Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/11/2015

SOYEZ LES BIENVENUS DANS L'UNIVERS DU HARCELEMENT A TOUT VENT MERCI !!!

VERBATIM:

" Au moment des faits, la victime a demandé aux deux caissiers présents d'appeler la police, en vain. Il a dû s'en charger lui-même, tandis que les deux femmes le poursuivaient. "Ce n'est pas une blague et cela doit être pris au sérieux", affirme Jessica Raven, qui dirige une association contre le harcèlement de rue. Homme ou femme, tout le monde peut être victime d'une agression sexuelle. "C'est un exemple de harcèlement sexuel en public que les gens de notre ville vivent tous les jours. C'est complètement inacceptable et cela peut aussi arriver aux hommes."

Source:Yahoo.fr du 12/11/15


I.

Ce twerk est une agression sexuelle et "ce n'est pas une blague"

Sauvegarder

réagir

0

Lire article

Par: Catherine Delvaux 12/11/15 - 09h03 © Capture d'écran.

vidéo "Cela peut aussi arriver aux hommes."

Ayanna Marie Knight, 22 ans, a été arrêtée au début de cette semaine après avoir "twerké" contre un homme qui n'avait rien demandé. La scène s'est déroulée le 7 octobre dernier dans une station-service de Washington et a été filmée par des caméras de surveillance, indique le site de Metronews. Une seconde jeune femme, toujours recherchée par la police, a ensuite tenté de toucher les parties intimes de la victime, à plusieurs reprises. Interrogé par News4, l'homme agressé a confié qu'il s'était senti humilié. "J'ai été agressé sexuellement (...) quand quelqu'un agrippe vos parties intimes sans votre permission, peu importe la personne, c'est une violation claire." Au moment des faits, la victime a demandé aux deux caissiers présents d'appeler la police, en vain. Il a dû s'en charger lui-même, tandis que les deux femmes le poursuivaient. "Ce n'est pas une blague et cela doit être pris au sérieux", affirme Jessica Raven, qui dirige une association contre le harcèlement de rue. Homme ou femme, tout le monde peut être victime d'une agression sexuelle. "C'est un exemple de harcèlement sexuel en public que les gens de notre ville vivent tous les jours. C'est complètement inacceptable et cela peut aussi arriver aux hommes.

II

Les internautes sont outrés sur Facebook: "Quelle honte", "T'es fier de toi?" ou encore "Tu me fais vomir mec".

Comme le précise Metronews, la vidéo de l'agression d'une jeune femme à proximité de la gare de Cannes est en train de devenir virale. Elle a été postée le 1er novembre dernier. Elle ne dure que quelques secondes et les auteurs de cette agression ne se cachent pas (chaque membre est identifié sur Facebook). Que voit-on dans cette vidéo? Un individu soulève la robe d'une jeune femme dans un magasin d'alimentation. Plus tard, encouragé par ses copains, il revient sur ses pas et frappe violemment sa victime sur les fesses. Tant bien que mal, la jeune femme se rhabille sous les moqueries des autres personnes. Un tollé sur Facebook En trois jours, cette vidéo a été partagée plus de 4.800 fois sur Facebook. Elle a surtout provoqué un tollé sur les réseaux sociaux. "Quelle honte", "T'es fier de toi?" ou encore "Tu me fais vomir mec". Des internautes scandalisés ont relayé cette scène sur le compte Facebook du projet féministe "Paye Ta Shnek". Le cabinet de Pascale Boistard, secrétaire d'Etat chargée des Droits des femmes, a pris l'affaire au sérieux. "Nous avons localisé l'endroit et avons transmis nos informations au ministère de l'Intérieur dès mardi soir", précise un porte-parole au site Metronews.

III

Lire article

Par: rédaction 27/10/15 - 07h51  Source: Belga © YouTube.

Trois Américaines ont porté plainte à Los Angeles contre un prince saoudien, l'accusant de les avoir sexuellement agressées et séquestrées pendant trois jours dans sa propriété de Beverly Hills.

Les trois femmes, dont l'identité n'a pas été révélée, ont porté plainte au civil jeudi contre Majed Abdulaziz al-Saud, 29 ans, qui les avaient embauchées comme domestiques fin septembre, selon elles. Elles affirment que le prince leur a fait des avances sexuelles, notamment en se frottant contre l'une d'elles et en demandant à une autre "de lécher tout son corps". Selon elles, il a aussi ordonné à l'ensemble du personnel, y compris des agents de sécurité, de se déshabiller près de la piscine, en disant vouloir voir leurs sexes. Toujours d'après ces accusations, lorsqu'une des plaignantes l'a supplié d'arrêter, le prince a crié: "Tu n'es pas une femme! Tu n'es personne! Je suis un prince et je ferai tout ce que je veux et personne ne fera rien contre moi." Les plaignantes ont également raconté avoir vu le prince en train de se faire masturber par un homme et sniffer de la poudre blanche. "Al-Saud a violemment menacé et sexuellement agressé ses employées et a publiquement humilié ces femmes innocentes", a déclaré lundi à l'AFP Me Van Frish, l'avocat des trois Américaines. L'avocat de Majed Abdulaziz al-Saud n'avait pas réagi lundi soir. Selon Me Van Frish, le calvaire de ses clientes a pris fin lorsque qu'une personne a appelé la police après avoir entendu une femme - qui n'est pas partie prenante dans cette plainte au civil - appeler à l'aide tout en essayant d'escalader les murs de la propriété. Le prince avait alors été arrêté le 23 septembre et accusé d'avoir forcé cette femme à lui faire une fellation. Les autorités ont indiqué qu'il ne ferait pas l'objet de poursuites criminelles, faute de preuves, mais qu'il pourrait toutefois encore faire l'objet de chefs d'accusation moins graves de l'ordre du délit.

 

Les commentaires sont fermés.