Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

05/11/2015

RFI : LES PLUS GRANDES FORTUNES D'AFRIQUE FRANCOPHONE SUBSAHARIENNE SONT...

VERBATIM:

"Alors info ou intox?Si je me pose cette question ce n'est nullement pour amuser la galerie, mais pour bien me frotter l'oeil et l'oreille pour voir, comprendre, et entendre, car je n'y vois nulle part le nom du président congolais démocratique Joseph Kabila Kabange à qui, pourtant, on attribue des milliards de dollars américains volés à son peuple en à peine une dizaine d'années de pouvoir, et ni encore moins les noms de ses homologues Sassou, Bongo et compagnies? Peut-être que ces chefs d'Etats noirs d'Afrique centrale sont-ils si dépensiers, qu'ils dilapident en un clin d'oeil tout ce qu'ils volent ou prennent à leurs peuples? Mais peut-être que, contrairement à leurs homologues anglophones et haut-sahariens, ils savent très bien cacher leur jeu, qu'il est impossible aux enquêteurs indiscrets de bien fouiner pour retrouver leurs caches? En tout cas dans un cas comme dans un autre cas, et en attendant un autre son de cloche, on doit se résoudre à cette évidence que la vérité reste quelque chose d'essentiel dans la vie et l'existence des hommes."

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Directeur-Administrateur kilimandjero.blogs.dhnet.be


Les plus grandes fortunes d'Afrique francophone subsaharienne sont…

mediaDeux Camerounais occupent les deux premières marches du podium de Forbes, suivis par des Congolais et des Malgaches.AFP / SEYLLOU

Dans son édition de novembre 2015, le magazine américain Forbes vient de publier le premier classement des personnes les plus riches en Afrique francophone subsaharienne. Une partie du continent absente dans le classement annuel consacré aux plus grandes fortunes du monde. Ce premier classement du genre dresse une liste de 24 personnes créditées de plus de 200 millions de dollars.

L'Afrique francophone était jusqu'ici absente des classements de Forbes, qui dressent chaque année la liste des milliardaires en dollars dans le monde. Il y en avait cette année plus de 1800, selon le magazine américain. Parmi eux, 29 Africains, mais aucun ressortissant d'un pays d'Afrique francophone au sud du Sahara.

Pour la première fois, Forbes est allé scruter les fortunes individuelles ou familiales dans ces pays. Premier constat : aucun francophone n'atteint jusqu'ici le chiffre d'un milliard de dollars, seuil minimal pour figurer sur la liste annuelle mondiale. Selon le classement du magazine dédié aux francophones subsahariens, deux Camerounais occupent les deux premières marches du podium : Baba Ahmadou Danpullo et Paul Fokam Kammogne.

La famille Rawji de République démocratique du Congo complète le podium, talonnée par Georges Forrest, un autre multimillionnaire congolais, 4e sur les 24 répertoriés. Ces fortunes se situent loin derrière celles des pays d'Afrique anglophone, d'Afrique du Nord et même celles de l'Angola, pays lusophone. Seuls points communs sur le continent, tous ces riches sont créateurs ou héritiers d'entreprises et ils répartissent leurs investissements dans plusieurs secteurs.

Le pays le plus pauvre du monde a aussi ses millionnaires

 
Masquer cette publicitéÀ propos de Invibes advertising

Pour protéger votre famille, des solutions existent

Découvrez le bilan de prévoyance et l’assurance décès de la Caisse d’Epargne.

 

Madagascar, pays le plus pauvre au monde selon la Banque mondiale, a aussi ses millionnaires en dollars. Quatre familles figurent dans ce classement. Toutes sont d'origine indienne ou française.

Ylias Akbaraly est en cinquième position du classement du magazine Forbes. Ce franco-malgache d'origine indienne a construit un empire à partir de l'entreprise industrielle familiale. Sa fortune est évaluée à 710 millions de dollars. Comme toutes les grandes fortunes à Madagascar, il est présent dans divers secteurs à travers son groupe Sipromad : l'industrie, le tourisme, l'aviation, l'immobilier, la sécurité. Il compte aussi des investissements en Afrique et dans l'océan Indien dans les télécommunications et les nouvelles technologies.

La seconde fortune de Madagascar est aussi d'origine indienne. Hassanein Hiridjee, 705 millions de dollars selon Forbes. De nationalité française, ce quarantenaire est à la tête d'un groupe en pleine expansion. En un an, il a conclu le rachat de la deuxième banque malgache, la BNI, et d'opérateurs téléphoniques à La Réunion et aux Comores voisines. Vient ensuite, en 11e position, Iqbal Rahim, Fondateur du groupe pétrolier Galana, d'origine indienne également. Sa fortune est évaluée à 419 millions de dollars. Enfin, la famille française Fraise est 23e au classement avec 208 millions de dollars. Elle est présente sur la Grande île dans l'énergie, les travaux publics et la vanille.

