Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/02/2015

CONGO-KINSHASA : MA REPONSE AUX TYRANS DE LA JOUVANCE

VERBATIM:

"C'est pourquoi, je ne comprends pas que kilimandjero.blogs.dhnet.be puisse souffrir de la censure lui imposée par certains dans La DH, alors que tout ce qui y est publié est très apprécié par ses lecteurs d'horizons raciaux et continentaux différents. La DH devait rester neutre dans ce énième combat entre ceux qui estiment que le changement des régimes doit être écrit, créé, produit, inventé de l'intérieur par le peuple qui vit la réalité et ceux qui estiment le contraire, mais hélas parce qu'abimé, happé, détruit par l'amnésie, la cécité généralisée."


 

MA REPONSE AUX TYRANS DE LA JOUVANCE

 

 

Qui est responsable de la misère chronique du peuple congolais ?

Il y a-t-il dans ce monde au moins une personne qui aime le peuple congolais?J'en doute fort.Que des opportunistes, des machiavélistes, des consuméristes, des capitalistes, des impérialistes, des racistes, lui en voulant pour ce qu'il a que pour ce qu'il est fassent semblant, cela est difficile de tromper ma vigilance. S'il y a amour, c'est d'intérêt. Car ceux qui mettent le feu, l'allument à tout instant pour raviver, protéger leurs intérêts millénaires, et lorsque ça dégénère viennent en pompiers de service savent exactement, au contraire de l'homme congolais, ce qu'ils font et veulent. Certes, je n'accuserai jamais, loin s'en faut l'homme occidental blanc (j'en précise souvent la teneur, car depuis que l'Occident a ouvert sa nationalité aux noirs et compagnies, la présente teneur en vaut la peine) comme le principal responsable de la misère du peuple congolais. Non ! Et je le dis toujours sur tous les tons mineurs, majeurs et consorts que celui-ci (l'homme congolais, donc,) en était le premier et principal responsable.

On ne peut, pour pour peu que l'on est honnête, réaliste, et objectif, dire le contraire. Son immaturité fait légion. Son instabilité structurelle est patente. Son manque d'anticipation n'en est que trop exemplaire pour devoir le rappeler. Impossible de le raisonner, il s'empare des idées des autres sans intelligence ni cohérence. Impossible de le stabiliser, de lui faire comprendre, entre autres, qu'on est dans un monde où ceux qui tracent les feuilles de route, écrivent les agendas, le font avant tout pour eux-mêmes, que pour les beaux yeux des peuples qu'ils conseillent voire prétendent aimer.

 

Qui met le feu en live dans le monde sous-développé et au Congo-Kinshasa en particulier ?

C'est la presse occidentale blanche dans son ensemble et dans sa diversité. Pour m'arrêter à mon pays de souche le Congo-Kinshasa, ce qui s'y passe depuis son accession à la souveraineté internationale est tout simplement surréaliste. Impossible, dans ce modeste coup de gueule d'y refaire l'histoire, je risque de m'éloigner de mon propos du jour.

La DH est mon journal préféré. En débarquant de mon ex-Zaïre, j'en ignorais l'existence. Car on ne me parlait que de Le Soir et de La Libre Belgique. Malgré tout, quand on est ou l'on se dit "intellectuel", on cesse d'y faire le mouton noir. J'ai vite compris que les deux quotidiens belges que je viens de susmentionner étaient plus politisés que jamais. D'où, compris-je, les multi-conflits qu'ils eurent avec l'ancien dictateur le Maréchal Mobutu qui ne cessa point de les accuser autant d'ingérence, de pyromanie , que de déstabilisation dans les affaires intérieures de son pays. Certes, à l'époque j'étais loin de cautionner sa rhétorique, car je me disais qu'il était de la responsabilité "humaniste" de nos "amis" belges d'intervenir. C'est que j'ignorais -, je n'avais pas encore la calvitie que je trimballe au milieu de ma tête aujourd'hui, tout le monde aura compris que je fus jeune, mais éclairé, courageux, curieux, et intelligent, nationaliste, communiste, humaniste, mais jamais intégriste ni encore moins radicaliste -, était que cette compassion belge n'avait qu'une odeur mercantiliste.

