Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

07/01/2014

LES PARADOXES DE L'ACQUISITION DE LA NATIONALITE A TRAVERS LE MONDE

VERBATIM:

"Mi-octobre, un quotidien sportif relatait les quarts de finale du championnat d’Europe de tennis de table : « Chez les femmes, la double championne d’Europe néerlandaise Li Jiao (2007 et 2011) est tombée face à la Portugaise Fu Yu. Cette dernière retrouvera dans le dernier carré la Suédoise Li Fen, qui a battu la meilleure Européenne, Shen Yanfei (numéro 11 mondiale). L’autre demi-finale sera 100 % allemande, entre Shan Xiaona et Han Ying. »

par Benoît Bréville, janvier 2014 in le monde-diplomatique.fr


L’acquisition de la nationalité à travers le monde

Pourquoi vous ne deviendrez jamais chinois

Avec moins de mille cinq cents naturalisés pour un milliard trois cents millions d’habitants, la Chine est l’un des pays les plus restrictifs quand il s’agit d’octroyer sa citoyenneté à des étrangers. Mais qu’en est-il en France, au Qatar, au Brésil ou au Mali ? Au moment où le débat entre droit du sol et droit du sang enflamme les pays touchés par la crise, l’examen des codes de la nationalité réserve de nombreuses surprises.

par Benoît Bréville, janvier 2014
Aperçu

Mi-octobre, un quotidien sportif relatait les quarts de finale du championnat d’Europe de tennis de table : « Chez les femmes, la double championne d’Europe néerlandaise Li Jiao (2007 et 2011) est tombée face à la Portugaise Fu Yu. Cette dernière retrouvera dans le dernier carré la Suédoise Li Fen, qui a battu la meilleure Européenne, Shen Yanfei (numéro 11 mondiale). L’autre demi-finale sera 100 % allemande, entre Shan Xiaona et Han Ying. »

Quand il s’agit d’acquérir une nouvelle nationalité, tous les étrangers ne sont pas égaux : un sportif de haut niveau, un riche entrepreneur ou un immigré surqualifié ont infiniment plus de chances qu’un réfugié désargenté de se voir attribuer un nouveau passeport. Pratiquées par tous les pays, les naturalisations discrétionnaires et opportunistes contrastent avec l’esprit qui guida, dans l’Europe du XIXe siècle, l’invention de ce document administratif. Conçu comme une marque de souveraineté, il symbolisait alors, selon la formule de l’historien John Torpey, le transfert du « monopole des moyens légitimes de circulation  » des entités privées vers la puissance publique.

JPEG - 39.3 ko
CC BY-SA, Louise Merzeau, série « Identités ? », 2012.

Sous l’Ancien Régime, en effet, l’état civil était géré par les paroisses ; pour se déplacer, un serf devait obtenir l’autorisation de son seigneur, et l’esclave celle de son maître ; une compagnie maritime pouvait refuser, sans autre forme de procès, d’embarquer un passager, etc. Concomitante du développement des migrations internationales, la naissance des Etats-nations s’est accompagnée de la volonté de déterminer « qui appartient et qui n’appartient pas, qui peut aller et venir et qui ne le peut pas », et donc d’établir une séparation juridique entre les étrangers et les membres de la communauté nationale. Les seconds jouissent de droits tels que voter, circuler dans le pays, bénéficier d’une protection diplomatique ou de droits sociaux, travailler dans la fonction publique, etc., et doivent s’acquitter de devoirs, principalement militaires et fiscaux.

Pour tracer (...)

Commentaires

Bonjour, ce billet est vraiment génial. Je le met tout de suite dans mes bookmarks.

Écrit par : mondial de l'auto | 22/07/2014

Les commentaires sont fermés.