Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

04/06/2010

UN BLANC DECLARE : LES NOIRS NE LISENT PAS ET RESTERONT TOUJOURS NOS ESCLAVES QU'EN PENSEZ-VOUS ?

 

Ven 4 juin 2010, 19h 52min 10s
FW: Fw : Re : Fw : Tr: TRES IMPORTANT
De :
José K <jfkiak@yahoo.fr>
Ajouter dans les contacts
À : Paluku <musuvaho.paluku@skynet.be>; anto <missycongolaizz@hotmail.fr>; Antoine Dover <antoinedover@yahoo.fr>



--- En date de : Lun 17.5.10, célio ZOLA <celio006@hotmail.fr> a écrit :

De: célio ZOLA <celio006@hotmail.fr>
Objet: FW: Fw : Re : Fw : Tr: TRES IMPORTANT
À: jfkiak@yahoo.fr, "Flora Alvaro" <alvaroflora@hotmail.fr>
Date: Lundi 17 mai 2010, 17h34



ZOLA Célio
Tél. 0675641886
0614404033





From: afonsontombu@hotmail.fr
To: celio006@hotmail.fr
Subject: FW: Fw : Re : Fw : Tr: TRES IMPORTANT
Date: Sun, 16 May 2010 23:40:35 +0200




From: bled1975@hotmail.fr
To: afonsontombu@hotmail.fr
Subject: FW: Fw : Re : Fw : Tr: TRES IMPORTANT
Date: Fri, 14 May 2010 12:36:16 +0200




Date: Fri, 14 May 2010 01:48:30 +0000
From: tshibambe2004@yahoo.fr
Subject: Fw : Re : Fw : Tr: TRES IMPORTANT
To: bled1975@hotmail.fr






