Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/09/2013

CONGO-KINSHASA : COMME SI LES VIOLS, MEURTRES DE NOS FEMMES, ENFANTS, HOMMES NE SUFFISAIENT PAS LES ASSASSINS RWANDAIS RECLAMENT DE "CONCERTER" EUX AUSSI!

VERBATIM:

""Nous tirons la sonnette d'alarme (...) avant qu'il ne soit trop tard, car les concertations nationales inclusives seraient l'une des occasions pour mettre fin à la crise récurrente à l'est de la RDC", poursuit la déclaration."


RDC: 11 groupes armés de l'est veulent une place aux concertations nationales
(AFP 16/09/2013 - 16:14)
Le député Jean-Pierre Lisanga Bonganga, coordonnateur de l'opposition pour la commission DDRR, a indiqué que son groupe pourrait réitérer cette demande mardi auprès du "présidium" responsable de l'organisation des assises.

KINSHASA, 16 septembre 2013 (AFP) - Une coalition de onze groupes armés actifs dans l'est de la République démocratique du Congo (RDC) souhaite participer aux "concertations nationales" en cours depuis une semaine à Kinshasa, selon un communiqué reçu lundi par l'AFP. Ce Conseil supérieur des groupes armés autochtones de l'Est (CSGA-Est), estime que les travaux des concertations sur la question du désarmement et de la démobilisation des groupes armés "ne seront efficaces que si toutes les parties au conflit armé y sont impliquées".

"Nous tirons la sonnette d'alarme (...) avant qu'il ne soit trop tard, car les concertations nationales inclusives seraient l'une des occasions pour mettre fin à la crise récurrente à l'est de la RDC", poursuit la déclaration.

Parmi les signataires du texte figurent des rébellions accusées de graves exactions et visées ces derniers mois par des offensives de l'armée, comme l'Alliance des patriotes pour un Congo libre et souverain (APCLS), les Forces de résistance patriotiques en Ituri (FRPI) et les Raiya Mutomboki.

Le gouvernement a refusé la participation des groupes armés actifs aux concertations nationales qui se sont ouvertes le 7 septembre pour tenter de sortir la RDC de la crise qu'elle traverse, mais sans la majeure partie de l'opposition, qui les boycotte.

Le CSGA-Est dénonce le fait que les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23), qui ont concentré l'attention de l'armée depuis mai 2012, puissent s'entretenir avec Kinshasa. Il fait là allusion aux discussions qui ont repris le 10 septembre à Kampala, capitale de l'Ouganda, entre cette rébellion et le gouvernement congolais.

Les revendications de la coalition trouvent un écho aux concertations nationales, où, jeudi, les opposants au sein de la commission Désarmement, Démobilisation, Réinsertion sociale et Rapatriement des groupes armés (DDRR) ont suspendu pour une journée leur participation, exigeant une participation des groupes armés aux travaux.

Le député Jean-Pierre Lisanga Bonganga, coordonnateur de l'opposition pour la commission DDRR, a indiqué à l'AFP que son groupe pourrait réitérer cette demande mardi auprès du "présidium" responsable de l'organisation des assises. "C'est toujours les mêmes problèmes qui reviennent, et c'est parce qu'on ne règle pas les problèmes de fond", a-t-il ajouté

Les commentaires sont fermés.