Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

19/09/2016

FRANCE : DECOMPTE MACABRE OUI HOLLANDE AVAIT RAISON POUR UNE FOIS!

VERBATIM:

Le président, François Hollande, a annoncé des moyens supplémentaires pour la lutte antiterroriste. Le fonds d'indemnisation des victimes du terrorisme sera augmenté et l'Etat s'en portera garant, «dans la durée». Le chef de l'Etat a ainsi répondu à une attente des associations de soutiens aux victimes. Il a également affirmé qu'il était du «devoir de l'Etat de répondre à toutes les questions» sur «chaque attentat», y compris sur «son propre rôle».

François HOLLANDE source RFI, 19/09/2016


  • Partager0

 

Terrorisme: Hollande annonce une refonte du fonds d'indemnisation des victimes

mediaFrançois Hollande dépose une gerbe de fleurs en hommage aux victimes du terrorisme, le 19 septembre 2016.REUTERS/Michel Euler/Pool

La France rend hommage ce lundi 19 septembre aux victimes du terrorisme. Une cérémonie s'est tenue ce matin dans les jardins de l'intendant de l'Hôtel national des Invalides à Paris en présence de victimes et de leurs proches. Une cérémonie au cours de laquelle le président Hollande a évoqué la nécessité d'engager des moyens supplémentaires pour la lutte contre le terrorisme.

[Edition spéciale à suivre à 13h30 sur les antennes RFI]

L'hôtel des Invalides à Paris accueillait une cérémonie nationale ce matin, présidée par François Hollande en présence de plusieurs membres du gouvernement et de l'opposition.

Le président, François Hollande, a annoncé des moyens supplémentaires pour la lutte antiterroriste. Le fonds d'indemnisation des victimes du terrorisme sera augmenté et l'Etat s'en portera garant, «dans la durée». Le chef de l'Etat a ainsi répondu à une attente des associations de soutiens aux victimes. Il a également affirmé qu'il était du «devoir de l'Etat de répondre à toutes les questions» sur «chaque attentat», y compris sur «son propre rôle». On se souvient notamment de la polémique sur le dispositif de sécurité après l'attentat du 14 juillet à Nice. Le chef de l'Etat s'est donc engagé à assurer toute la transparence. Et ce devant les victimes, bien sûr, mais aussi les élus Les Républicains de Nice Eric Ciotti et Christian Estrosi qui étaient présents aux Invalides, comme Nicolas Sarkozy, François Fillon et Alain Juppé, notamment.

François Hollande a donc voulu répondre aux attentes mais aussi aux critiques. Et il en a profité pour rappeler une nouvelle fois que le but des terroristes était de «mettre en cause la cohésion du pays». Face au danger de la division, François Hollande a évoqué plusieurs fois la fraternité. Un mot qui revient désormais à chacun de ses discours. 

 
 

 

Manuel Valls, le Premier ministre, Nicolas Sarkozy, le président François Hollande, et la maire de Paris Anne Hidalgo aux Invalides, le 19 septembre 2016.Michel Euler / POOL / AFP

 

Toutes les victimes françaises d'attentats terroristes étaient invitées, celles des drames de 2015, mais également celles du dernier attentat de masse à Nice, le 14 juillet 2016. Ces familles ont pris la parole dès le début de la cérémonie.

 

Mais certains ont regretté que l'Etat ait oublié certains drames : ainsi, les familles des victimes de l'attentat de Karachi, en 2002 au Pakistan, attribué à al-Qaida, n'ont pas été conviées. Onze Français qui travaillaient pour la Direction des constructions navales (DCN) avaient été tués.

 

On n'a pas été invité à cette cérémonie à notre grande surprise...
Témoignage de Sandrine qui a perdu son père dans l'attentat de Karachi 19/09/2016 - par RFI Écouter

Après les proches, les associations de victimes ont pris la parole pour s'adresser aux politiques. Ce sont elles qui sont à l'origine de cette journée : la Fenvac et l'association des victimes françaises du terrorisme (AVFT). Organisé depuis 18 ans par des associations, l'hommage prend cette année une dimension particulière en raison des multiples attaques perpétrés sur le sol français.

Puis les noms des victimes ont résonné, un à un... pour honorer leur mémoire, pour ne pas oublier l'horreur. 

 

Les familles déposent des roses blanches en hommage à leurs proches.REUTERS/Michel Euler/Poo

 

Un pays très meurtri sur son sol ces derniers mois par une succession d'attaques terroristes. 