>
> Objet : Tr: TRES IMPORTANT
>
>
>
>
> > Message du 04/05/10 à 08h30
> > De : marcel.mukendi@voila.fr
> > A : mglaguerre@yahoo.fr, kabamba_b@yahoo.fr, lambertkabamba@yahoo.fr, danny-dann@hotmail.fr, jfngandu@hotmail.com
> > Copie à :
> > Objet : TRES IMPORTANT
> >
> > Subject:  TEXTE PERCUTANT
> > >
> > > L'OBJECTIVITÉ DE LA VISION PARTIALE  :
> > > >
> > > > Pour ceux d'entre vous qui l'ont écouté, c'est le titre de l'article que Dee Lee avait lu un matin sur les ondes d'une station de radio de New York.
> > > > Pour ceux d'entre vous qui ne l'ont pas écouté, cet article malheureusement dépeint une certaine réalité.
> > > > Une lettre assez assommante écrite par un Caucasien (c'est-à-dire un Blanc).
> > > >
> > > > LES NOIRS NE LISENT PAS ET RESTERONT TOUJOURS NOS ESCLAVES. 
> > >
> > >
> > > > 
> > > > Nous pouvons encore continuer à récolter des profits des Noirs sans effort physique de notre part.
> > > > Regardez les méthodes actuelles de maintien dans l'esclavage qu'ils s'imposent eux-mêmes: IGNORANCE, AVIDITÉ et ÉGOÏSME .
> > > > 
> > > >  1. Leur IGNORANCE constitue la première arme de ce maintien en esclavage. Un grand homme une fois déclara  « la meilleure façon de cacher quelque chose à un Noir est de la mettre dans un livre ». Nous vivons actuellement à l'Age de l'Information. Ils ont l'opportunité de lire n'importe quel livre sur quelque soit le sujet en rapport avec leurs efforts de lutte pour la liberté, mais ils refusent de lire.
> > > > Il y a d'innombrables livres facilement disponibles à Borders, à Barnes & Noble, à Amazon.com <http://amazon..com/>  sans mentionner les librairies spécialisées pour Noirs qui fournissent des oeuvres de grande valeur susceptibles de leur permettre d'atteindre une certaine équité économique (qui devrait être en fait intégrée à leur lutte) mais peu d'entre eux lisent de façon soutenue, si jamais ils lisent, ils gardent les informations pour eux-mêmes et ensuite ils n'écrivent pas pour leur progéniture {ceux d'Afrique cachent les recettes de leurs ancêtres à leurs descendants préférant mourir avec.  Les Noirs réfusent catégoriquement les religions de leurs  propres Ancêtres ;leurs propres prophètes oubliés}.
> > > >
> > > > 2. L'AVIDITÉ est une autre puissante arme de contention. Les Noirs, depuis l'abolition de l'esclavage, ont eu de grandes sommes d'argent à leur disposition.
> > > >   
> > > > L'an dernier, seulement pour la période des fêtes de Noël et de fin d'année, ils ont dépensé 10 milliards de dollars des 450 milliards de dollars qui représentent leur revenu annuel (2,22%). N'importe qui d'entre nous peut les (noirs) utiliser comme un marché cible pour quelle que soit l'entreprise. Ils viendront toujours y consommer.
> > > >
> > > >  Étant principalement des consommateurs ils agissent par avidité, poussés par le plaisir et le désir de toujours posséder. Ils veulent toujours en posséder davantage sans penser le moins du monde à épargner pour la progéniture ou à investir pour les générations suivantes.
> > > > 
> > > > Au lieu de démarrer une entreprise ils penseront de préférence à s'acheter de nouvelles paires de chaussures très chères.
> > > > 
> > > > Certains d'entre eux vont jusqu'à négliger leurs propres enfants pour se procurer les tout derniers modèles... TOMMY ou FUBU. Ils pensent jusqu'à présent que rouler en Mercedes et vivre dans une grande maison leur octroie un certain «statut» ou qu'ils ont réalisé le Rêve Américain. Ils sont fous !
> > > >   
> > > > De l'Europe, des USA, d'Afrique... , ils sont tous les mêmes ! La majorité de leurs frères croupissent encore dans la misère parce que leur avidité les empêche collectivement de constituer un lobby financier pour une meilleure communauté. Avec l'aide de BET, Black Entertainment Tonight, (une chaîne de télévision pour Noirs (ndlt)), et d'autres media télévisés du même genre qui leur apportent des images destructives dans leurs propres foyers, nous continuerons à tirer d'eux d'immenses profits comme ceux gagnés par TOMMY et NIKE. (Tommy Hillfiger les a même insultés, déclarant qu'il ne voulait pas de leur argent.
> > > >   
> > > > Voyez cependant combien ils dépensent encore plus dans ses produits comme jamais ils ne l'ont fait auparavant !) Ils continueront de s'exhiber ainsi les uns devant les autres pendant que nous autres (blancs) nous construirons une communauté plus forte à partir des profits que nous réalisons d'eux.
> > > > 
> > > >  3. L'ÉGOÏSME est enraciné en eux depuis les temps de l'esclavage et l'époque coloniale et c'est l'une des principales manières à travers lesquelles nous continuons à les y maintenir. L'un des leurs, Dubois, disait dans un livre, « le Dixième des Talents » (1/10), qu'il existait une désunion viscérale dans leur culture. Il était précis dans ses déductions qui stipulent qu'il y avait des éléments épars de leur culture qui avaient atteint une certaine forme de succès.
> > > > Cependant cette partie n'a pas bénéficié de l'amplitude de son oeuvre. Ils n'ont pas lu que « le Dixième des Talents » se donnait pour mission de leur permettre d'aider les 90% sans talents d'atteindre une meilleure qualité de vie. 
> > >
> > > Au contraire ces éléments ont crée une nouvelle catégorie de classe, la classe Buppie (que nous traduirions par parvenus) et ils regardent de haut les leurs ou bien les aident avec condescendance. La seule culture qui prend l'ascension chez eux c'est la culture de ramassage et de cueillette qui est nourrie par la semence de Caen, frère dAbel « le nivellement vers le bas ».
> > > >   
> > >
> > > Leur ÉGOÏSME ne leur permet pas de travailler ensemble sur des projets pour atteindre des réalisations communes. Ils ne réaliseront jamais ce que nous avons accompli. 
> > >
> > > Quand ils se mettent ensemble ils laissent leur ego dominer leurs objectifs communs. Donc leurs prétendues organisations d'aide et de charité (...) semblent seulement promouvoir leurs noms sans apporter de réels changements au sein de la communauté. Ils sont heureux de siéger dans des conférences ou des conventions dans nos hôtels (Sheraton, Intercontinental. .., discutant au sujet de ce qu'ils projettent de faire tout en récompensant par des plaques d'honneur et des titres les meilleurs orateurs mais non les meilleurs réalisateurs (ceux qui en fait agissent).
> > > >   
> > > > Y aura-t-il une fin à leur ÉGOÏSME ? Ils refusent obstinément de se rendre compte que unis ils pourraient accomplir beaucoup plus : TOGETHER EACH ACHIEVES MORE (TEAM) Ils ne comprennent pas qu'il n'y a pas mieux que des entités individuelles mises ensemble pour contribuer à une oeuvre commune.
> > > >   
> > > > En réalité beaucoup de ces Buppies {des parvenus} ne se rendent pas compte que « une seule signature suffit pour qu'ils redeviennent pauvres » et que deux chèques de paie les séparent de la pauvreté (ils sont à deux mois de salaire de la pauvreté). Et que tout cela est contrôlé par les plumes des blancs et leurs bureaux.. Une simple signature suffit !! (ndlt) Ainsi donc nous continuerons à les maintenir dans cet état.
> > > > a. aussi longtemps qu'ils refuseront de lire et partager l'information,
> > > > b. aussi longtemps qu'ils continueront d'acheter
> > > > tout ce qu'ils veulent pour satisfaire leur avidité de posséder,
> > > > c. et aussi longtemps qu'ils continueront de penser qu'ils «aident» leurs communautés en payant des cotisations à des organisations qui ne font pas plus que tenir d'extravagantes conventions dans nos hôtels En passant, ne vous inquiétez pas qu'ils puissent lire cet article.
> > >
> > > Rappelez vous : ILS NE LISENT PAS, s'ils lisaient ça ne fait rien, ils sont amnésiques, c'est-à-dire ils oublient vite (pour eux le bourreau et la victime ont la même fausse).
> > >
> > > Encore et une fois de plus, "la meilleure facon de cacher  quelque chose à un Noir est de la mettre dans un livre"
> > >
> > >  PS: Ne laisser pas ce message dans votre boîte, il faut le faire suivre.... aux frères et aux soeurs noirs