Or, ma Belgique d'adoption devenue encore plus petite qu'avant, a cédé sa place d'ancienne puissance coloniale aux grands requins que tout le monde peut deviner :USA, France, Royaume-Uni, Allemagne, Canada (eh oui on tend souvent à l'oublier, mais il n'y a pas un pays aujourd'hui qui finance autant la mafia politico-économico-minière et financière dans le monde et au Congo-Kinshasa en particulier que ce dernier pays). Les médias de ces pays susmentionnés soutiennent à bout de bras cette mafia. Car il en va de l'intérêt de leurs peuples respectifs. Ils accusent, alors, voire éliminent physiquement tous les patriotes et nationalistes de la terre entière qui résistent à la domination impérialiste, hégémoniste, néocolonialiste de leurs chefs de guerre : Obama (en pole position), suivi de Sarkozy (le nabot) ...Clinton Bill (Monica gate), et évidemment G.W. Bush le "célébrissime" cowboy du Texas pour n'y mentionner que les plus actuels. Ces "imbéciles" d'un genre radical et sans manière n'ont pas hésité à assassiner Patrice-Emery Lumumba (Congo-Kinshasa), Laurent-Désiré Kabila (RDC), Ernesto Che Guevara (Cuba), Barthélemy Boganda (Centrafrique), Thomas Sankara (Burkina Faso), Saddam Hussein (Irak), le très aimé colonel Mamouar Kadhafi (Libye), d'emprisonner à vie Madiba Nelson Mandela (Afrique du sud), de faire appauvrir mortellement la Guinée Conakry du camarade Sekou Touré en la faveur d'un boycott sans précédent mis en place par la France du général de Gaule, et encore de faire capturer le camarade Laurent Gbagbo (Côte d'Ivoire) ... la liste des victimes tant en Afrique que dans le monde est très longue pour me permettre, pressé du reste par l'économie du temps, de les citer toutes.

Les médias occidentaux, si tous n'ont pas applaudi ou réjoui de la "pendaison" haute et courte des milliers de ces nationalistes afro-noirs, ne diront pas qu'ils ne furent pas la main qui a aidé les bourreaux à leur nouer la corde au cou. Si j'ai arrêté, à titre d'exemple, le blog que j'animais haut la main dans le journal du dimanche (JDD) en France, c'est à cause du comportement haineux, et vertement raciste de Nicolas Sarkozy l'ancien nabot de l'Elyssée. Il prétendit nettoyer les noirs au Kärcher ! Il est l'homme qui se prit pour Tarzan, Rambo, Ngongo Leteta (très connu dans le monde batetela chez moi). Pourtant, je drainais derrière moi un monde fou de visiteurs et de lecteurs. J'aurais pu être journaliste ou avocat. Ce fût mes deux orientations. Pas la philosophie, qui n'y venait qu'au troisième choix. Je voulus être avocat ou journaliste. Juste pour faire grande part à la lumière, à la vérité, à la justice. Malheureusement à cause du quota clanico-tribal imposé par Mobutu Sese Seko l'ancien aigle de Kawele, l'Université de Lubumbashi me jeta en philosophie. Un philosophe par défaut, donc, mais tout de même un des plus grands réputés et renommés dans ma discipline, mieux, mon domaine de recherche. Je serais sans doute devenu un grand et excellent avocat ou journaliste. Parce que je n'aurais fait que mon job, celui d'accompagner, non les tueurs à gage de Washington, de Paris, de Londres, de Bruxelles, ou de Berlin, qui écrivent chacun à sa manière l'histoire du monde, mais les peuples opprimés et victimes qu'ils aient été blancs, jaunes, noirs. Pas le moindre doute que j'y serais même déjà mort pour ça. Ca me donna beaucoup d'ailes lorsque le JDD me courut derrière pour me demander de ne pas supprimer mon blog. Si ma réponse fut ferme et définitive comme je sais l'être quand je hais quelqu'un ou quelque chose, je pus tout de même apprécié ma notoriété remarquée par l'équipe rédactionnelle de ce journal très lu en France et dans le monde.

 

Aurais-je changé de camp ?