7 janvier 2015: la rédaction de Charlie Hebdo décimée

Comme tous les mercredis, l'hebdomadaire Charlie Hebdo est en kiosque. Deux hommes encagoulés, les frères Kouachi, pénètrent dans les locaux du journal satirique, rue Nicolas-Appert, près du boulevard Richard-Lenoir, dans le XIe arrondissement de Paris, et se mettent à tirer sur l'équipe avec des kalachnikovs. Douze personnes sont tuées, dont huit collaborateurs de Charlie Hebdo. Les frères Kouachi seront abattus quelques jours plus tard.

8-9 janvier 2015: attaque à Montrouge et prise d'otages

Le vendredi 9 janvier, après avoir abattu une policière municipale à Montrouge la veille, Amedy Coulibaly lance une prise d'otages dans un magasin Hyper Cacher situé porte de Vincennes, dans l'est de Paris. Il tue quatre personnes avant d'être abattu par les forces de police. Le groupe Etat islamique revendique l'attaque.

19 avril 2015: l'attentat manqué de Sid Ahmed Ghlam

Sid Ahmed Ghlam, étudiant en informatique de 24 ans, est arrêté dimanche 19 avril dans le XIIIe arrondissement de Paris, après avoir appelé le Samu pour une blessure par balle. La police le soupçonne d'avoir projeté une attaque terroriste contre deux églises de Villejuif (Val-de-Marne). Il aura fait une victime: Aurélie Châtelain, 33 ans, retrouvée morte dans sa voiture. La jeune femme a été abattue alors qu'elle tentait de résister au vol de sa voiture.

26 juin 2015: le patron d'un chauffeur-livreur décapité

Yassin Salhi, chauffeur-livreur, décapite son patron, avant d'envoyer un «selfie» avec la tête de sa victime à Sébastien Yunes, un jihadiste français se trouvant en Syrie. Et de l'exposer avec un drapeau du groupe EI sur le grillage d'une usine de produits industriels à Saint-Quentin-Fallavier, dans l'Isère. Avant de provoquer une explosion en lançant sa camionnette contre des bonbonnes de gaz. L'organisation EI revendique l'attaque.

21 août 2015: un train Thalys passe près de la catastrophe

Le jeune Marocain Ayoub El Khazzani tente de perpétrer un massacre à l'arme lourde dans un train Thalys reliant Amsterdam à Paris. Son arme s'enraye, et plusieurs passagers le maîtrisent, grâce notamment à l'intervention de deux militaires américains présents dans le train. François Hollande remet la Légion d'honneur à quatre hommes. L'assaillant est arrêté par la police.

13 novembre 2015: les attentats de Paris et Saint-Denis

Vendredi 13 novembre, aux alentours de 21h20, une série de sept attaques est lancée par des commandos terroristes à Paris, notamment lors d'un concert au Bataclan, et à Saint-Denis, en marge d'un match de football entre la France et l'Allemagne. 129 personnes perdent la vie, 300 sont blessées, dont 99 grièvement. La tuerie est revendiquée par le groupe Etat islamique. Sept terroristes trouvent la mort. Quelques jours plus tard, l'organisateur présumés des attaques, Abdelhamid Abaoud, trouve la mort avec d'autres personnes dont sa cousine dans un assaut policier à Saint-Denis.

13 juin 2016: deux policiers sont abattus dans les Yvelines

Jean-Baptiste Salvaing, un policier de Magnanville âgé de 42 ans, près de Paris, ainsi que sa compagne Jessica Schneider, 36 ans, employée au commissariat de Mantes-la-Jolie, sont assassinés chez eux à l'arme blanche par un jihadiste de 25 ans, Larossi Abballa. Le jeune homme revendique son action sur Twitter et Facebook au nom de l'EI. Il est finalement tué par le Raid.

14 juillet 2016: massacre sanglant sur la promenade des Anglais

A Nice, vers 23 h, pendant le feu d'artifice du 14-Juillet, un camion fonce dans la foule réunie sur la promenade des Anglais pour l'évènement. Pendant deux kilomètres, Mohamed Lahouaiej-Bouhlel, un Tunisien domicilié à Nice, roule sans s'arrêter, tuant 86 personnes et faisant des dizaines de blessées. L'individu, âgé de 31 ans, est abattu par la police. L'attentat est revendiqué le 16 juillet par l'organisation terroriste État islamique.

26 juillet 2016: un prêtre normand égorgé pendant sa messe

A Saint-Étienne-du-Rouvray, près de Rouen, pendant la messe, deux islamistes radicaux, Adel Kermiche et Abdel Malik Nabil-Petitjean, égorgent le père Jacques Hamel et blessent grièvement un paroissien. Les assaillants retiennent ensuite trois autres fidèles en otages avant d'être abattus par les forces de l'ordre. L'acte est revendiqué le jour même par l'organisation EI.

Les commentaires sont fermés.