Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

04/09/2015

LA MALADIE D'ÊTRE NOIR OU COMMENT GUERIR DE LA NEGROPHOBIE?

VERBATIM:

"Ceux qui ont écrit que les faits sont têtus n'ont pas toujours tort. "La maladie d'être noir ou comment guérir de la négrophobie?" est un mélange ou un assemblage des quelques textes déjà publiés dans kilimandjero.blogs.dhnet. Sous l'impulsion des quelques visiteurs éclairés, j'en ai rassemblé et en ai fait un opuscule très édifiant sur certains faits accablants pour la société congolaise, africaine et mondiale. En le relisant moi-même, je les croyais écrits par une tiers personne, eh bien non, l'écriture surtout si elle est objective, se réfléchit comme sa propre image dans un miroir..."

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Directeur-Administrateur kilimandjero.blogs.dhnet.be


17/08/2014

 

CONGO-KINSHASA: QUAND LA DÉCOUVERTE DU PÉTROLE À L’EST DU CONGO INTÉRESSE PLUS LES MÉDIAS QUE LES FEMMES VIOLÉES

VERBATIM:
Oui Karl Marx avait bel et bien raison de dire que le capitalisme est une maladie. Pas n'importe laquelle un cancer. De quel état? Incurable.Regardez, mieux, observez bien les deux photos ci-dessous pour comprendre.Un enfant, bébé, traînant le corps sans vie de sa maman, seul dans la brousse ! Une image qui n'émeut jamais les capitalistes et encore moins les pétro dollars. Le seul intérêt est dans le pétrole qu'ils vont devoir aller puiser comme l'eau de source au Congo-Kinshasa.
Hélas Lumumba et Kabila ne sont plus vivants. Ils ont été assassinés au seul fait de la seule devise "N'est jamais trahir le Congo". Quelqu'un les en empêchera-t-ils, maintenant qu'ils savent que des nouvelles réserves de pétrole viennent d'être découvertes dans ce pays? Oui Joseph Kabila, et je me veux très sérieux, peut y arriver. Malheureusement, il ne peut pas compter sur un certain entourage pas toujours nationaliste et encore moins patriotique. Bizarre. Un entourage qui n'est capable d'aucune union sacrée pour empêcher l'Occident capitaliste et vereux de mettre les bâtons dans les pieds du jeune chef d'Etat congolais.
Les opposants de Joseph Kabila Kabange ont-ils, enfin, compris pourquoi et comment la sinistre administration Obama et ses sous-mains de la MONUSCO et consorts se sont-ils empressés ces temps derniers à rappeler à Kabila qu'il ne lui restait plus que deux ans? Ceux qui croyaient durs comme fers aux élécubrations américaines, comme je l'ai dit et écrit dans mes articles précédents, ont compris que les étasuniens et leurs valets européens ne traçaient pas un agenda politique pour les con-congolais, mais en revanche leur propre agenda, économique cette fois-là ! Rien de surprenant à cela. En effet, il n'est pas de la nature, je l'ai dit et répété sur tous les tons majeurs et mineurs et maintes fois dans l'intention de l'homme blanc, de vouloir le bien ni du con-congolais ni encore moins de l'homme noir comme tel. Lorsqu'il est question d'économie, l'homme blanc devient sans coeur. Combien de fois dois-je vous le dire oh mon Dieu de Lubefu, chez moi de la savane Batetela?
Incapable de se prendre en charge lui-même, il est à l'image de l'homme afro-noir en général, enfant, sénile, ridicule, l'homme congolais ne peut se remettre qu'aux volontés et aigreurs de l'homme blanc. Privé de mémoire calculatrice voire stratégique, l'homme congolais n'est et ne sera jamais un joeur d'échec. Il ne connaît pas les mathématiques. Il n'est pas un rêveur non plus. Car il n'est pas métaphysique, et ne la connaît pas. La métaphysique, cette capacité qu'à l'homme blanc de transcender les phénomènes, d'atteindre et de discuter avec les noumènes, c'est-à-dire les choses en soi (cfr. Kant).
S'enflamer, comme j'en vus ces derniers moments, sur l'idée américaine de faire respecter la constitution au Congo-Kinshasa n'était ni plus ni moins qu'une et mille manières de confirmer le handicap métaphysique de l'homme congolais. Il ne voit jamais plus loin que son nez. Car comment ne pas y avoir vu l' irréversible supercherie? L'objectif y poursuivi y consistait à flatter l'éternelle et immense  nullité des congolais au travers la vraie fausse volonté de forcer J. Kabila à ne plus se représenter en 2016, mais en lui reprenant (lui l'homme congolais) de la main gauche (je parle des nouveaux puits de pétrole qu'ils ont envie d'exploiter, sans Kabila comme président, mais en plaçant quelqu'un d'autre qui travaillerait mieux pour eux, je dis bien pour eux, et jamais pour les noirs de l'ex colonie belge faite des indigènes du Congo-belge et du Rwanda-Urundi; eux ce sont des animaux, qui n'ont droit à rien même pas de pisser ni de chier, enfin ...!) ce que les "marchands de morts" occidentaux blancs leur ont donné de la main droite, prétendument. Combien de temps aurait-il fallu que je crie pour que ces éternels "enfants" congolais comprennent une telle supercherie ? Un congolais de Kinshasa, invectivait sans doute avec recule à juste titre un rwandais, n'était ni plus ni moins qu'un BFM ! C'est-à-dire un homme à qui il faut donner une bière, une femme, et la musique, et vous avez résolu votre affaire ! Et ce n'est pas caricaturale, du tout. La vérité blesse, bien sûr. Mais en est-elle ainsi (vérité)., hélas !

