Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/11/2013

CONGO-KINSHASA: LES KULUNA ONT-ILS PLUS DE DROITS DE L'HOMME QUE LEURS VICTIMES C'EST JUSTE POUR EN SAVOIR PLUS?

VERBATIM:

"Depuis le 15 novembre, la police et les services de renseignement congolais ont lancé une opération coup de poing contre les gangs de jeunes, les Kuluna, qui sévissent à Kinshasa. Une opération applaudie par la population de la capitale qui ne supporte plus ces bandes incontrôlables qui sévissent, rackettent, volent et parfois tuent. Cependant, cette opération donne lieu à des violences. Les défenseurs des droits de l'homme accusent la police d'exécutions extrajudiciaires. Au moins vingt personnes ont été tuées dont une douzaine d'enfants."

Kinshasa, 29/11/2013 (RFI / MCN, via mediacongo.net)


Les Kuluna, gangs de jeunes qui sévissent à Kinshasa


Depuis le 15 novembre, la police et les services de renseignement congolais ont lancé une opération coup de poing contre les gangs de jeunes, les Kuluna, qui sévissent à Kinshasa. Une opération applaudie par la population de la capitale qui ne supporte plus ces bandes incontrôlables qui sévissent, rackettent, volent et parfois tuent. Cependant, cette opération donne lieu à des violences. Les défenseurs des droits de l'homme accusent la police d'exécutions extrajudiciaires. Au moins vingt personnes ont été tuées dont une douzaine d'enfants.

C'est un phénomène qui enfle depuis le milieu des années 2000. Dans chaque quartier jusqu'au centre ville - la Gombé - on trouve désormais des gangs de jeunes criminels, baptisés les Kuluna.

Organisés en territoires autour d'un chef, ces jeunes agressent, volent, violent et s'en prennent aux policiers. Leurs noms donnent le ton et servent à effrayer les rivaux, à savoir « les Lions », « les Staff-Somalie » ou encore « les Arabes ».

En 2006 et 2011, lors des campagnes électorales, les partis politiques les utilisent en tête de leurs manifestations ou pour saboter les meetings des concurrents. Ils ont ainsi pu bénéficier d'une forme d'impunité. Mais désormais, le phénomène est devenu si inquiétant que les autorités ont décidé de réagir.

A la différence des shégués - les jeunes enfants de la rue - les Kuluna ont un toit et souvent une famille. Ils contrôlent leur quartier et ne s'en prennent qu'aux personnes extérieures à leur périmètre. Beaucoup de bandes se sont constituées en réaction à l'existence de gangs violents dans le voisinage.

Mais la répression peut-elle être la seule réponse à l'accroissement de ce phénomène ? Les ONG en doutent et réclament le retour d'une politique d'aide et de réinsertion, comme l'avait mis en œuvre, au début des années 2010, le gouverneur de Kinshasa.


Kinshasa, 29/11/2013 (RFI / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.