 

22:04 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (2)

TROP BELLE POUR ÊTRE BANQUIERE MOTIF EVOQUE ELLE DECONCENTRE SES COLLEGUES !!!

 

 

vendredi 4 juin 2010, 9h58 Buzzer !votez!
Trop sexy pour Citibank?

Publicité
Le site Business Insider relate l'histoire d'une Américaine, Debrahlee Lorenzana, qui a été licenciée par son employeur, la banque Citibank, parce qu'elle était trop sexy.

Le site newyorkais Village Voice a rencontré cette Américaine de 33 ans au physique plutôt avantageux. Elle raconte : " D'où je viens, les femmes se font belles même pour aller au supermarché. J'ai été élevée dans une famille sud-américaine. Nous sommes féminines. A Puerto Rico, une femme prend soin d'elle. ", explique-t-elle.

Debrahlee Lorenzana est arrivée en septembre 2008 dans les locaux de la Citibank situé au sein du Chrysler Building à New York, au poste de chargée d'affaires entreprises. A son poste précédent, dans la banque Bank of America, Debrahlee Lorenzana était reconnue pour la qualité de son travail et touchait un salaire annuel d'environ 70 000 dollars.

Elle raconte que, deux mois après son arrivée chez Citibank, ses deux managers (des hommes, ndlr) lui ont expliqué que son look sexy empêchait ses collègues masculins et ses responsables de se concentrer sur son travail. Toujours selon Debrahlee Lorenzana, ils lui auraient alors dressé une liste de vêtements et accessoires qu'elle n'avait pas le droit de porter au bureau : jupes cintrées, vêtements moulants ou encore talons de plus de 7 centimètres lui étaient ainsi formellement interdits.

