Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

19/07/2014

MALAISYAN AIRLINES:C'EST PLUTÔT VLADIMIR POUTIN QUI ETAIT LA CIBLE!

VERBATIM:

"Les médias sont leur colonie. Ils nous distillent ce que les dépositaires qui les financent veulent nous faire gober. Mais ils ne sont pas tous pourris. Hier, en effet, un jeune journaliste de RTL/TVI, correspondant à Moscou, a osé parler de la théorie du complot. Pour lui les ukrainiens, coutumiers du fait, avaient délibérément visé cet avion qu’ils ont dû confondre avec celui du Président russe Vladimir Poutin volant dans le coin à ce moment-là. Evidemment si celui-ci y avait été tué, je ne serais pas là entrain d’écrire, car les armes odieuses auraient été utilisées les uns pour se venger, les autres pour se défendre. On peut remercier le bon Dieu. Mais jusqu’à quand ? Sans doute lorsqu’il n’y aura plus un soi-disant président noir à la Maison blanche."


MALAISYAN AIRLINES

C’EST PLUTÔT VLADIMIR POUTINE QUI ETAIT VISE (rapporte RTL/TVI) !

Mais au juste pour qui se prend Barak Obama le Major d’home non autrement identifié ? Alors qu’il n’est rien du tout, car s’il a été « élu », ce fût pour permettre à ceux que l’on ne cite jamais, sans risquer sa peau violemment ou softement, de s’occuper du monde comme ils ne s’en étaient jamais occupé depuis que le monde est monde. Ce Major d’home a trompé tout le monde, à commencer par moi-même qui m’investis comme jamais dans son élection en 2008. Je croyais que cet individu allait changer la face du monde, et le sort des noirs en particulier, eh bien non on s’est vite aperçu que son éducation blanche prit vite le dessus sur sa peau noire. Il se mit ainsi au service de l’homme blanc poings et mains liés. Toujours en âme et conscience. Il a accepté tout jusqu’à l’humiliation, l’assassinat crapuleux du colonel Mamouar Kadhafi, par exemple. Mais par le nabot Sarkozy interposé. Sans citer la ridiculissime capture du socialiste Laurent Gbagbo président élu de la Côte d’Ivoire.

Que nous invente Obama à présent ? Que le lance-roquette qui a créé la désolation dans le monde était l’œuvre des séparatistes pro-russes ukrainiens !Il y a plusieurs coïncidences troublantes, tout d’abord ce soi-disant accident d’avion débarque au moment où pour la énième fois, israéliens et gazouillis s’affrontent, mieux, les premiers massacrent les derniers. Jamais les enfants, les femmes et des civils innocents n’en ont été tués. L’indignation est universelle. Même certains alliers traditionnels de l’Etat hébreu s’étaient posé des questions. C’est alors que le Major d’home entra en scène. Il fallait penser un stratagème, un tout nouveau, pour décaler l’attention du monde sur le génocide palestinien, qui dure voici des années. Ensuite, le décor était très bien planté. Et il était ukrainien. On comprend, les retardataires il y en a toujours, ceux que j’appelle les dures d’oreille, pourquoi Obama et ses alliers européens renversèrent l’ancien président ukrainien pro-russe, pourtant démocratiquement élu au profit de l’actuel homme d’affaires. Celui-ci, qui doit leur devoir tout, instrumentalisé, sodomisé, devait jouer la potiche, et servir de lance-voix pour surveiller Poutine.

