Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/07/2014

CONGO-KINSHASA: MÊME LA LANGUE DE VOLTAIRE POSE PROBLEME:PESE-T-ON POUR OU SUR LA CONSTITUTION?

VERBATIM:

"Maintenant comme les seuls obstacles qui empêcheraient la majorité présidentielle de conserver le pouvoir sont les dispositions qui interdisent au président de briguer un troisième mandat, il faut les faire sauter en recourant au referendum. L’Ongdh s’oppose à toute révision des dispositions verrouillées de la constitution en vue de permettre au Président de la République de briguer un troisième mandat."GKM

Kinshasa, 29/07/2014 (La Tempête des Tropiques, via mediacongo.net)


Aubin Minaku appelé à ne pas peser pour la révision de la Constitution


“En démocratie, la majorité ne peut pas tout se permettre “, a dit Me Jean Claude Katende, président national de I’ASADHO dans une tribune, pour réagir à l’interview du président de l’Assemblée nationale par rapport à la modification de la constitution en vue de permettre à Joseph Kabila de briguer un troisième mandat alors que la loi fondamentale le lui interdit.
 
Il m’a paru important d’écrire cette réflexion pour contribuer au débat suscité par les déclarations du Secrétaire Général de la majorité au pouvoir en République Démocratique du Congo. L’impression que lesdites déclarations nous donnent est que pour Monsieur Aubin Minaku, la majorité qu’ils ont à l’Assemblée Nationale leur permet de tout faire, de tout se permettre, de faire réviser la Constitution dans le seul but de conserver le pouvoir”, dit - il. Le président de l’ASADHO estime que la déclaration de Minaku est dangereuse pour la démocratie où seul le peuple gouverne et décide de tout.

En effet, en date du 17 juillet 2014, Aubin Minaku, Secrétaire général de la Majorité présidentielle déclarait : « … le détenteur du pouvoir souverain, c’est le peuple. Et donc, pour toute question majeure aujourd’hui, demain ou après demain, nécessitant une modification des lois de la République, nécessitant une révision de la Constitution, nous les soumettrons à la sanction soit du Congrès, l’article 218 de la Constitution prévoit cette voie, soit du peuple par référendum. Donc, c’est clair, nous tenons à conserver le pouvoir et nous allons tout faire pour conserver le pouvoir par la voie des urnes, comme on l’a fait en 2006 et en 2011. Nous allons respecter la Constitution du 1er au dernier article. Ce respect signifie notamment le respect de sa procédure de révision “. Cette déclaration montre, selon le président de I’ASADHO, que la majorité au pouvoir à Kinshasa croit qu’elle peut tout se permettre peut manipuler le peuple et faire changer la Constitution au gré de ses besoins et humeurs.
 
Pareille déclaration montre aussi que la majorité ne travaille pas à la consolidation de la démocratie en R.D.Congo. Une majorité présidentielle soucieuse de promouvoir la démocratie doit, d’une part, agir en fonction des pouvoirs qui lui sont reconnus, mais elle doit aussi accepter les limites qui sont déjà tracées par la Constitution et les lois de la République, d’autre part “, affirme Katende.
 
Manque de leadership à la MP
 
L’agitation de la majorité présidentielle résiderait dans le fait qu’en dehors du Président Joseph Kabila, cette majorité n’a aucune existence réelle et ne peut gagner l’élection présidentielle 2016 sans supprimer certains principes posés par la constitution, dit le N°1 de l’ASADHO.

Pour rappel, en janvier 2011, la majorité pour conserver le pouvoir avait supprimé le deuxième tour de l’élection du Président alors que le même Président Joseph Kabila avait été élu au deuxième tour de l’élection présidentielle de 2006. Ce deuxième tour a été supprimé pour permettre au président Joseph Kabila de gagner l’élection présidentielle avec n’importe quel pourcentage.

Maintenant comme les seuls obstacles qui empêcheraient la majorité présidentielle de conserver le pouvoir sont les dispositions qui interdisent au président de briguer un troisième mandat, il faut les faire sauter en recourant au referendum. L’Ongdh s’oppose à toute révision des dispositions verrouillées de la constitution en vue de permettre au Président de la République de briguer un troisième mandat.



GKM
Kinshasa, 29/07/2014 (La Tempête des Tropiques, via mediacongo.net)

Les commentaires sont fermés.