Mercedes sont démodées et ne valent pas les voitures que je vois aux mains d’une certaine frange de la population congolaise, mais dont je ne suis pas sûr qu’elle les aient toujours méritées. Enfin là ne sont pas mes ouailles. Quant à ma vieille Mercedes si elle n’avait pas été vandalisée, c’est parce qu’un « conseiller technique » sénégalais travaillant chez Karim/Export/Bruxelles m’avait conseillé de dépouiller la Mercedes de toute esthétique intérieure voire extérieure : il y a ainsi arraché toutes les pièces décoratives intérieures, et extérieures … jusqu’à faire enlever le par-choc arrière et derrière. Au point qu’une fois à Boma, les voleurs s’étaient écriés oh mais quelle merde Mercedes ! Le tout placé dans le coffre et verrouillé à la colle plus que forte. Une fois à Kinshasa, il ne suffit qu’à y aller trouver un garagiste pour tout monter une pièce à une et voilà l’auto est belle comme au départ du pays civilisé qu’est la Belgique. Sans cela, avec le temps, que ça mis à Boma, je n’aurais eu que mes yeux pour pleurer comme un lion affamé.

Voltaire écrivît : « Un ami vaut plus que cent prêtres ». Clément mon frère et mon ami, je te sais très discret, mais je ne pouvais pas me retenir pour te rendre hommage, car quoi qu’on en dise, tu rends beaucoup service aux congolais de la diaspora et de Kinshasa. Me. Evariste BOSHAB mêmement que tant de mécréants, jaloux, assassins insultent, ou critiquent comme ils n'ont rien d'autre à faire. MOI-MÊME J’EN SUIS UNE GRANDE ET VIVE ILLUSTRATION, par exemple, sur cette affaire de Mercedes comme la femme de l’Autre qui n’est plus là, il y a longtemps. Ma sympathie, mon affection, mon respect pour BOSHAB sont tellement incontournables que je le soutiendrai même si cela devait me coûter ce que ça me coûtera. Comme tu le sais très bien, JE N’AI ENCORE RIEN OBTENU DE LUI NI ARGENT, NI POSTE POLITIQUE. Mais, je reste RECONNAISSANT pour mon passé commun avec lui en Belgique et à Louvain-La-Neuve plus précisément. C’est dommage que d’autres plus malins aient profité de lui et de toi, pendant qu’ils vous canardaient dans le dos. Pour tout ce qu’il a fait lors du décès de mon neveu Thierry Osongo, J’AI LE DROIT D’ÊTRE FIDELE A EVARISTE BOSHAB SANS ATTENDRE QUOI QUE CE SOIT DE SA PART. Voilà la vraie vérité que ne comprennent pas tant de gens de ma famille ou d’ailleurs. Car quelle est cette affaire de n’aimer quelqu’un que quand on reçoit de lui ? Ceux qui ne l’aiment pas ou le jalousent auraient, bien sûr, aimé être à sa place. Mais, ils oublient que dans la vie chacun a son étoile. Aujourd’hui, c’est son étoile, et elle doit briller encore et encore. J’en garderais la pérennité si je le pouvais.

CLEMENTUS BUZOOOOOOOOOOOOOO comment aurais-je fait avec ma voiture si je n’avais pas été ami et frère avec toi ? Un moulu certainement s’en serait emparé n’est-ce pas ? Moralité : au lieu de haïr le pouvoir, il faut l’aimer, car il sauve. MERCI CLEMANTUS pour tout. Dieu te garde, te bénisse, le fasse autant avec ta femme Véronique et tes beaux enfants. NE CHANGE PAS mon ami, continue ton bonhomme de chemin, et surtout continue à aider. Tu permets que je poste cet hommage, que tu ne m’as pas demandé, dans mon blog kilimandjero.blogs.dhnet.be.

 

Le Prince

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover Richard Gary OSONGO-LUKADI

-Chercheur habilité de philosophie du CRHIA de l’Université de Poitiers (France)

-Docteur en philosophie et lettres de l’ISP de l’Université Catholique de Louvain (UCL) (Belgique)

-Membre de la SPEP/APA (Association des Philosophes Américains),

de l’Association Canadienne de Philosophie (ACP)

-Professeur à l’ISP/Gombe de Kinshasa (RDC)

-Directeur-Editeur RAS-IAS et RpP-RphSp/CRPIC)

-Directeur-Administrateur/kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

-antoinedoverrichardol@hotmail.fr

-osongo_lukadi@yahoo.fr

« Ahora Siempre Adol’che »

 

Les commentaires sont fermés.