Ces deux faits y relevés sont la cause du lance-roquette qui a détruit des vies gratuitement. L’homme blanc, c’est connu, disait quelqu’un dont je ne me rappelle plus qualités et fonctions, est comme le cancer, si tu lui donnes un bras, il te prend le corps entier. Ainsi, ce ne sont pas toujours ceux qui pleurent les premiers qui ont raison. Ici c’est clair que c’est Obama le maître assassin de la « Maison rouge », ses lèches culs européens et ukrainiens en particulier, qui ont abattu l’avion malaisien. Il n’y a que l’assassin qui connaît le lieu du crime et l’endroit où il a enfui le cadavre. Comment s’y montrer si affirmatif sur les coupables et les soutiens, là où il eut déjà des précédents fâcheux de cet ordre-là ? Quand un malheur arrive dans la famille, moi qui suis un prince héritier coutumier, on ne doigte pas tout de suite les sorciers. On attend, même si l’on avait une idée sur l’auteur ou les auteurs, que l’on enterre le cadavre ou les cadavres ; faire le deuil comme on dit en pareil cas. On voit qu’Obama n’a rien épousé de la culture afro-nègre. Lui, métisse de son état, se voit blanc jusque dans la partie la plus hachurée de son corps. Pourtant, et ce n’est pas une révélation, les russes ne sont pas les seuls à avoir abattu un avion civile, ni à avoir confondu un avion civile avec un avion de je ne sais quoi. Si les russes abattirent un avion sud coréen, mais dont la responsabilité n’incombait qu’à la témérité de son commandant de bord, sans doute un agent de la CIA, qui refusait de répondre aux ordres et injonctions des radars russes, les américains détruisirent un avion iranien, et les français et ukrainiens un avion libyen, dont on croyait le guide libyen dedans, et la liste est longue.

Les USA sont des Etats voyous. L’affirmation est de W. Blum. C’est ce qui reste à étayer. Mais avant cela, hier j’ai pu lire dans slate.fr un site d’information numéricable, auquel j’ai un grand respect, la chose insensée suivante « Les somnambules», c’est le titre du livre le plus vendu dans le monde sur les origines de la guerre de 1914. L’historien d’origine australienne Christopher Clark explique comment les dirigeants des principales puissances européennes ont marché vers la Première guerre mondiale, sans s’en rendre compte et sans vraiment le vouloir. Un politologue allemand vient de se référer lui aussi au somnambulisme pour qualifier la lente montée de la tension entre les occidentaux et la Russie. Le crash du Boeing 777 de la Malaisyan Airlines sera-t-il au conflit ukrainien ce que l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo fut à la Grande guerre? Ou au contraire sera-t-il le dernier signal d’alarme qui provoquera une prise de conscience avant qu’il ne soit trop tard?("slate.fr :Daniel VernetMonde<:time datetime="2014-07-18T10:22:00">18.07.2014

10 h 22).

N’ayant pas eu assez de temps, ni de force pour répondre à telle ânerie, je pus seulement fait remarquer que l’histoire n’est pas une denrée mondiale, comme la rationalité dont le philosophe raciste Hegel imputait l’exclusivité à l’Occident, mais au contraire un tissu des histoires particulières, locales, spécifiques. On ne peut pas penser que l’histoire occidentale est celle du monde entier. L’homme blanc aime le sang. Après avoir bu celui des juifs, qu’ils massacrèrent à hauteur de six millions, il a prit goût du sang des enfants des autres latino américains, asiatiques, africains noirs, berbères, et la liste est longue … jusqu’à ce que le Major d’home ait préféré livrer le corps de son pire ennemi aux requins du pacifique !