Agacée par ces attaques, Debrahlee Lorenzana alerte alors la direction des ressources humaines de la banque. Elle va jusqu'à passer 4 à 5 appels par jour pour obtenir une action rapide. Dès janvier 2009, l'affaire est prise au sérieux par un manager qui enquête auprès des salariés.

Cette tentative de défense de la jeune femme ne fait qu'empirer les choses. Après de nouvelles remarques et un transfert dans un service de call center, Debrahlee Lorenzana finit par être licenciée en août 2009.
Dès son départ, elle dépose une plainte contre Citibank, qu'elle accuse d'avoir créé un environnement de discrimination sexuelle. Son avocat, Jack Tuckner, admet que sa cliente est très jolie mais il pense qu'elle a toutes ses chances de remporter dans la bataille juridique qui s'annonce. Toutefois, pour appuyer sa défense, il lui a demandé de venir au procès habillée dans un style bien plus classique.

Toujours est-il que, d'après la plainte déposée, Debrahlee Lorenzana a de multiples preuves pour appuyer ses accusations : des comptes-rendus de réunion, des copies d'emails, des photos de collègues femmes habillées comme elle ou de manière plus provocante.

De son côté, la banque Citibank affûte sa défense et a déclaré dans un communiqué :
" Nous pensons que cette plainte n'a aucune valeur et nous nous défendrons vigoureusement. Nous respectons la vie privée de tous nos salariés et par conséquent nous ne pouvons donner plus de détails concernant ce litige, les performances de cette ancienne salariée, ou les raisons de son licenciement. C'est à un jury de répondre à ces questions. Le groupe Citi s'est toujours engagé à promouvoir l'intégration et à assurer un environnement respectueux sur le lieu de travail. Nous nous engageons fortement en faveur de la diversité et nous ne tolérons aucune discrimination dans notre entreprise. "

21:54 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)

02/06/2010

L'OCCIDENT SE MEURT MORALEMENT ET CULTURELLEMENT AINSI ET COMME LES ANCIENNES GRANDES TRADITIONS DISPARUES L'OCCIDENT EST AU CREPUSCULE DE LA DISPARITION

 

Dilemme : W9 mise en demeure par le CSA

mercredi 2 juin 2010 8h11. par Premiere.fr premiere

Agrandir la photo

Il n'aura pas fallu longtemps pour que le CSA hausse le ton envers la nouvelle émission de télé-réalité "décomplexée" Dilemme diffusée sur W9 . Le conseil vient de mettre en demeure la chaîne pour "atteinte à la dignité humaine".

C'était prévisible: le Conseil supérieur de l'Audiovisuel allait particulièrement surveiller la nouvelle émission de télé-réalité de W9 produite par Alexia Laroche Joubert : Dilemme. En effet ce nouveau rendez-vous était présenté comme de la télé-réalité décomplexée par ses concepteurs... autant dire que l'on pouvait s'attendre à quelques débordements et ça n'a pas trainé ! Ainsi, le CSA reproche à Dilemme l'un de ses ... "dilemmes". Lors de l'émission quotidienne du 25 mai, on a pu voir Ophélie se voir proposer de "devenir le toutou de Caroline pour une journée" pour faire gagner 6000 euros à son équipe.

Il faut bien entendu comprendre cette épreuve au sens littéral du terme. Ainsi, le jolie blonde s'est vue traitée en chienne de salon, avec une laisse autour du cou et devant manger dans une écuelle. A la jeune femme de rajouter grognements et aboiements pour rendre encore plus réaliste son interprétation.

Ni une, ni deux, le CSA a décidé en assemblée plénière de mettre en demeure W9 pour condamner ce "traitement avilissant et dégradant" alors que la chaîne doit respecter le principe la dignité humaine dans ses émissions selon sa convention...

Pour le moment pas d'autres sanctions donc si ce n'est l'obligation d'imposer dorénavant un logo d'interdiction aux moins de 10 ans au début des émissions "lorsque la nature des rapports entre les candidats ou de leurs propos le justifie".

Reste à savoir si cette mise en demeure va effrayer la production de Dilemme et surtout la chaîne pour assagir son programme de télé-réalité ?


 

13:03 Publié dans Culture | Lien permanent | Commentaires (0)