Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/09/2013

CONGO-KINSHASA : VOICI LE RAPPORT DE LA RÉUNION DU COMITÉ CONJOINT DU DIALOGUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET LE M23 SUR LA SITUATION DANS L’EST DE LA RDC

VERBATIM:

"A l’en croire, la Communauté internationale n’attend plus que les conclusions heureuses de ces pourparlers. Le facilitateur reste convaincu que le dialogue allait se conclure très rapidement et il a exhorté le Gouvernement, via Raymond Tshibanda et le M23, via M. Abandi, à travailler encore dur et finir dès que possible. Toutefois, si le ministre ougandais se montre optimiste, il reste que du côté Kinshasa, on n’est pas du tout d’accord avec le texte proposé au mois de juin dernier. A cela vient s’ajouter les revendications importées du M23, notamment, au sujet de  FDLR et autres réfugiés tutsis éparpillés dans la région des Grands Lacs. "


Kampala : le facilitateur ougandais décrète une séance à huis clos !


Du 5 au 17 septembre 2013, il s’est passé exactement 12 jours, depuis que le 7e Sommet extraordinaire des chefs d’Etat de la CIRGL a recommandé au Gouvernement et au M23 de reprendre et, surtout, de clôturer, endéans 14 jours,  les discussions de Kampala. C’est hier, mardi 17 septembre 2013, que le ministre Ougandais de la Défense, Crispus Kiyonga, facilitateur de ces pourparlers, a rouvert la session de reprise des discussions. C’était à l’Hôtel Speke Resort Munyonyo, en présence des délégués de deux parties ainsi que des ambassadeurs de la France et de la Belgique. Dans son introduction, M. Kiyonga a rappelé que ce dialogue qui a débuté le 9 décembre 2012, dure depuis 9 mois. Raison pour laquelle il a souligné qu’il devient plus crucial d’y  mettre rapidement un terme, d’autant plus que le délai accordé par le 7e Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CIRGL est presque terminé.

A l’en croire, la Communauté internationale n’attend plus que les conclusions heureuses de ces pourparlers. Le facilitateur reste convaincu que le dialogue allait se conclure très rapidement et il a exhorté le Gouvernement, via Raymond Tshibanda et le M23, via M. Abandi, à travailler encore dur et finir dès que possible. Toutefois, si le ministre ougandais se montre optimiste, il reste que du côté Kinshasa, on n’est pas du tout d’accord avec le texte proposé au mois de juin dernier. A cela vient s’ajouter les revendications importées du M23, notamment, au sujet de  FDLR et autres réfugiés tutsis éparpillés dans la région des Grands Lacs.

Une séance à huis clos est attendue, pour faire avancer les discussions. Par ailleurs, le calme est revenu à la frontière entre la RDC et le Rwanda, après la relaxation du sous-officier des FARDC kidnappé par Kigali. Se trouvant dans la zone neutre qui sépare les deux pays, le soldat congolais a été harponné par des policiers rwandais au motif, selon le pays des mille collines, qu’il "menait des activités suspectes" du côté rwandais, plus précisément à Rubavu district. Le sergent-major Munanga Kusakana André de la 10e région militaire  a été, finalement,  libéré hier. Et ce, grâce à l’implication du mécanisme conjoint de vérification de la CIRGL. Le sergent-major Munanga est donc arrivé hier à Goma, accueilli par les autorités provinciales. "L’essentiel était de faire en sorte que la tension qui s’accentuait entre les deux pays baissent. C’est aussi une interpellation concernant la délimitation des frontières entre les deux pays. Cette zone neutre entre le Rwanda et la RDC n’est plus clairement délimitée. On y a construit de telle sorte qu’on ne sait plus si on se trouve au Rwanda ou en RDC", a indiqué,  pour sa part,  M. Ntumba Luaba, le secrétaire exécutif de la CIRGL. 

RAPPORT DE LA RÉUNION DU COMITÉ CONJOINT DU DIALOGUE ENTRE LE GOUVERNEMENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO (RDC) ET LE M23 SUR LA SITUATION DANS L’EST DE LA RDC 

HÔTEL SPEKE RESORT MUNYONYO, KAMPALA, 17 SEPTEMBRE 2013 

15h15'

Le Facilitateur du Dialogue entre le Gouvernement de la RDC et le M23, Dr Crispus Kiyonga, a ouvert la session de reprise des pourparlers. 

Il a salué les personnes présentes, l’Honorable Raymond Tshibanda, Ministre des Affaires étrangères et de la Francophonie de la RDC, Chef de la délégation du Gouvernement de la RDC. M. René Abandi, Chef de la délégation du M23. Les distingués délégués des deux Parties. M. Singo, représentant du Secrétariat exécutif de la CIRGL. Les représentants des observateurs. Et les distinguées personnes de l’assemblée. 