 

La Dernière Heure (DH) est un journal belge qui abrite mon blog kilimandjero.blogs.dhnet.be. Si je l'ai choisi, c'est par estime pour le travail de ses journalistes, leur façon neutre, objective de traiter l'information. Quelques Internautes, je viens de l'apprendre, m'informent et s'inquiètent surtout de me voir changer de camp ! Quel camp ? On me met dans le camp du président sortant Joseph Kabila Kabange ! Pourquoi ? Simplement parce que j'ai émis des réserves sur le "modèle" burkinabé, et surtout pour avoir rappelé à l'homme congolais son "récidivisme mental" qui l'aide peu à écrire son propre agenda pour le changement des régimes.

Que l'opinion tant nationale qu'internationale sache pour une bonne foi que je ne mène jamais un combat des personnes, mais des idées. C'est au nom de cela que j'ai combattu, non pas Mobutu, mais le système qu'il mit en place; et c'est encore au nom du même principe quand ses "amis" occidentaux et américains en tête le boutait dehors d'une manière désordonnée et curieuse, que je m'arrêtai un moment pour comprendre ce que nous proposaient les vendeurs de mèches. Ne pas me prononcer sur la révision ou non de la constitution, appeler à la tolérance, au dialogue, à l'ouverture pour que J. Kabila Kabange achève son mandat, entre autres, ne peut pas donner aux gens l'impression que je travaillais avec lui, avec un de ses proches collaborateurs, ou encore que je recevais des émoluments. Ce serait trop facile ces types de raccourcis. Et Dieu seul sait combien des gens ont trouvé la mort ou salis, injustement, à cause de ces genres de présomption.

La vérité est que je ne suis pas opposant à J. Kabila Kabange. Il est quand même, avec le Camarade Mzee Laurent-Désiré Kabila son père, ceux qui ont remis dans l'ordre de la marche la mémoire de mon grand oncle P-E. Lumumba le héros indépendantiste assassiné crapuleusement par Mobutu et ses amis belges et américains. Et si j'ai décidé de faire mes analyses toujours aussi neutres, objectives réservées, mais engagées, c'est parce que je m'étais dit qu'il n'est pas sérieux d'y être à la fois juge et partie. Ma reconnaissance aux Kabila est d'ordre sentimental avant tout. Ceux qui me critiquent ou voient en moi des passions pro-kabila n'ont pas tort dans ce sens. Mais, ils ont tort de me reprocher de ne pas marcher comme eux toujours à la traîne des agendas écrits par les autres. Un peuple a pour destin décrire sa histoire. Or, le peuple congolais n'en a écrite aucune. Donc, il n'est pas encore et toujours un peuple. Mais, en revanche, un moribon à la traîne. Ceux qui ont tenté de la faire (cette histoire écrite, créé, produite, inventée de l'intérieur), il les a livrés lui-même aux cannibales du nord de la Méditerranée.

Mon exhortation est que La DH ne confonde pas les militants (comme nous) qui luttent pour des idées neutres, objectives et opposables aux uns et aux autres pour faire émerger un changement de l'intérieur, et les caciques d'anciens mobutistes (dictateurs) résolus et nourris par l'assistanat social belge, et qui en la faveur du boom numérique, chacun disposant d'un journal, enfin d'un torchon, se tapant une nouvelle virginité politique aux yeux de ceux comme La DH ne le connaissent pas, gesticulent dans tous les sens pour tenter d'assurer par leurs analyses rétrogrades les idées des forces impérialistes, néocolonialistes, capitalistes, hégémonistes au Congo-Kinshasa. C'est pourquoi, je ne comprends pas que kilimandjero.blogs.dhnet.be puisse souffrir de la censure lui imposée par certains dans La DH, alors que tout ce qui y est publié est très apprécié par ses lecteurs d'horizons raciaux et continentaux différents. La DH devait rester neutre dans ce énième combat entre ceux qui estiment que le changement des régimes doit être écrit, créé, produit, inventé de l'intérieur par le peuple qui vit la réalité et ceux qui estiment le contraire mais hélas parce que abimé, happé, détruit par l'amnésie, la cécité généralisé.

 

A-D.OSONGO-LUKADI

Habilité de philosophies

Professeur des universités

Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada

Directeur-Administrateur kilimandjero.blogs.dhnet.be

Les commentaires sont fermés.