Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

17/07/2014

CONGO-KINSHASA: ABUS DE POUVOIR OU ECRASEMENT DE LIBERTE DE PRESSE?

VERBATIM:

"Pour Me Jean-Claude Katende de Asadho, le membre du gouvernement est derrière l’action qui a été par la suite diligentée contre Nathalie Kapela et son émission. La journaliste a été plusieurs fois convoquée à la Csac, pour être entendue sur la dénonciation faite par elle contre le ministre. Or ce dernier n’a jamais déposé une plainte. Et, contre toute attente, la Csac a suspendu l’émission de Nathalie Kapela au motif que le cahier des charges n’a jamais été déposé."

Kinshasa, 17/07/2014 (Agence Ecofin / MCN, via mediacongo.net)


RDC : pour une émission suspendue, une journaliste dénonce l’instrumentalisation du régulateur des médias


En République démocratique du Congo, le Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication (Csac) a suspendu depuis le 4 juillet 2014, Le journal d'informations judiciaires, une émission diffusée par plusieurs chaînes de télé. Raison avancée : défaut de dépôt du cahier des charges du programme auprès des services de la Csac.

Pourtant, la promotrice et présentatrice de l’émission, Nathalie Kapela, ne voit en cette suspension que l’instrumentalisation du régulateur des médias par le ministre de l'Industrie, des Petites et Moyennes entreprises, Rémy Musungayi. Pour Mme Kapela, ce membre du gouvernement règle ses comptes après avoir été dénoncé par elle.

Nathalie Kapela est soutenue dans sa démarche par l'Association africaine de droits de l'Homme (Asadho). Au cours d’un point de presse, son président, Me Jean-Claude Katende, est revenu sur la dénonciation de la journaliste qui accuse le ministre de concussion et monnayage du service public.

La professionnelle des médias avait engagé des démarches administratives pour obtenir l'ordre de propriété de marque auprès du ministère de l'Industrie, des Petites et Moyennes entreprises. Après avoir payé tous les frais afférents, elle s’est vue exiger un supplément de 1500 dollars américains pour « faciliter la signature », selon le cabinet du ministre.

Pour Me Jean-Claude Katende de Asadho, le membre du gouvernement est derrière l’action qui a été par la suite diligentée contre Nathalie Kapela et son émission. La journaliste a été plusieurs fois convoquée à la Csac, pour être entendue sur la dénonciation faite par elle contre le ministre. Or ce dernier n’a jamais déposé une plainte. Et, contre toute attente, la Csac a suspendu l’émission de Nathalie Kapela au motif que le cahier des charges n’a jamais été déposé.


Kinshasa, 17/07/2014 (Agence Ecofin / MCN, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.