Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

10/01/2014

CONGO-KINSHASA:KINSHASA DOIT-IL SE MEFIER DU PROPHETE PAUL-JOSEPH MUKUNGUBILA MUTOMBO

VERBATIM:

"A Kolwezi, environ 100 adeptes ont été arrêtés à la résidence de Feruzi Oponda, médecin à l’Hôpital de la Gécamines-Kolwezi. Le ministre a rapporté, par ailleurs, qu’ils ont même permis de hisser le drapeau de la 2ème République, tous ont été arrêtés."

Peter Tshibangu
Kinshasa, 10/01/2014 (La Prospérité, via mediacongo.net)


Affaire Mukungubila : un mandat d’arrêt lancé !


Le ministre de l’Intérieur, Sécurité, Décentralisation et Affaires coutumières, M. Muyej Mangez Mans, a été répondre, ce jeudi 9 janvier 2014, à la question d’actualité du député Germain Kambinga sur les événements malheureux du 30 décembre 2013, survenus à Kinshasa et dans d’autres villes du pays. Le député MLC voulait avoir du ministre la vraie version des faits, mais aussi, en avoir le cœur net sur des dispositions prises, pour prévenir ces genres d’aventures aux conséquences lugubres. Après avoir retracé le film de ces attaques, le ministre Muyej a relevé que, nonobstant les perturbations, l’ordre public a été aussitôt rétabli sur l’ensemble des villes concernées. Loin s’en faut, a-t-il confirmé, les assaillants n’ont pu pénétrer dans les endroits stratégiques comme dans un moulin.

Face à cette attaque terroriste, menée avec la témérité et l’énergie du désespoir, a-t-il poursuivi, la riposte des Forces de défense et de Sécurité n’a pas tardé. S’agissant de l’identification des assaillants et de leurs commanditaires, les opérations menées ont permis de procéder à l’arrestation de certaines personnes. Pour ce faire, a-t-il révélé, le gouvernement a mis sur pied une commission ad hoc, dont les conclusions détermineront le degré de responsabilité des uns et des autres. Par ailleurs, Richard Muyej a souligné que les services de défense se sont montrés à la hauteur de la tâche, comme en témoigne aujourd’hui la quiétude qui règne au sein de la salle de Congrès des députés du Palais du peuple.

Pour le député Kambinga Germain, ce n’était pas possible qu’au moment où le peuple congolais honorait les prouesses des vaillants combattants des Forces armées de la RDC, pour avoir bouté dehors la rébellion du M23 et ramené la paix au pays, que cet élan de reconnaissance puisse s’effondrer dans l’émoi.

En bref, l’élu de la Lukunga a voulu avoir de la bouche autorisée et habilitée, la vraie version des faits de ce qui s’est réellement passé ce jour-là. Mais, également, des dispositions prises par le gouvernement pour que pareille mésaventure ne se reproduise plus, impunément. 

Déroulement des faits

Donnant en détail le déroulement des faits survenus dans les sites stratégiques de trois provinces notamment, à Kinshasa, au  Katanga et Maniema ainsi que dans le centre-ville de Kolwezi, le ministre de l’Intérieur a fait savoir que quatre villes de la RDC avaient connu des perturbations sur le plan sécuritaire. Lesquelles étaient causées par des attaques des terroristes, simultanément à Kinshasa et à Kindu et des affrontements qui ont eu lieu à Lubumbashi et Kolwezi.

S’agissant de la ville de Kinshasa, trois sites stratégiques, précise le ministre Richard Muyej, ont été attaqués, à savoir : la RTNC qui a été prise  d’assaut par des inciviques armés, habillés en T-shirt blanc et jeans dont l’âge variait  entre 18 et 30 ans. A leur arrivée à la station de la RTNC, dans la commune de Lingwala, à bord d’un minibus 207, ils ont froidement abattu 5 éléments des FARDC commis à la garde de la RTNC et ont blessé 7 agents de la RTNC.

Un deuxième groupe avait attaqué, le même jour, l’état-major des FARDC, avec plus ou moins 20 assaillants. Ils ont, à leur tour, tué un officier supérieur des FARDC. La riposte des FARDC qui n’a pas tardé a tué dans le rang des terroristes 17 assaillants et un a été capturé. Le troisième site attaqué est l’aéroport international de N’djili. Ici, a indiqué le ministre, un nombre élevé de tués a été enregistré. On dénombre parmi les victimes un militaire blessé et deux passagers à bord de l’avion de Fly-CAA. Une passante a succombé des suites de ses blessures des balles perdues et du côté des assaillants,  il y a eu 21 morts.

Quant à la province du Maniema, à Kindu précisément, les adeptes de Joseph Mukungubila, sous le commandement d’un certain Amisi Kumba Kaizar, ont fait irruption dans la ville. Deux d’entre eux, a soutenu le ministre, ont été abattus par les FARDC.

Aussi, la Police nationale congolaise, à travers l’opération de ratissage, a-t-elle  retrouvé deux armes de calibre douze dans l’enceinte de l’Eglise de la Restauration de Mukungubila.

A Lubumbashi, au moment où le service de sécurité procédait à la perquisition d’une des résidences suspectées d’abriter des hommes armés au quartier Hewa Bora, des interpellés sur le lieu, a expliqué le ministre, ont avoué les faits, après que les services ont conduit des enquêtes à l’Eglise du fameux prophète au quartier Golf. Sur le lieu, les éléments des FARDC avaient été accueillis par des tirs nourris venus de l’intérieur de cette église. La réplique vigoureuse des FARDC a fait 40 morts et 45 capturés, dont 26 femmes et 2 enfants parmi les assaillants.

A Kolwezi, environ 100 adeptes ont été arrêtés à la résidence de Feruzi Oponda, médecin à l’Hôpital de la Gécamines-Kolwezi. Le ministre a rapporté, par ailleurs, qu’ils ont même permis de hisser le drapeau de la 2ème République, tous ont été arrêtés.

Des mesures prises

Le ministre a annoncé un certain nombre de mesures prises et les actions suivantes qui ont été menées.

Mise sur pied d’une Commission ad hoc, lancement d’un mandat d’arrêt contre le prophète Mukungubila, fermeture du Ministère de la restauration de Jésus-Christ du prophète Paul-Joseph  Mukungubila Mutombo, redynamisation de la Cellule de renseignement afin d’assurer une plus grande coordination des opérations éventuelles contre ce type d’attaques, poursuites et intensification de l’opération Likofi, renforcement des effectifs des unités de la Police, poursuite des mises en places au sein de la Police nationale congolaise, rajeunissement de la Police à travers le recrutement de plus de 6.000 éléments et formation de nouvelles recrues, dès ce premier semestre de l’année en cours, avec comme objectif, la formation des unités spécialisées devant compléter les rangs des unités anti-terroristes.



Peter Tshibangu
Kinshasa, 10/01/2014 (La Prospérité, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.