Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

27/09/2013

CONGO-KINSHASA : MWENZE KONGOLO CLAQUE LA PORTE APRES AVOIR EMPOCHE LES PERDIEM AH QUEL MERDIER PERSONNAGE ?

VERBATIM:

« Ça nous révolte parce que c’est une promesse d’un président de la République. S’il ne peut pas tenir ces paroles qu’il a solennellement prononcées, attendez-vous à ce que la fin [des concertations nationales, ndlr] puisse être mauvaise »,


Mwenze Nkongolo quitte les concertations nationales


L’ancien ministre congolais de Justice, Mwenze Nkongolo, se retire des concertations nationales. L’ancien collaborateur de l’ex-président Laurent Désiré Kabila a déclaré le jeudi 26 septembre que les problèmes de fond n’étaient pas évoqués au cours de ces assises convoquées pour consolider la cohésion nationale afin de mettre fin à la guerre dans l’Est du pays.

Le président du parti des patriotes Kabilistes a regretté que « l’amnistie promise par le chef de l’Etat » à l’ouverture des concertations nationales ne soit toujours pas accordée alors qu’« on tend vers la fin » de ces assises. Ce forum doit se clôturer le samedi 28 septembre prochain.

« Ça nous révolte parce que c’est une promesse d’un président de la République. S’il ne peut pas tenir ces paroles qu’il a solennellement prononcées, attendez-vous à ce que la fin [des concertations nationales, ndlr] puisse être mauvaise », a affirmé Mwenze Kongolo.

Dans son discours inaugurant les concertations nationales, Joseph Kabila, avait promis « des mises en liberté conditionnelle de certains prisonniers » pour « permettre une décrispation de la situation ». Il avait également annoncé, sans en préciser les bénéficiaires, qu’une grâce présidentielle est en étude en attendant le vote par le Parlement d’une loi d’amnistie.

Pour Mwenze Kongolo, cette amnistie devrait être accordée aux « prisonniers politiques » et « aux gens qui ont été mal jugés dans des contextes très difficiles et à qui on a donné des sentences qui me semblent exagérées ». « C’est le cas de ceux qui ont été mis en prison lors du procès de l’assassinat de Laurent Désiré Kabila », a-t-il précisé.

Un autre concertateur avait claqué la porte de ces assises  quatre jours après leur ouverture. Clément Kanku, président du parti d’opposition Mouvement pour le Renouveau (MR), avait également demandé au chef de l’Etat de ne pas se contenter de faire des promesses mais de gracier les prisonniers politiques.


Kinshasa, 27/09/2013 (Okapi / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.