Le combat que je mène, et qui doit déranger beaucoup de ces enfants, est justement de redresser cette mauvaise image qui colle à la peau de l'homme congolais. Montrer qu'il peut redevenir un homme normal comme le rwandais, le sénégalais. Parce qu'en fait rwandais pilleur, violeur, tueur, Paul Kagamé, de toute ma haine, a montré sa capacité de voler, de tuer au Congo, et avec ce qu'il a volé aux congolais, transformer son pays ! On peut le féliciter, ce Kagamé.
Là où l'homme congolais, nommé à un poste de responsabilité dans une entreprise marchande ou non marchande se distingue dans la corruption, et l'incapacité congénitale en tous genres, l'homme rwandais, dont le pays ne dispose d'aucune richesse naturelle, excepté la "matière grise", opère des miracles rien qu'avec ce qu'il a volé à son voisin ! Pendant que l'homme (congolais) qui dispose d'un scandale géologique, zoologique, botanique, humain, et tous les types de scandales politiques, économiques, sociaux, culturels imaginables, n'est capable que de tendre la main aux autres ! Devenant ainsi un mendiant force 12, quoi ! Sincères félicitations M. Kagamé d'être un voleur modèle. Celui qui prend aux autres ce qu'il n'a pas, pour y aller construire dans son pays des maisons, des routes, hôtels, des hôpitaux ... Tout ce qui peut faire d'un pays quelque chose d'acceptable aux yeux de tous. Dans une semaine, j'embarque pour "Tshigali" pour aller visiter ce que j'entends sur ce qu'est devenu cette capitale et l'ensemble du Rwanda grâce aux richesses venant de mon pays de souche la République Démocratique du Congo. Il paraît que leurs femmes étaient très belles, et qu'elles étaient, elles aussi, je ne rigole pas, je me veux sérieux, très sérieux, importées du Kivu à côté! J'espère seulement ne pas me faire repérer là-bas par mon ancienne copine, une tutsie, que j'aimais tant à Louvain-La-Neuve, et qui y travaille. Mais qui dit que ce n'est pas elle, en vérité, que je vais visiter ? Pensez ce que vous pensez, mais pour moi c'est "Tshigali" que je pars visiter. L'ambassade de ma Belgique d'adoption a été prévenue. Car, il ne faut pas qu'on me coupe à la machette là-bas et qu'on me tartine ensuite. Cannibale. En plus. Je n'en sais rien. Ce que je sais est que ce n'est pas là-bas qu'on mange la chaire humaine, mais plutôt de l'autre côté! Où ... suivez la carte de la RDC, et vous saurez où là-bas de l'autre côté. Je ferme cette parenthèse.
A chacun son métier. Je suis philosophe. Et, le rôle du philosophe, c'est de penser, de méditer, de réfléchir, d'anticiper mieux que ne le peut aucun autre homme au monde. A dire vrai, le philosophe est un homme spécial. Au sens d'homme extraordinaire voire unique. Unique par sa pensée, son agir, son être-au-monde. Un philosophe n'est pas un politicien. Il peut être politique, mais jamais politicien. Être politicien, c'est mentir. Or, le mensonge n'est pas un attribut du philosophe comme il en est du politicien. Un politicien ne doit son existence en tant que tel qu'en ne tenant jamais ses promesses. Il ne peut y faire autrement. C'est sa première nature. C'est comme ça qu'il est : menteur professionnel.
Mon métier de philosophe me donne, donc, un avantage considérable sur les autres avatars congolais qui n'y comprennent rien. Eux, il faut qu'on leur explique tout. Pour qu'ils comprennent. Mais, hélas, parfois en dépit des écrits sublimes leur destinés, ils ne comprennent jamais rien. Il faut parfois en arriver aux mains, véridique, les rosser, les bastonner. Les battre, les remuer comme on malaxe la semoule, leur fait du bien. Croyez-moi. Il n'y a que ce langage-là qu'ils comprennent. Il n'y a que la chicotte qui les rend humains ! Si Platon, le Grec, n'avait pas tort de placer le philosophe au sommet de la Cité ou de la République, j'ai dernièrement, dans mes enseignements, ajouté la dimension révolutionnaire sur la théorie platonicienne du "philosophe roi". J'y ai proposé la théorie du "philosophe guerrier".
