Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

24/09/2013

CONGO-KINSHASA : LE RWANDA ET SES VALETS CONGOLAIS FONT L'UNANIMITE CONTRE EUX !!!

VERBATIM:

"Les onze pays africains signataires de l'accord-cadre pour la pacification de l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) a condamné lundi les actions de tous les groupes armés présents dans la région, et en particulier du Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion composée de soldats essentiellement tutsi qui affronte l'armée gouvernementale depuis avril 2012. "


New-York: les membres de pays africains signataires de l'accord-cadre ont condamné les actions de tous les groupes armés présents en RDC


Les onze pays africains signataires de l'accord-cadre pour la pacification de l'Est de la République démocratique du Congo (RDC) a condamné lundi les actions de tous les groupes armés présents dans la région, et en particulier du Mouvement du 23 mars (M23), une rébellion composée de soldats essentiellement tutsi qui affronte l'armée gouvernementale depuis avril 2012.

Ces pays, réunis au sein du "mécanisme de suivi régional" de l'accord, signé à Addis-Abeba le 24 février, ont "fermement condamné la reprise des hostilités par le M23, qui a occasionné de nombreuses victimes civiles et causé d'importants dégâts matériels dans les localités occupées et dans la ville de Goma, y compris les attaques récurrentes contre les Forces Armées de la RDC (FARDC), les soldats de la paix de la Mission de stabilisation des Nations Unies au Congo (Monusco) et les travailleurs humanitaires", indique le communiqué final publié à l'issue d'une réunion tenue au siège newyorkais de l'ONU, en présence notamment du Premier ministre belge Elio Di Rupo et du ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders.

M. Di Rupo a fait observer que les présidents congolais et rwandais, Joseph Kabila et Paul Kagame se sont "parlé cordialement" à la fin de cette seconde réunion du mécanisme de suivi. "On espère que c'est un signe positif", a-t-il commenté, en soulignant la "bonne volonté apparente des participants".

L'accord-cadre pour la paix, la sécurité et la coopération pour la République Démocratique du Congo (RDC) et la région, a pour objectif de pacifier l'est congolais après des décennies de troubles.

Le M23, qui contrôle encore une zone d'environ 700 km2 dans la province du Nord-Kivu (est de la RDC), est né de la désertion d'anciens mutins, essentiellement tutsi, qui avaient été réintégrés dans l'armée à la suite d'un accord de paix conclu en mars 2009. L'ONU et Kinshasa accusent le Rwanda et l'Ouganda voisins de le soutenir, ce que ces deux pays démentent. Le mécanisme de suivi a également condamné "toutes les forces négatives", et en particulier les groupes de combattants locaux Maï-Maï - des anciens supplétifs des FARDC -, les rebelles hutu des Forces démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR), l'Armée nationale de Libération de l'Ouganda (NALU) et les Forces démocratiques alliées (ADF), en rappelant que les dernières actions de ce groupe ont entraîné des déplacements internes massifs de populations et des flux de réfugiés. Les onze pays de la Conférence internationale sur les Grands Lacs (CIRGL) ont également salué la médiation menée par le président ougandais Yoweri Museveni et exhorté le gouvernement congolais et le M23 à conclure rapidement les pourparlers de sortie de crise en cours depuis des mois à Kampala.

Ils ont aussi salué les efforts du président congolais et de son gouvernement pour l'élaboration et l'adoption de critères de suivi nationaux de l'accord-cadre ainsi que les progrès réalisés dans la mise en oeuvre de réformes.

En signant l'accord, M. Kabila s'est en effet engagé à "consolider" l'autorité de l'Etat à l'est, réformer le "secteur de la sécurité" (armée et police) et promouvoir la réconciliation nationale, la tolérance et la démocratisation. Il a depuis lancé des "concertations nationales" qui traînent en longueur et a réuni jeudi le "comité de pilotage" de pilotage de suivi de l'Accord-cadre.

Le ministre belge des Affaires étrangères, Didier Reynders, s'est en particulier félicité de ces progrès et de l'adoption de tels indicateurs ("benchmarks") pour la mise en oeuvre de l'accord.

"On franchit le stade des discours pour soutenir la mise en oeuvre", notamment en matière de réformes internes au Congo, a-t-il souligné, tout en plaidant une nouvelle fois pour davantage de coopération régionale.

Plus tôt dans la journée, le ministre belge de la Coopération au développement, Jean-Pascal Labille, avait confié préparer un "plan de relance" - style "plan Marshall" - afin de favoriser à la fois la paix et le développement socio-économique au niveau régional avec des projets dans les secteurs de l'énergie et du commerce. La Banque mondiale est prête à libérer un milliard de dollars pour de tels projets de coopération transfrontaliers.

M. Reynders a indiqué avoir perçu un "intérêt croissant" dans les pays voisins de développer des projets d'infrastructure en commun.


New York, 24/09/2013 (Belga / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.