Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/10/2015

ISRAËL: ON SE CONTRE FICHE DE QUI A INSPIRE QUI LA SHOAH ESTY UNE ABOMINATION ET DONC IMPARDONABLE!

VERBATIM:

« Hitler, à ce moment-là, ne voulait pas exterminer les juifs, mais les expulser. Alors Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler et a dit: "Si vous les expulsez, ils viendront tous ici" », en Palestine, a affirmé Benyamin Netanyahu. « "Et qu'est-ce que je vais en faire ?", a demandé [Hitler]. Il [le mufti] a dit: "Brûlez-les". 

Source: rfi.fr du 21/10/2015


Shoah: le grand mufti de Jérusalem a inspiré Hitler, selon Netanyahu

mediaLe Premier ministre, Benyamin Netanyahu.REUTERS/Menahem Kahana

Le Premier ministre israélien a déclenché une tempête sur les réseaux sociaux en affirmant que c’est le grand mufti de Jérusalem, Haj Amin al-Husseini, qui a inspiré à Adolph Hitler la solution finale et le génocide des juifs d’Europe. L’opposition israélienne critique une « déformation historique dangereuse ».

Le Premier ministre israélien intervenait devant le 37e Congrès sioniste à Jérusalem, ce mardi 20 octobre, lorsqu’il a tenu des propos qui ont déclenché la polémique. Dans le fil d’un argumentaire destiné à réfuter l’idée selon laquelle Israël cherche à détruire ou s'accaparer l'esplanade des Mosquées et la mosquée al-Aqsa, Benyamin Netanyahu se lance dans une digression historique et évoque la rencontre entre Adolf Hitler et le grand mufti de Jérusalem Haj Amin al-Husseini, en novembre 1941 à Berlin.

« Hitler, à ce moment-là, ne voulait pas exterminer les juifs, mais les expulser. Alors Haj Amin al-Husseini est allé voir Hitler et a dit: "Si vous les expulsez, ils viendront tous ici" », en Palestine, a affirmé Benyamin Netanyahu. « "Et qu'est-ce que je vais en faire ?", a demandé [Hitler]. Il [le mufti] a dit: "Brûlez-les". »

Une position déjà ancienne

Des propos, cités par le quotidien de gauche israélien Haaretz et disponibles en ligne sur le site du Premier ministre israélien, qui ont déclenché une levée de boucliers aussi bien au sein de l’opposition israélienne que parmi les historiens.

 
 

 

Haaretz relève également que ce n’est pas la première fois que le Premier ministre israélien tient des propos similaires, et rappelle qu’en 2012, déjà, il avait accusé le grand mufti de Jérusalem d’être l’un des « principaux architectes » de la Shoah.

Isaac Herzog, leader des travaillistes a demandé à Benyamin Netanyahu de retirer immédiatement ses propos, qu’il a qualifiés de « déformation historique dangereuse (…) minimisant la Shoah, les nazis, et la part qu'Adolf Hitler a prise dans la terrible tragédie qu'a subie notre peuple pendant la Shoah ».

Une « falsification historique » dénoncée par les historiens

« Ce n'est pas le mufti, même s'il avait des positions antijuives très extrêmes, qui a donné à Hitler l'idée d'exterminer les juifs. (…) Cette idée est bien antérieure à leur rencontre de novembre 1941. Dans un discours au Reichstag le 30 janvier 1939, Hitler évoque déjà "une extermination de la race juive" », a pour sa part rappelé Dina Porat, historienne en chef du mémorial Yad Vashem pour la mémoire de la Shoah, à Jérusalem.

En Allemagne, le porte-parole d'Angela Merkel, Steffen Seibert, s'est également inscrit en faux face à ces déclarations. « Tous les Allemands connaissent l'histoire de folie raciale meurtrière des nazis qui a conduit à la rupture avec la civilisation que fut l'Holocauste », a-t-il réagit. « Cela est enseigné dans les écoles allemandes pour une bonne raison, cela ne doit jamais être oublié. (...) Je ne vois aucune raison de modifier notre vision de l'histoire d'une quelconque manière. (...) Nous savons que la responsabilité pour ce crime contre l'humanité est allemande et qu'elle est vraiment la nôtre. »

Une « falsification historique » dénoncée également sur son blog par le chercheur Julien Salingue, spécialiste de la Palestine, qui a vivement dénoncé ces propos du Premier ministre israélien sur les réseaux sociaux.

 

Des propos incendiaires tenus alors même que Ban Ki-moon est actuellement en visite dans la région pour tenter d’apaiser les tensions extrêmes entre Israéliens et Palestiniens. Le Premier ministre israélien a d’ailleurs rencontré le même jour le secrétaire général des Nations unies, qui multiplie les rencontres bilatérales pour mettre fin à la montée des violences à l’œuvre depuis le début du mois.

Les commentaires sont fermés.