Il a souligné la présence de l’ambassadeur de Belgique, et la présence de l’ambassadeur de France, et a remercié les autres représentants. 

Il a souhaité à tous la bienvenue à cette réunion marquant la reprise des pourparlers du Dialogue. 

Il a dit que cette réunion intervenait à la suite du 7ème Sommet extraordinaire des chefs d’Etat et de Gouvernement de la CIRGL qui s’est tenu le 5 septembre 2013. 

Il a rappelé que le Dialogue a débuté le 9 décembre 2012, que les négociations durent donc depuis plus de 9 mois et qu’il devient toujours plus crucial de les mener à bien. 

Le dernier Sommet extraordinaire a accordé au Dialogue deux semaines supplémentaires pour conclure. Le délai est presque terminé, et il faut donc mettre rapidement un terme aux pourparlers. 

Depuis la clôture dudit Sommet, les consultations avec le Facilitateur et les deux Parties ont continué. Le Facilitateur est convaincu que tant le Gouvernement de la RDC que le M23 restent intéressés, restent engagés. La communauté internationale s’attend à ce que ce qui est maintenant connu sous le nom de DIALOGUE DE KAMPALA arrive à une conclusion heureuse. 

Et la présence de leurs Excellences souligne ce fait. 

D’autres personnalités éminentes se sont récemment jointes à Madame Mary Robinson pour soutenir le Dialogue. Il s’agit notamment de : 

L’Envoyé spécial de l’UA auprès de la Région des Grands Lacs

L’Envoyé spécial de l’UE aurès de la Région des Grands Lacs

Le Représentant spécial du Secrétaire général et chef politique de la MONUSCO

L’Envoyé spécial des Etats-Unis d’Amérique.

Le Facilitateur a souhaité dire encore une fois que des progrès remarquables avaient été effectués depuis le début  du Dialogue : 

La première grande étape a été la revue de l’état de mise en œuvre de l’Accord de Paix entre le Gouvernement de la RDC et le CNDP.

La deuxième grande étape a été la présentation des propositions de chacune des Parties au Facilitateur, qui les a consolidées. C’était en mars. Ensuite, un projet d’accord consolidé a été produit qui a été remis aux délégations. Des consultations supplémentaires ont eu lieu, suite à quoi la facilitation a produit une deuxième version consolidée, qu’elle a remise aux délégations. 

C’était là une étape très importante car elle a démontré la bonne volonté des parties après des mois de discussions. 

Les nombreux thèmes couverts ont mené à la définition de sujets spécifiques. 

Des discussions ont eu lieu sur la question de l’amnistie, sur la question de la libération des prisonniers. Des discussions intenses ont eu lieu sur la question du retour des réfugiés.

Il a aussi été question des biens expropriés, de la réconciliation nationale, de la commission d’enquête, de la revue de l’état de l’accord de 2009.

Il a en outre été question de déterminer comment procéder à la mise en œuvre des points ayant fait l’objet d’un consensus. 

Le Facilitateur a expliqué que ces éléments donnaient une idée des débats qui avaient eu lieu. 

Il s’est dit convaincu que les pourparlers allaient se conclure très rapidement et il a exhorté le Gouvernement, via M. Tshibanda, et le M23, via M. Abandi, à travailler encore plus dur et finir dès que possible. 

Il s’est dit convaincu que les Parties restaient fidèles à leur engagement. 

C’est ainsi qu’il a terminé son discours d’ouverture. 

Il a vérifié avec le Secrétariat que l’ordre du jour avait été distribué. 

Il a dit qu’il pensait qu’il faudrait discuter des articles 3, 4, 6, 7, 8, 9, 10, 11, 12 et 13. Que les délégations devaient décider où commencer, quoi garder, quoi rejeter, jusqu’à ce que tout les points aient été couverts. 

Suite à quoi il serait possible de passer à l’étape suivante. 

Il a dit que si les travaux se terminaient tôt, il serait possible de rédiger un communiqué de presse. 

Il a ensuite demandé aux délégués s’ils étaient d’accord avec l’ordre du jour ? 

Personne ne souhaitant prendre la parole, il a déclaré l’ordre du jour adopté et a remercié les délégués. 

Le Facilitateur a déclaré qu’il ajournait la séance d’ouverture, qu’il comptait passer à la séance à huis clos  et  a remercié l’assemblée.


Kinshasa, 18/09/2013 (La Prospérité / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.