Parce que, j'estime, que le philosophe n'est pas seulement un écrivain, un spéctacteur, mais qu'il est également un acteur. A un moment donné, il doit sortir de sa caverne, prendre l'arme et abattre les gens hostiles à l'humanité et à la civilisation. On doit cesser au Congo de s'enfermer dans la culture de la victimisation. Une culture déshumanisante qui veut qu'on ne soit jamais  responsable de quoi que ce soit, mais toujours de la faute des autres. Si ça ne marche pas, c'est la faute aux belges, aux français, aux américains! Les japonais furent bombardés à l'arme nucléaire, par deux fois, mais ils y sont arrivés. Les chinois faisaient, avec les congolais et les autres, partie du Tiers-monde. Aujourd'hui, ils n'y sont plus; ils deviennent la première puissance économique, et industrielle du monde, vérité si je mens ! Comment et pourquoi, se demande-t-on ? Parce que japonais et chinois ne passèrent pas leur temps à accuser les autres, ni à se plaindre tout le temps de l'impérialisme, de l"hégémonisme, de la colonisation britannique, ils y ont travaillé dur et voilà ils y sont arrivés. En revanche, combien est-il difficile d'entendre un congolais se demander ce qu'il a fait pour son pays (cfr. J.F. Kennedy : "Ne demandez pas ce que les Etats-Unis d'Amérique ont fait pour vous, mais demandez-vous plutôt ce que vous avez fait pour les USA").? Lui (je parle de l'avatar congolais), on doit lui amener tout sur la table.
La liberté, la dignité, l'indépendance, le sérieux, la capacité créatrice, productrice, introductrice de l'invention dans l'Histoire ... c'est l'homme blanc qui doit lui en définir les contours. Telle est la négrophobie ou la maladie d'être noir. Eh oui être noir peut être une maladie. La négritude, si j'y suis opposé toute ma vie, c'est parce qu'elle a endormi au somnifère l'homme noir, au lieu de l'émanciper humainement, de lui faire prendre des risques, de le faire oser, car qui ne risque rien n'a rien, au final. La négritude, pour moi, est un cache-misère. Une idéologie du sous développement, sans foi ni loi. Son seul haut fait d'arme l'argumentaire selon lequel "ma peau noire était aussi belle voire plus belle que la peau blanche". Là où elle aurait indiqué à l'homme noir la clé du secret du développement intégral de toute culture dynamisante, créatrice, productrice, et inventrice, eh bien la négritude a élevé le débat au niveau pigmentaire. Ridicule. Mort à l'homme noir !
Aujourd'hui à Kinshasa et certainement sur toute l'étendue du pays, c'est Dieu (lequel? celui d'Israël? ou celui qui tue en ce moment à Gaza des enfants innocents avec la complicité des USA et de l'ONU?), qui doit tout solutionner à sa place ! Partout le même refrain : "Nzambe akosala" (traduction : Dieu fera). Et, lorsque ce Dieu n'y arrive pas (comme il est trop occupé dans des guerres où l'on massacre des enfants et l'on viole des femmes; il se bat notamment en Israël, en Afghanistan, en Syrie, contre les enfants de Mahomet), l'homme congolais se tourne alors vers ses gouvernants : "Leta aya kotalela biso likambo oyo" (traduction : "Que l'Etat vienne solutionner ceci"). Voilà la caractéristique d'un peuple congénitalement incapable, sourd et aveugle. Abrouti et sans personnalité, il s'y laisse faire, accepte n'importe quoi, accepte la sodomisation d'où qu'elle vienne. La liberté s'arrache. La dignité se mérite. Voilà la vraie vérité. L'imagination créatrice manque à l'homme congolais, et l'homme afro noir n'est pas en reste. Un peuple ne se fera un destin qu'en mettant en exergue une tradition créatrice. Celle du congolais ne l'est pas encore. Et c'est là que le bas blesse.

