Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Envoyer ce Blog à un ami | Avertir le modérateur

27/09/2016

USA : LES SONDEURS D'OPINION NE VOTENT PAS HEUREUSEMENT!

VEREBATIM:

. "Le terrorisme menace les Etats-Unis, et jamais de mémoire la peur n’en a été autant grande dans le peuple américain surtout blanc, qu’on ne peut voir au nom de quelle alchimie politicienne, les électeurs majoritairement blancs voteront pour elle. Ceux qui ne pourront pas mettre leurs voix pour le candidat républicain s’abstiendront, ce qui lui profitera largement".

 


LES SONDEURS NE VOTENT PAS

Les sondages dans un monde manipulé par les riches et les puissants, on en sait quelque chose, n’ont aucun sens, car ils n’ont jamais élu personne à quoi que ce soit. Ils ont les médias, disent, décident et racontent tout ce qu’ils veulent. Nous avons tous suivi le fameux débat CLINTON&TRUMP, qu'il est quasi impossible de prétendre ou d'affirmer, à la suite des arguments et contre arguments du candidat républicain, qu’il n’a pas fait bonne figure ou qu’il a perdu face à la femme de l’ex infidèle président du même nom.

Contrairement à la Belgique, par exemple, et non pas parce que je suis belge et très fier de l’être, je le revendique sur tous les tons majeurs et mineurs, les Etats-Unis d’Amérique est un Etat fondé sur le racisme. La Belgique n’est pas un Etat raciste. Pourtant, il y en a le racisme, même vulgaire. Mais seulement ni dans sa conception, ni dans sa vision, ni encore moins dans son fonctionnement, le racisme n’y figure, il est sanctionné et désapprouvé. En Belgique les blancs racistes, pourtant chez eux, ont peur d’y afficher ou d’y étaler leur racisme. Malgré la montée filgurante voire spectaculaire de la NVA au nord du pays, l’Etat belge, quoique truffé d’hypocrites des partis soi-disant démocratiques, y résiste et de la plus belle manière. Ici nos policiers n’ont pas la gâchette facile comme aux Etats-Unis d’Amérique. Et pourtant Dieu seul sait ce qu’il s’y passe et ce qu’ils subissent, sans broncher, et tout ça au nom de la tolérance raciale.

Donc, alors que le mécontentement est quasi général dans la communauté noire à cause de l’incompétence et du laxisme d’OBAMA-, que les noirs et diverses minorités accusent d’être un agent de la CIA dont la mission a été, selon eux et je partage le contenu de l’accusation, de venir foutre le bordel actuel, car il est bon, martèlent-ils là-bas à un négro d’en porter la responsabilité qu’à un blanc, celui-ci ayant été l'aide de camp de Dieu le père au début de la création de la terre, et par le fait même infaillible comme ce Dieu lui-même, dont il a été et continue à en être l'assistant-, de prétendre que cette nuit les sondages à l’élection présidentielle américaine ont été plus favorables à la candidate démocrate, plutôt qu'à son rival républicain, alors que chemin faisant le bilan du président démocrate sortant n’a pas été de plus ronflant, que du contraire. Le terrorisme menace les Etats-Unis, et jamais de mémoire la peur n’en a été autant grande dans le peuple américain surtout blanc, qu’on ne peut voir au nom de quelle alchimie politicienne, les électeurs majoritairement blancs voteront pour elle. Ceux qui ne pourront pas mettre leurs voix pour le candidat républicain s’abstiendront, ce qui lui profitera largement.

Voilà des mois que les médias sous ordres nous rabâchent les oreilles avec la situation politique au Burundi où le fameux Pierre Kurunzinza s’accroche au pouvoir, alors que son bilan ne plaide pas en sa faveur. A la question de savoir pourquoi on refusait à celui-ci ce qu’on rassurait à Paul Kagamé, à savoir un troisième mandat que ne lui autorise pas la constitution de son pays, on nous a répondu (ici chez nous en Belgique Louis MICHEL et Didier REYNDERS en pole position, eux deux, qui se prennent pour les experts des pays des Grands Lacs africains) que le bilan économique de Kagamé était de loin meilleur que celui de Kurunzinza ; ce n’est plus politique, mais économique, tout le monde l'a attendu n’est-ce pas ? En d’autres termes, Kagamé pouvait emprisonner ses adversaires politiques, les faire assassiner, ce n’est pas ça qui compte pour son évaluation comme Chef de l’Etat, mais sa "capabilité" économique (mot que j’emprunte du philosophe français Paul Ricoeur)!!! Il peut, ainsi, en autant de fois qu'il le voudra se présenter aux présidentielles rwandaises. Tant que l'économie sera toujours meilleure et que l'économie boitera, pas de problème, il se présentera toujours et déjà au premier poste de son pays, et pourquoi pas "président à vie"?

