Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/02/2014

CONGO-KINSHASA : PROJETS EN LAMBEAUX A CAUSE DU DIKTAT IMPERIALISTE ETASUNIEN C'EST CE QUI ARRIVE LORSQU'ON A PERDU L'INDEPENDANCE TOUT COURT

VERBATIM:

"En tout cas, le veto du Congrès va compliquer la recherche de financements pour Inga III car les Etats-Unis sont non seulement actionnaires de la Banque mondiale mais aussi de la Banque africaine de développement, qui a financé les études pour le développement d’Inga. Le projet Inga III est-il pour autant condamné ? Sans doute pas. Car les études menées par la société d’ingénierie, SNC Lavallin démontrent que l’énergie produite serait la plus compétitive au monde (2 cents de dollars). Ensuite, l’Afrique a besoin d’électricité. En cas de besoin, elle fait déjà financer et construire par ceux qui le veulent, de grands barrages. Comme celui de la Renaissance sur le Nil bleu (6000 MW), construit par l’Italien Salini et cofinancé par la Chine et l’Ethiopie…"

Misser François
Washington, 17/02/2014 (AFP / MCN, via mediacongo.net)

Lire la suite

02/02/2014

CONGO-KINSHASA: JE LE DIRAI COMBIEN DE FOIS L’OCCIDENT ET L’HOMME BLANC NE SONT PAS TOUJOURS COUPABLES DE TOUS LES MALHEURS DU PEUPLE CONGOLAIS ?

VERBATIM

JE LE DIRAI COMBIEN DE FOIS L’OCCIDENT ET L’HOMME BLANC NE SONT PAS TOUJOURS COUPABLES DE TOUS LES MALHEURS DU PEUPLE CONGOLAIS ?

Un pays immense, riche en minerais, en faune, en zoo, en hydraugraphie, enfin riche en tout et pour tout, mais on se permet de l'aider avec cinq millions de dollars us. Ah mon Dieu ? J'ai regardé, lorgné plusieurs fois, ôter mes lunettes des yeux pour bien voir. Car je pensais qu'on parlait des milliards, et que je n'avais pas très bien vu. Mon Dieu que je prie tous les jours sauveras-tu mon pays de souche de cette prédation multinationale et politicaillarde, mafieuse? Mais Dieu sauvera-t-il quelqu'un, lui qui s'est depuis longtemps retiré du monde? Lui dont la manne du ciel ne tombe plus ? se disant sans doute trop c'est trop ? depuis qu'il a dit "chacun mangera son pain à la suer de son front" ?

Un peuple n’a que les dirigeants qu’il mérite. C’est qui encore a dit cela ? Je ne le sais plus. Mais, au moins, la réalité est là, il l’a dit. En Centrafrique, le peuple a toujours changé ses dirigeants, souvent par la force !Ce n’est, donc, pas la faute aux occidentaux blancs qui imposent les dirigeants depuis la nuit des temps immémoriaux si à l’intérieur ils bénéficient des complicités pour assassiner Lumumba, Kabila, Mulele et tant d’inconnus, sans citer Sankara, Ngouabi, Boganda, Kadhafi et la liste est longue …Tant que l’Occident jouira des complicités à l’intérieur de nos frontières, tant que des galeux accepteront leur argent pour assassiner et faire assassiner des congolais qui veulent ou peuvent faire quelque chose de bien pour le pays, eh bien on ne s’étonnera pas que des dirigeants soient imposés.

Je signale que M. E. Tshisekedi n’a jamais gagné les élections de nov 2011. C’est Joseph Kabila Kabange qui les gagnées, dixit le Ministère de l’Intérieur et la Cour constitutionnelle. La situation est un peu similaire à ce qui s’était passé en Côte d’Ivoire entre le socialiste et camarade Laurent Bagbo et Alasane Outtara. L’ONU le fameux machin proclama le second au détriment du premier, pendant que la Cour constitutionnelle ivoirienne reconnut le président sortant, aujourd’hui injustement enfermé à Laye par la bande à Sarkozy le nabot. Ainsi, qu’on le veuille ou non, et c’est bien là que je voulais en venir, le vrai président de la Côte d’Ivoire jusqu’en ce moment où j’écris ces lignes c’est M. Laurent Bagbo. Car, c’est lui que la Cour constitutionnelle avait reconnu au détriment de l’homme imposé par la mafia franco-occidentale sous l’égide du nabot de l’Elysée Sarkozy non autrement identifié.