Un peuple n'a du reste que des dirigeants qu'il mérite, disait quelqu'un dont j'ai perdu le patronyme.
Antoine-Dover OSONGO-LUKADI
Chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie
Professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur-Administrateur de kilimandjero.blogs.dhnet.be
Membre du C.A. NTM
 

Lire la suite

15/08/2014

 

CONGO/CONGO:SASSOU NGUESSO PROPOSE QUE LA RDC REVIENNE À SON ANCIENNE APPELLATION « ZAÏRE »

VERBATIM:
Je l'ai toujours dit. Sassou Nguesso le dictateur de Brazzaville, n'est pas qu'un associal naturel, mais également un grand et infame dictateur consacré. Le voilà devenu historien, archéologue, paléotolongue, géo-politologue maintenant ! Comment a-t-il osé? Parce que de son "mbata ya mokolo", comme si ça ne suffisait pas, il se croit permis d'humilier le peuple congolais d'en face, sans en recevoir en retour. Cette fois-ci, il en vient d'en recevoir une de bien plus pertinent :"mbata ya muana mayele" (la baffle d'un môme bien pertinent).

En tout cas, Joseph Kabila Kabange "son fils" et homologue d'en face lui en a bien mis plein dans le cul. Cette fois-ci Sassou et son peuple inutile réfléchiront cent fois avant de dépiter n'importe quelle insanité sur le peuple congolais de Kinshasa. On a souvent accusé son homologue kinois de laxisme, voire de complicité dans la situation politique tendue entre les deux capitales les plus rapprochées de la terre. Les eaux stagnantes, me disait mon oncle paternel - "positif" comme je le surnomais de son vivant - sont toujours profondes et dangereuses. Eh bien elles viennent d'en porter, le "cadavre" de Sassou Nguesso.
Je ne connais pas le président kinois Joseph Kabila Kabange. Je ne l'ai jamais ni vu de près, ni rencontré. Mais son silence intriguant peut en tuer plus d'une personne. Il vient d'humilier et de ridiculiser son homologue brazzavillois. Les plus grands diseurs, dit-on, ne sont pas toujours les plus grands faiseurs. Sassou n'ignore pas qu'était-ce le Zaïre de son frère Mobutu. Car, Zaïre, dont l'appellation commence par la lettre Z, n'y symbolisait de son temps que le grand fiasco humain, social, politique, économique.
Le Congo-Brazzaville est effectivement un tout petit pays, dont la superficie est effectivement celle d'une province de l'immense pays en face le Congo-Kinshasa. Etonnant que Sassou, le sachant mieux que quiconque, fait semblant de le feindre. Mais, on lui dammé les pions, et ce n'est nullement pour me déplaire. Bravo Joseph Kabila Kabange. Vous avez bien répondu. Parfois, apprenez à sortir de vos réserves.
Antoine-Dover OSONGO-LUKADI
Chercheur habilité à diriger des recherches
Professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur de kilimandjero.blogs.dhnet.be
Membre du C.A. NTM
 

Lire la suite

 

« LES NOIRS DOIVENT APPRENDRE À SE MÊLER DE CE QUI LES REGARDE »

VERBATIM:
"Oui ! Je dis oui à l'homme qui m'a interpellé récemment à Londres en ces termes : "Continuez à écrire. Ne vous fatiguez pas. Vous y arriveriez. Même quand vous ne serez plus là. Vos écrits se répandront partout et des jeunes noirs vous suivront.Ceux qui ont fondé la négritude - même si vous n'en partagez pas la portée - n'imaginaient pas de leurs chambres d'étudiant à Paris, qu'ils fascineraient autant le monde nègre."
Oui !les paroles de cet homme ont bercé mon imagination dans le train qui me ramenait en Belgique mon beau pays d'adoption que j'adore plus que tout, vraiment. Et encore davantage lorsque je suis tombé sur la réaction ci-dessous du lecteur de Negronew.
Antoine-Dover OSONGO-LUKADI
Chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie
Professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur de kilimandjero.blogs.dhnet.be
Membre du CA du NTM

Les commentaires sont fermés.