Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/09/2013

CONGO-KINSHASA: COMME IL FALLAIT S'Y ATTENDRE LES MENDIANTS JOUENT LES PROLONGATIONS AH QUELS MERDIERS ?!

VERBATIM:

"Kinshasa: les "concertations nationales" sont prolongées de 5 jours Les "concertations nationales" destinées à sortir la République démocratique du Congo (RDC) de la crise politique, sociale et sécuritaire qu'elle traverse ont été prolongées avec l'objectif d'être terminées pour le 28 septembre, a-t-on appris samedi auprès des organisateurs."



Kinshasa: les "concertations nationales" sont prolongées de 5 jours


Les "concertations nationales" destinées à sortir la République démocratique du Congo (RDC) de la crise politique, sociale et sécuritaire qu'elle traverse ont été prolongées avec l'objectif d'être terminées pour le 28 septembre, a-t-on appris samedi auprès des organisateurs.
"Nous n'irons pas au-delà du 28. La semaine prochaine, avant samedi nous aurons terminé", a déclaré à l'AFP un membre de la cellule de communication du secrétariat technique chargé de l'organisation de ces rencontres, auxquelles participent près de 900 délégués à Kinshasa.

Ces "concertations nationales" avaient été ouvertes officiellement le 7 septembre par le chef de l'Etat, Joseph Kabila, réélu en 2011 à l'issue d'un scrutin contesté. Censées dégager un "consensus national" sur un certain nombre de sujets engageant l'avenir du pays,
elles sont boycottées par la majeure partie de l'opposition.

Aux termes du règlement intérieur, elles devaient durer quinze jours, soit jusqu'à dimanche, mais pouvaient être prolongées de cinq.

"Tout est mis en oeuvre pour que cela se termine dans les délais" impartis, a-t-on ajouté au secrétariat technique, "tous les groupes thématiques auront remis leur rapport au présidium à la fin du week-end", au plus tard lundi.

Les débats ont été ordonnés selon cinq Etats généraux: gouvernance et réforme des institutions, économie, désarmement et démobilisation des groupes armés, conflits communautaires, paix et réconciliation, et décentralisation et renforcement de l'autorité de l'Etat. Y participent délégués de la majorité, d'une petite partie de l'opposition et de la société civile, ainsi que des experts intervenant au nom de ces divers groupes.

Formé du président de l'Assemblée nationale, Aubin Minaku, et de son homologue du Sénat Léon Kengo wa Dondo, le présidium aura pour tâche de faire la synthèse des résultats de ces cinq groupes de travail, pour en tirer une série de recommandations à adresser au chef de l'Etat, après validation en assemblée plénière. Le secrétariat technique a évoqué la date du 28 septembre pour la remise du document à Joseph Kabila, qui devrait alors être rentré de New York où il doit participer à l'assemblée générale des Nations unies.


Kinshasa, 22/09/2013 (AFP / Belga / MCN, via mediacongo.net)

Vers un partage du pouvoir à l'issu des concertations ?


La "Coalition pour le vrai dialogue en RD Congo" (CVD), une plateforme pilotée par l'UNC de Vital Kamerhe, affirme qu'un projet de partage du pouvoir serait proposé aux concertations nationales. Selon la CVD, une formule "1+2" pourrait voir le jour : 1 président et 2 vices présidents. Un "partage" qui instaurerait "une présidence à vie" pour Joseph Kabila.

Dans un communiqué, la Coalition pour le vrai dialogue en RD Congo (CVD), une plateforme dans laquelle on retrouve l'UNC de Vital Kamerhe, le RCD-KML, l'UPC ou l'UDEMO, dénonce des manoeuvres à l'étude lors des concertations nationales. Selon cette coalition d'opposition, "une réunion se serait tenue loin de Kinshasa" au cours de laquelle "un schéma de partage du pouvoir" aurait été mis en place en vue de le soumettre aux délégués des concertations nationales. Il s'agirait d'une formule "1+2" : 1 président et 2 vices présidents. La CVD s'inquiète des conséquences qu'auraient une telle décision : "violations de la Constitution du 18 février 2006, dissolution de l' Assemblée nationale et du Sénat" et la possibilité pour le président Joseph Kabila, "au pouvoir depuis 12 ans d'instaurer une présidence à vie".

Pour le moment, aucune autre source ne nous indique qu'un tel projet est à l'étude à Kinshasa. Peu d'éléments filtrent des concertations nationales ouvertes depuis le 7 septembre dernier. Les principaux partis d'opposition, sauf le MLC, ont décidé de boycotter ces assises censées "favoriser l'émergence d'une cohésion nationale". La participation des groupes armés à longtemps été débattue avant d'être rejetée par le gouvernement. Seule "avancée" pour le moment, les délégués du groupe thématique «décentralisation» ont recommandé au président Joseph Kabila de "rapatrier la dépouille mortelle du feu président Joseph Désiré Mobutu et celle de feu Moïse Tshombe"… une demande dont on ne voit pas très bien le rapport avec la crise politique que traverse le pays.

La Coalition pour le vrai dialogue en RD Congo demande dans son communiqué "la suspension sans délai" des concertations et la "clôture immédiate des pourparlers de Kampala" entre la rébellion du M23 et le gouvernement congolais.



Christophe RIGAUD
Kinshasa, 22/09/2013 (Afrikarabia / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.