En revanche, beaucoup semble l’ignorer, mais pas la philosophe Hannah Arendt, dont je paraphrase la pensée ici et maintenant. En effet, remarque-t-elle, l'expérience inédite du totalitarisme au XXe siècle, au cours de laquelle l'impensable s'est produit, pose une question centrale à H. Arendt  : à quelle condition un monde non totalitaire - un monde où l'humain n'est pas de trop - est-il possible  ? Car le totalitarisme n'est pas le seul régime à étouffer la vie humaine. Dans ses ouvrages suivants, H. Arendt marque un certain pessimisme face à la vie moderne dans son ensemble  : la technique (voir article Dangereuse technique), le travail mécanisé et la société de consommation ne sont-ils pas aussi d'autres formes de puissances asservissantes qui dégradent la vie humaine  ?

Dans Condition de l'Homme moderne, paru en 1958, la philosophe tente de cerner la condition de l'homme moderne comme un être agissant - la vita activa. Cette vita activa prend trois formes principales  : le travail, l'œuvre et l'action. H. Arendt s'interroge sur les liens entre ces trois types d'activité dans le monde moderne où le travail a pris une importance essentielle. Elle s'inquiète du fait que le cycle production-consommation prenne le pas sur « l'œuvre » et l'action politique (voir articleLa triste condition de l'homme moderne).

De même, dans cet essai, elle s'attache à penser la modernité, en réintroduisant la division établie dans l'Antiquité entre domaine privé (le domaine familial, qui est celui du travail, de la nécessité) et public (celui du politique, de la liberté). Pour H. Arendt, la modernité ignore l'antique distinction entre le domaine privé, de la nécessité, et le domaine politique, de la liberté. L'auteure de Condition de l'homme moderne décrit ainsi l'avènement d'une société marquée par une résorption du politique, dans laquelle les hommes n'ont en commun que leurs intérêts privés.

H. Arendt remonte également aux sources d'une tradition philosophique occidentale - de Platon à Marx - qui, selon elle, « parle toujours de l'homme sans prendre en compte la pluralité humaine ». Elle revient ici à cette affirmation d'une pluralité humaine, soulignant que c'est dans l'action politique que les hommes peuvent faire l'expérience de leur diversité (voir entretien avec Philippe Raynaud).

Pour clore, je voudrais, au passage, remercier beaucoup de visiteurs venus le mois de janvier qui vient de s’écouler pour suivre l’actualité chez kilimandjero.blogs.dhnet.be. Ce que nous écrivons, nous le faisons pour l’intérêt du peuple congolais. Parce qu’il n’y a pas meilleurs juges sur la situation de la RDC que les congolais. J’ai reçu avec satisfaction les commentaires qui ont été faits sur l’article « L’homme congolais a-t-il la mémoire courte ? » ou « L’homme congolais souffre-t-il d’amnésie ou de cécité ? ». En effet, dans la situation qui est la nôtre aujourd’hui peu importe de savoir qui est qui ? ou qui fait quoi ?On s’est bien et longtemps divisé, comme ça, ça suffit, essayons de parler d’une même voix, si nous voulons y arriver, vraiment. Il n’y a pas deux vies. Il n’y en a qu’une seule. Le Paradis est une chimère. Et les Royaumes des cieux n’existent pas. Il n’existe que pour les peuples travailleurs. Les Occidentaux en étaient ceux-là. Alors, cessons de les critiquer et de jeter l’origine de nos malheurs sur eux, là où nous brillons par des comportements petits, ridicules et piteux.

 

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie

Professeur des universités

Blog : kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

Courriels :

antoinedoverrichardol@hotmail.fr

osongo_lukadi@yahoo.fr

Devise : « Meurs et deviens » (Goethe)

Ordre :

« Ahora Siempre »

 

 

Lire la suite