Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

23/09/2013

CONGO-KINSHASA: ET SI LES CONCERTATIONS NATIONALES DEBOUCHAIENT SUR UN SCHEMA 1+2?OULE SALAIRE DES MENDIANTS SUR LE DOS DES CONTRIBUABLES CONGOLAIS

VERBATIM:

"Après l’expérience, heureuse ou malheureuse c’est selon, du schéma «1+4» issu du dialogue inter congolais tenu à Sun City en Afrique du Sud, on parle déjà de la formule «1+2». Ce n’est pas du tout une invention de la presse congolaise. C’est plutôt la «Coalition pour le vrai dialogue» qui, à travers un communiqué tendant à tirer la sonnette d’alarme, fait état de cette formule. Plusieurs partis politiques membres de cette plate-forme politique ont apposé leur signature au bas dudit communiqué. Ce schéma, indique-t-on, répondrait au besoin d’instaurer une nouvelle transition en RDC. «1+2»? "


les concertations: après le schéma «1+4», la formule «1+2» déjà en chantier !

(Forum des As 23/09/2013 - 14:20)

A en croire la «Coalition pour le vrai dialogue» qui tire la sonnette d’alarme, ce schéma comprendrait un président de la République et deux vice-présidents. Après l’expérience, heureuse ou malheureuse c’est selon, du schéma «1+4» issu du dialogue inter congolais tenu à Sun City en Afrique du Sud, on parle déjà de la formule «1+2». Ce n’est pas du tout une invention de la presse congolaise. C’est plutôt la «Coalition pour le vrai dialogue» qui, à travers un communiqué tendant à tirer la sonnette d’alarme, fait état de cette formule. Plusieurs partis politiques membres de cette plate-forme politique ont apposé leur signature au bas dudit communiqué. Ce schéma, indique-t-on, répondrait au besoin d’instaurer une nouvelle transition en RDC. «1+2»? La formule est vite lâchée dans le camp de la «CVD, la «Coalition pour le vrai dialogue» où l’on compte, entre autres, l’Union pour la nation congolaise (UNC) chère à Vital Kamerhe. Dans son communiqué de presse, cette plate forme conçue pour le besoin de la cause, la défense du vrai dialogue, dénonce une formule déjà en chantier au terme des travaux des Concertations nationales. Il s’agirait de la formule «1+2», un président de la République et deux vice-présidents. Ce qui rappelle le schéma «1+4» issu des assises du dialogue inter congolais tenu à Sun City, en Afrique, c’est-à-dire un président de la République et quatre vice-présidents. Et ce, au nom d’une nouvelle transition politique en RDC.

LA «CVD» DENONCE AUSSI LA DISSOLUTION DES INSTITUTIONS

Pour la «CVD», la formule en gestation, au cas où elle serait appliquée, pourrait rompre le consensus national déjà fragile et entraîner aussi la remise à zéro du compteur des institutions avec plusieurs conséquences. Au nombre desquelles, la dissolution de l’Assemblée nationale, du Sénat et des assemblées provinciales. Dans le même communiqué, on indiqu’à Kampala, le Gouvernement et le mouvement rebelle M23 se seraient mis d’accord sur dix points qui intégreraient les cinq thématiques qui sont en discussion aux Concertations nationales dont les assises se déroulent encore à Kinshasa.

«Face à ces manœuvres machiavéliques du pouvoir qui refuse de s’inscrire dans le cadre constitutionnel et le schéma de la convocation d’un dialogue inclusif, la Coordination de la Coalition pour le vrai dialogue exige la clôture immédiate des pourparlers de Kampala et le renversement de tous les dossiers dans le vrai dialogue, seul cadre habilité à résoudre définitivement la question de la guerre, la suspension sans délai de la tragi-comédie du Palais du peuple et la convocation immédiate du vrai dialogue conformément à la volonté du peuple congolais et aux instruments juridiques internationaux», indiquent les signataires du communiqué.

LA CVD INVITE LE PEUPLE CONGOLAIS A BARRER LA ROUTE AU «COUP D’ETAT»

La «Coalition pour le vrai dialogue» invite le peuple congolais à barrer la route à ce qu’elle qualifie de «coup d’Etat constitutionnel» en gestation. Car, pour les partis membres de cette plate forme, la mise en œuvre de ce schéma risque de plonger le pays dans une situation dramatique. Au nombre des formations politiques réunies au sein de cette coalition, on retrouve l’UNC, PT, FIS, PDP, PUNA, PCDL, RPDR, RADIF, UDECF, FDCD et le MLDC. M. M. & Dorian KISIMBA

Le "per diem", ou indemnisation journalière, des participants aux concertations nationales a été revu à la baisse par le gouvernement d’Augustin Matata Ponyo. L'on a également constaté un taux d'absentéisme élevé à ces Assises. Mais l'opposition, la principale accusée, donne d'autres raisons pour ce désintéressement subit aux travaux. Initialement, le per diem, le jeton de présence, des participants aux concertations nationales était fixé à 420 dollars, mais il a été ramené à 50 dollars par jour. Le gouvernement congolais a en effet décidé de prendre en charge uniquement la restauration et l’hébergement dans les hôtels. Du coup, les rangs des participants aux travaux se sont clairsemés. Et c’est du côté de l’opposition que les absences semblent les plus nombreuses. Mais les animateurs de l’opposition eux-mêmes, attribuent ce désintéressement à autre chose. Pour le député de l’opposition Lisanga Bonganga, si l’opposition semble se désintéresser de ces concertations, c’est parce qu’elle a l’impression de travailler gratuitement. « Nous sommes venus presque pour faire le bénévolat, l’apostolat… », s’est-il plaint. Selon Lisanga Bonganga, l’autre inquiétude qui empêche les opposants de participer normalement aux travaux, ce sont les promesses non tenues par le gouvernement. « La délégation de l’opposition s’interroge ! Depuis que nous sommes là, rien de tout ce qui nous a été promis par la majorité et surtout par Monsieur Kabila ne s'est réalisé », a expliqué Monsieur Lisanga Bonganga. Cinq jours supplémentaires ont été ajoutés aux concertateurs, pour faire atterrir en douceur les assises appelées à créer la cohésion entre Congolais.

Les commentaires sont fermés.