Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/10/2013

CONGO-KINSHASA : UNE DECISION DANS LA BONNE DIRECTION CERTAINEMENT SAUF SI ELLE VISE A PROTEGER LE REGIME DE TSHIGALI!

VERBATIM:

"Dès novembre prochain, nous allons devoir mettre en orbite le premier drone pour la surveillance des frontières dans l'Est de la RDC. Toutes les mesures administratives ont déjà été prises", a affirmé M. Kobler, ajoutant que dans cinq mois les équipements seront renforcés."


Dos Santos Cruz : démarrage en novembre des opérations des drones de surveillance dans l'Est de la RDC


Les opérations des drones de surveillance des frontières dans l'Est de la République Démocratique du Congo (RDC) vont débuter en novembre prochain, a indiqué mercredi, au cours d'une conférence de presse de la Mission des Nations unies pour la stabilisation de la RDC (MONUSCO), le général Dos Santos Cruz, commandant de la force de la MONUSCO.

"Dès novembre prochain, nous allons devoir mettre en orbite le premier drone pour la surveillance des frontières dans l'Est de la RDC. Toutes les mesures administratives ont déjà été prises", a affirmé M. Kobler, ajoutant que dans cinq mois les équipements seront renforcés.

Dès le mois de mars et d'avril,  a-t-il souligné, la MONUSCO aura toute la capacité opérationnelle pour permettre de diffuser en temps réel les images et les photos qui vont être prises et les renseignements qui seront pris par ces avions sans pilote.

Selon le général Dos Santos, les infrastructures devant accueillir aussi bien le personnel que les équipements sont à 60% en phase de finition et la base initiale de déploiement de ces drones sera à Goma, chef-lieu de la province du Nord-Kivu (est de la RDC).

Ce sera la première fois que l'ONU va utiliser les avions sans pilotes dans une opération de maintien de la paix, indique-t-on.


Goma, 10/10/2013 (Xinhua / MCN, via mediacongo.net)

Une partie de la Monusco va déménager dans l'Est de la RDC


La Monusco va déménager, du moins en partie. Tous les personnels qui jusqu'à présent travaillaient dans le domaine spécifiquement lié au maintien de la paix, vont être réaffectés à l'est du Congo, dans différentes villes. Un redéploiement progressif sur demande du Conseil de sécurité de l'ONU, mais qui pourrait prendre huit mois à un an. 25 000 personnes travaillent pour la Mission des Nations unies pour le Congo. Au moins 2 000 personnes devraient être concernées par ce déménagement. L’idée, c’est de mettre toute la Monusco au même endroit sur les zones affectées par le conflit, à savoir dans l’Est de la République Démocratique du Congo. Car à l’heure actuelle, si 96% des militaires de l’ONU sont dans l’Est, les administratifs, eux, sont pour une très grande partie dans l’ouest, à Kinshasa notamment.

À partir du 1er novembre, ce sera donc terminé. Tous les programmes, celui d'appui à la justice, de lutte contre les violences sexuelles ou encore le bureau en charge du désarmement et de la réinsertion des rebelles, seront progressivement réinstallés entre le nord et le sud du Kivu, l’Ituri et le nord du Katanga.

Un début de retrait de la RDC pour l'ONU ?

Officiellement, cette réorganisation doit renforcer l’impact et l’efficacité de la mission de l’ONU. Officieusement, avoue un diplomate, c’est aussi un début de sortie de la RDCongo, une façon de passer le relais à d’autres et de réduire les coûts.

Résultat : le projet suscite déjà des inquiétudes. Du côté de l’État congolais, par exemple, les 400 policiers qui soutiennent la formation de la police congolaise vont se voir réaffectés ailleurs. Il sera difficile de trouver un État ou une organisation capable de remplacer de tels effectifs. Du côté des autres agences onusiennes aussi, on grince des dents. Dans certaines régions, la Monusco assurait des escortes d’humanitaires ou l’approvisionnement en essence. Des compétences que la mission devrait peu à peu abandonner.


Kinshasa, 10/10/2013 (RFI / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.