Il n’y a pas meilleur moyen de s’imprégner de la voyoucratie étasunienne, dont Obama « dirige » le département d’Etat et les forces armées, gorgés d’assassins, que le témoignage de W. Blum, qui note : « A partir des années 60, et pendant une dizaine d’années, les Etats-Unis ont déversé des dizaines de milliers de tonnes d’herbicides sur environ un million et demi d’hectares au Sud-Vietnam (aussi bien qu’au Laos et au Cambodge), pour détruire les cultures ainsi que le feuillage sous lequel l’ennemi se cachait. Ces herbicides, et en particulier l’Agent Orange, ont libéré environ 250 kg de dioxine, un polluant quasi indestructible, considéré comme une des substances les plus toxiques au monde au moins aussi toxique que les gaz neurotoxiques – et hautement cancérigène » (cfr. W. Blum, L’Etat voyou, p. 145). Au Panama, « Dans les années 60 et 70, l’armée US a aussi testé secrètement à Panama, entre autres défoliants, l’Agent Orange, exposant civils et militaires aux dangers de ce produit mortel. Des centaines de bidons d’Agent Orange, contenant de la dioxine, ont été envoyés à Panama. On l’a pulvérisé dans la jungle et près d’endroits fréquentés pour simuler les conditions des champs de bataille en Asie du Sud-est » (cfr. W. Blum, L’Etat voyou, p.147). A Cuba, « Entre 1969 et 70, la CIA a utilisé une technologie futuriste de modification du climat pour ravager les plantations de canne à sucre et miner l’économie cubaine. Des avions venant du China Lake Naval weapons Center, dans le désert californien, où une haute technologie a été développée, ont survolé l’île, ensemençant les nuages de cristaux qui ont condensé des pluies torrentielles sur des zones non agricoles et ont détourné les pluies des champs de canne à sucre (ces pluies ont causé des crues subites et mortelles dans certaines régions) (cfr. W. Blum, L’Etat voyou, p.149). Et W. Blum de noter, « E, 1971, la CIA aurait livré à des exilés cubains le virus de la fièvre porcine africaine. Six semaines plus tard, un accès de la maladie à Cuba a entraîné l’abattage de 500.000 porcs pour prévenir une épidémie nationale. Ce début d’épidémie, le premier dans l’hémisphère occidental, a été déclaré « l’événement le plus armant » de l’année par la FAO » (cfr. W. Blum, L’Etat voyou, p.149). Et de s’en émouvoir, hélas, en disant « Dix ans plus tard, ce sont peut-être les êtres humains qui étaient visés, lorsqu’une épidémie de dengue hémorragique a balayé le pays. Transmise par des moustiques, les symptômes de cette maladie sont de type grippal, avec des fortes douleurs osseuses. Entre mai et octobre 1981, plus de 300000 cas ont été recensés à Cuba. Il y a eu 158 morts, dont 101 enfants de moins de 15 ans » ((cfr. W. Blum, L’Etat voyou, p.149).Comme on l’entend, il n’y a pas meilleur allié avec Lucifer que les USA. Semer la désolation, donner la mort, détruire l’ennemi, mais pas forcément, des populations innocentes également voire surtout n’y donne lieu à aucun code.

L’assassinat des paisibles et innocents passagers du Boeing de la compagnie aérienne malaisienne relève de la même logique du complot que celle du 11 sept 2001 imposée au monde par le sanguinaire et alcoolique G.W.Bush. Tuer soi-même ses propres enfants, et crier très vite au loup, de préférence désigner les coupables idéaux est une marque de fabrique des dirigeants politiques étasuniens. Le 11 sept 2001 ce fût Ben Laden de triste mémoire (que jamais je ne regretterai, car je déteste le terrorisme qu’il soit bourgeois ou révolutionnaire, car aucune cause, noble fût-elle, ne peut se servir de justification au travers la mort d’un homme inutile fût-il). Le département d’Etat américain n’a pas d’amis éternels, ni d’ennemis à vie, il n’a que des intérêts perpétuels à défendre coûte que coûte. Tu veux durer au pouvoir voire y mourir, alors fais gaffe n’y touche jamais.

Les médias sont leur colonie. Ils nous distillent ce que les dépositaires qui les financent veulent nous faire gober. Mais ils ne sont pas tous pourris. Hier, en effet, un jeune journaliste de RTL/TVI, correspondant à Moscou, a osé parler de la théorie du complot. Pour lui les ukrainiens, coutumiers du fait, avaient délibérément visé cet avion qu’ils ont dû confondre avec celui du Président russe Vladimir Poutin volant dans le coin à ce moment-là. Evidemment si celui-ci y avait été tué, je ne serai pas là entrain d’écrire, car les armes odieuses auraient été utilisées les uns pour se venger, les autres pour se défendre. On peut remercier le bon Dieu. Mais jusqu’à quand ? Sans doute lorsqu’il n’y aura plus un soi-disant président noir à la Maison blanche.

Prof./Hdr./Dr.Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

 

 

Chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie

Professeur des universités

Blog : kilimandjero.blogs.dhnet.be (www.dh.be/rubriqueblogs)

Courriels :

antoinedoverrichardol@hotmail.fr

osongo_lukadi@yahoo.fr

Devise : « Meurs et deviens » (Goethe)

Ordre :

« Ahora Siempre »

 

Contacts :

Tél. 0032487841002/0032485148431/485148442 (Belgique)

00243824333679/00243994606432 (RDC)

 

Les commentaires sont fermés.