Madagascar est donc le 2e pays d'Afrique subsaharienne francophone dans ce classement de millionnaires. Un palmarès qui détonne pour un pays toujours en bas des tableaux internationaux en terme de développement et de climat des affaires.

VOICI LA LISTE:

Les 10 Africains les plus riches selon «Forbes»

mediaAliko Dangote, l'Africain le plus riche du monde. Ici à Davos, le 22 janvier 2014.REUTERS/Denis Balibouse

Les plus grosses fortunes d’Afrique sont répertoriées chaque année par le magazine Forbes. Elles sont le fait d’entrepreneurs opérant dans le ciment, le luxe, l’agroalimentaire et la grande distribution et proviennent, pour l’essentiel, d’Afrique du Sud, du Nigeria et d’Egypte. Elles ont été construites en majorité par des hommes de 54 à 83 ans, avec seulement deux Noirs et une femme de 42 ans.

1. Aliko Dangote, Nigeria
L’Africain le plus riche du monde a 58 ans. Il pèse 15,7 milliards de dollars, selon le classement 2015 de Forbes . Issu d’une famille commerçante de Kano, dans le nord musulman, il fait partie de ces self-made men qui se sont construits eux-mêmes au Nigeria. Il se lance dans les affaires à 20 ans, avec 2 300 euros prêtés par un oncle et trois camions pour vendre du ciment. Il se retrouve aujourd’hui à la tête du groupe Dangote, un empire industriel qui prospère dans le ciment, le sucre et la farine. Après un voyage au Brésil, en 1999, où il est fasciné par le niveau d’industrialisation atteint par ce marché émergent, il décide de passer de la vente à la fabrication. Il achète des usines et fait de son succès une affaire continentale : il s’implante en Zambie, en Tanzanie, en Afrique du Sud mais aussi au Sénégal, en Côte d’Ivoire et au Cameroun.

2. Johann Rupert, Afrique du Sud
La seconde fortune d’Afrique s’avère deux fois moins importante, avec 7,1 milliards de dollars. Elle est détenue par le Sud-Africain blanc Johann Rupert. Cet Afrikaner de 65 ans a hérité des affaires de son père, Anton Rupert, un magnat du tabac. Patron depuis 2010 de la société de luxe Richemont, basée en Suisse, il est le propriétaire des marques Cartier, Van Cleef & Arpels et Montblanc, entre autres. On ne peut pas lui reprocher de ne plus rien avoir d’africain, puisqu’il détient des parts dans la holding Remgro, un empire industriel coté à la Bourse de Johannesburg. Il exploite deux propriétés viticoles en Afrique du Sud et expose ses 200 voitures de collection dans un musée à Franschhoek, dans la région du Cap. 

3. Nicky Oppenheimer, Afrique du Sud
Héritier du leader mondial du diamant brut, le groupe De Beers, fondé par son grand-père Ernest, un juif allemand émigré en Afrique du Sud, Nicky Oppenheimer, 70 ans, a décidé de vendre ce fleuron de l’industrie minière sud-africaine en 2012. Un choix radical qui a marqué la fin du contrôle familial sur le groupe, mais qui lui a permis d’engranger 5,1 milliards de dollars en cash. Soit une bonne partie de sa fortune, estimée à 6,7 milliards de dollars. Attaché à l’Afrique du Sud où il vit toujours, Nicky Oppenheimer a réinvesti cet argent par le biais des deux sociétés d’investissement qu’il contrôle avec son fils Jonathan Oppenheimer.
 
4. Christoffel Wiese, Afrique du Sud
Surnommé « Christo », cet industriel afrikaner de 74 ans a amassé 6,3 milliards de dollars dans la grande distribution. Il détient 15% des parts de la chaîne de supermarchés Shoprite, implantée à travers l’Afrique, mais aussi 44% de Pepkor, un groupe sud-africain spécialisé dans la vente de vêtements bon marché. Il est également le propriétaire d’un hôtel cinq étoiles, Lanzerac Manor & Winery, d’une réserve naturelle privée dans le Kalahari et de la société d’investissement Brait. En avril 2015, cette dernière a racheté au groupe britannique Virgin 80% de ses parts dans les salles de sport de Virgin Active à travers le monde. Montant de la transaction : 1 milliard de dollars.
 
5. Nassef Sawiris, Egypte
A 54 ans, Nassef Sawiris détient la première fortune d’Egypte - quelque 6,3 milliards de dollars. Fils cadet du capitaine d’industrie Onsi Sawiris, il dirige la principale entreprise de sa famille, Orascom Construction Industries (OCI), la plus grosse valeur de la Bourse du Caire. Producteur de ciment et d’engrais, il a tiré une partie de sa fortune de la vente en 2007 d’Orascom Cement au groupe Lafarge, une multinationale française dont il est devenu le deuxième actionnaire. Le regard tourné vers les Emirats arabes unis, Nassef Sawiris a noué en 2015 un partenariat avec une firme d’Abou Dhabi pour construire une centrale à charbon en Egypte. Ses deux frères aînés, Naguib et Samih, plus connus que lui, sont actifs dans les télécoms et l’hôtellerie.