Mais attention, bien malin croira que je hais l'actuel président rwandais, eh bien non car j'en suis moi-même aussi sous le charme au regard des progrès économiques et sociaux qu'il a accomplis pour son pays et son peuple depuis qu'il les préside, quoique un ami tutsi rwandais m'en a mille fois prié de tempérer, et de m'y inviter à y aller juger moi-même de mes propres yeux sur place à Tshigali, pardon Kigali. En tout cas, mes étudiants, eux, connaissent-, avant que j'y aille bien sûr, la copine que m'avaient flanquée les ex zaïrois, au moment de l'entrée victorieuse de l'AFDL le 17 mai 1997 dans Kinshasa, et donc la chute de Mobutu et du mobutisme,y habite ça me ferait une grande joie de la rencontrer de nouveau après long temps de séparation même si grâce au Internet on a pu garder contact de manière assidue et continue, à vie certainement, il n'y a pas de raison pour que notre amitié s'arrête mariés ou pas mariés, on s'en fout tous les deux-, très bien dans quelle 'estime" je  porte, le président rwandais, de voir quelqu'un qui, profitant de l'instabilité chronique de son gigantesque voisin la République Démocratique du Congo"', s'enrichit, non pas pour se remplir les poches pour lui-même, mais au contraire pour développer son petit pays peuplé plus de collines que des richesses géologiques. Mais est-ce pour autant qu'on doit le maintenir à vie à la tête du Rwanda au mépris des règles et codes constitutionnels? Est-ce pour autant qu'il doit être bénéficiaire d'un traitement de faveur de la part des faiseurs des rois juchés en Belgique, en France, en Grande-Bretagne, au Canada, en Allemagne, aux Etats-Unis, surtout là-bas? Ne devrait-on pas, au contraire, se dire qu'il y aura certainement la vie après Kagamé ou un autre "président architecte" afro-noir même à la retraite? Pourquoi s'étonner s'il y en a certains chefs d'Etats afro-noirs qui font la résistance? Car ils ne comprennent pas le deux poids deux mesures de la communauté internationale, appelons les chats par leurs noms des puissances et lobbies occidentaux, sur cette question sensible de la passation du pouvoir.

Ces chefs d'Etat croient, et je pense pareil comme eux, bien que je soutiens vivement l'alternance politique, que d'autres chefs d'Etat afro-noirs, pour des raisons plutôt obscurantistes, surtout s'ils servent merveilleusement bien les intérêts des faiseurs des rois et maîtres chanteurs, avaient toutes les faveurs de ceux-ci, alors qu'eux ils étaient poussés de force vers la porte de sortie, car ils n'ont jamais su s'y mettre comme il se doit. Au Togo, en Côte d'Ivoire, au Congo-Brazzaville, au Tchad, en Angola, et partout où les intérêts des faiseurs des rois sont très bien conservés et gérés, les oppositions sont bien muselées, et on en parle pas. Et au Gabon? C'est pareil, sauf que le fils d'Omar Bongo Odimba n'avait pas très bien choisi la date de sa mascarade électorale, sinon ç'aurait pu être silence radio comme lors de l'arnaque électorale du dictateur Denis Sassou Nguesso au Congo-Brazzaville, hélas pour le fils héritier du feu et ancien président gabonais sa mascarade électorale est tombée en période de précampagne électorale présidentielle française où Sarkozy alias le nabot et Hollande la tortue se règlent les comptes, le premier a soutenu l'héritier de Bongo et le second Jean PING l'adversaire du fils Bongo le non autrement identifié Ali BONGO, qui s'accroche de toutes ses forces au pouvoir, dont il se croit, mais à tort évidemment, l'héritier testamentaire vivant. A mon avis, même s'il ne compte évidemment pas, mais je le donne quand même, la duplicité de la communauté internationale est totalement responsable de tout ce qui est répréhensible en Afrique noire et dans le monde.

Alors, qui doit vraiment fixer les baromètres pour juger un homme politique ? Pourquoi vouloir, pour en revenir plus précisément à l'objet de mon message, forcer la main aux électeurs américains, alors que les huit années présidentielles du démocrate Obama ont été faméliques, médiocres, inavouables, s'il n'y a pas sous-la-main une stratégie machiavélique ? Pourquoi chercher à vendre l’image négative d’un homme politique -Donal Trump à l'occurrence-qui viendra, sans doute, redresser l’image des Etats-Unis  terni par Obama, Hillary CLINTON et compagnies ? Pense-t-on vraiment que les électeurs américains soient si naïfs à ce point pour reconduire la même administration qui a foutu le bordel et la merde dans le monde et chez eux aux Etats-Unis d’Amérique en particulier ? Dans un mois nous saurons si les américains n’ont ni cœur ni tête. Qui vivra verra !

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Directeur-Administrateur kilimandjero.blogs.dhnet.be

Habilité de philosophie

Professeur des universités

Membre des Sociétés savantes aux USA&Canada

Écrire un commentaire