Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

02/01/2014

CONGO-KINSHASA: C'EST TOUJOURS TRES TRISTE DE PERDRE DES VIES EN DEBUT D'ANNEE POUR LES FAMILLES SURTOUT MAIS AUSSI POUR TOUT HUMAIN COMME TEL

VERBATIM:

« Une roquette est arrivée du côté droit de la route et a atteint notre jeep, surmontée d’une arme lourde. J’ai commencé à tirer jusqu’à terminer toutes mes munitions, mais nos agresseurs avançaient toujours. Quand la roquette a touché la jeep, le colonel était toujours en vie. Quand j’ai fui, je ne l’ai pas vu sortir de la voiture, je ne sais pas s’il est vivant ou pas ».


Beni, 2/01/2014 (AFP / Okapi / MCN)


Le colonel Mamadou Ndala tué dans une embuscade à Beni


Le colonel Mamadou Ndala, commandant de la Brigade Commando URR (Unité de réaction rapide), a été tué ce jeudi 2 janvier dans une embuscade des rebelles ougandais de l’Adf-Nalu dans le village appelé Ngadi, entre l’aéroport de Mavivi et Beni-ville (Nord-Kivu). Joint au téléphone, le porte-parole du gouvernement, Lambert Mende, a confirmé la nouvelle. 

Selon des sources militaires, plusieurs membres du convoi ont également été tués. Pour l’instant, les Casques bleus népalais de la Monusco, arrivés sur les lieux, s’activent à éteindre le feu mis par les assaillants à l’un des véhicules du convoi. Celui-ci aurait perdu plusieurs autres de ses membres dont le nombre reste à déterminer.

Peu avant la confirmation de sa mort, son garde du corps, le caporal Paul Safari, a fait ce témoignage à l’AFP :

« Une roquette est arrivée du côté droit de la route et a atteint notre jeep, surmontée d’une arme lourde. J’ai commencé à tirer jusqu’à terminer toutes mes munitions, mais nos agresseurs avançaient toujours. Quand la roquette a touché la jeep, le colonel était toujours en vie. Quand j’ai fui, je ne l’ai pas vu sortir de la voiture, je ne sais pas s’il est vivant ou pas ».


Beni, 2/01/2014 (AFP / Okapi / MCN, via mediacongo.net)

Des militaires de la garde républicaine mènent une expédition punitive à Kisangani


Des militaires de la garde républicaine, chargés de la protection du président congolais Joseph Kabila, ont mené mercredi des représailles contre des civils à Kisangani (nord-est) après l'agression d'un des leurs, a-t-on appris jeudi auprès de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH).

"Un élément de la garde républicaine a été surpris par la population du quartier Mangobo, l'un des plus vastes de Kisangani, en train de piller. Des jeunes l'ont attrapé, passé à tabac et il est tombé dans le coma", a expliqué à l'AFP Dismas Kitenge, vice-président de la FIDH, basé à Kisangani.

"Pensant qu'il était mort, des éléments de la garde républicaine postés à l'aéroport militaire Simi-Simi, juste derrière le quartier Mangobo, ont bouclé plusieurs accès du quartier vers 04h00 ou 05h00 et ont commencé des actes de représailles contre les hommes et les garçons: certains ont été passés à tabac, d'autres arrêtés", a-t-il raconté.

Selon lui, une bonne partie des jeunes du quartier ont fui le quartier pour ne pas être arrêtés: ils se sont réfugiés dans d'autres communes, en brousse et quelques personnes se sont noyées en voulant traverser la rivière Tshopo, qui coupe Mangobo en deux.

Le militaire, le premier sergent David Tshibangu Kapuya, est sorti du coma vers 08h00 (07h00 HB) et a été hospitalisé. Il souffre d'un grave traumatisme crânien.

Les autorités militaires ont reçu l'ordre de demander aux gardes républicains de regagner leur caserne. Dans la matinée, le calme est revenu à Mangobo. "Mais il existe encore une psychose parmi la population, surtout chez les garçons", et Kisangani - troisième ville du pays, qui compte près d'un million d'habitants - "est presque morte", a souligné M. Kitenge en fin de matinée.

Il a expliqué que "certaines personnes" arrêtées avaient été libérées, que des efforts étaient en cours pour libérer les autres et qu'une enquête des défenseurs des droits de l'Homme déterminerait les éventuels "cas de violations des droits humains et autres débordements".


Kisangani, 2/01/2014 (AFP / Belga / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.