6. Mike Adenuga, Nigeria
Deuxième fortune du Nigeria et sixième d’Afrique selon Forbes, avec 4 milliards de dollars, cet ancien proche du général Babangida a prospéré dans les télécoms et le pétrole. Il a fondé en 2006 Global Communications (Globacom), le second opérateur cellulaire nigérian - 27 millions d’abonnés - et pilote Conoil Producing, l’une des plus grosses sociétés pétrolière indépendantes du Nigeria. Surnommé The Bull (« Le Taureau ») en raison de sa corpulence, le Yorouba le plus riche du Nigeria se montre, à 62 ans, moins discret qu’Aliko Dangote. Il a fait ériger une tour de 13 étages en plaqué or sur Victoria Island, à Lagos.

 
Masquer cette publicitéÀ propos de Invibes advertising

Vous souhaitez améliorer le rendement de votre assurance vie ?

Découvrez la réponse de la Caisse d’Epargne pour diversifier et optimiser votre contrat.

7. Mohamed Mansour, Egypte
Patron du groupe familial Mansour, cet ingénieur de 67 ans formé aux Etats-Unis vaut 4 milliards de dollars. Il détient Metro, la plus grande chaîne de supermarchés d’Egypte, ainsi que le second groupe immobilier du pays, Palm Hills, sans oublier les franchises de McDonald’s et Philip Morris. Mohamed Mansour a construit son empire en développant des concessions de marques automobiles américaines, Chevrolet, General Motors et Caterpillar. Depuis la révolution égyptienne, il diversifie ses investissements à l’étranger, notamment dans l’immobilier aux Etats-Unis.
 
8. Nathan Kirsh, Swaziland
Issu d’une famille juive sud-africaine, cet industriel de 83 ans a amassé 3,9 milliards de dollars par le biais d’un parcours aussi atypique que sulfureux : il s’est installé en 1986 au Swaziland, royaume enclavé en territoire sud-africain dont il est devenu un ressortissant, après l’échec d’un partenariat avec le groupe sud-africain Sanlam. Propriétaire de la société immobilière Swazi Plaza Properties, à 50% avec une société publique du Swaziland, il a fondé Jetro Holdings, un grossiste qui dessert les épiceries. Ses multiples sociétés sont domiciliées dans des paradis fiscaux, aux Iles Vierges et au Liberia notamment. Il détient par le biais de diverses holdings une part importante de la société de sécurité israélienne Magal Security Systems.

9. Isabel Dos Santos, Angola
La fille aînée de José Eduardo Dos Santos, au pouvoir en Angola depuis 1979, a été identifiée par Forbes en 2011 comme la femme la plus riche d’Afrique. La « princesse Isabel », belle métisse issue d’un premier mariage de Dos Santos avec une Russe, dispose à 42 ans de la 9e fortune africaine, estimée à 3,1 milliards de dollars. Elle détient des intérêts partout : en Angola et au Portugal, dans la banque - avec entre autres 25% de la Banque internationale de crédit (BIC), la quatrième banque angolaise, et 19% de la Banque portugaise d’investissement (BPI), quatrième banque du Portugal - mais aussi les diamants, l’énergie, les télécoms, le ciment, l’immobilier et l’agroalimentaire. Mariée à Sindika Dokolo, métis dano-congolais et grand collectionneur d’art contemporain, elle opère dans l’ombre de son puissant père.

10. Isaad Rebrab, Algérie
Simple comptable à ses débuts, cet industriel algérien de 71 ans dispose aujourd’hui de 3,1 millions de dollars. Il a fondé Cevital en 1998, devenu l’un des plus grands groupes privés de son pays. Il exporte en Europe et dans le Maghreb des huiles, de la margarine, du sucre, des eaux minérales et autres boissons gazeuses. Actif dans la grande distribution, l’industrie et les services, il rachète des sociétés européennes au bord de la faillite pour mieux se diversifier. En 2013, Cevital a ainsi acquis Oxxo Evolution, fabricant français de fenêtres en PVC, puis en 2014 Fagor-Brandt, un poids lourd franco-espagnol de l’électroménager, ainsi que les aciéries italiennes de Lucchini Piombino. Son dernier projet : une vaste zone industrielle dénommée Cap-2015, avec un hub portuaire à Cap Djinet, à l’est d’Alger, et la construction d’une ville nouvelle.

 

 

Les commentaires sont fermés.