Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/08/2014

USA/IRAK : DE NOUVEAU SOUS LES BOMBES APPAREMMENT WALKER GEORGES BUSH N'AVAIT PAS FAIT MIEUX!!!

VERBATIM:

Mais, au fait, à quoi joue le major d'home Obama en Irak de nouveau? De fait, je me trompe largement quand je dis "de nouveau" comme si les amerloques s'en étaient allés. Ils ne sont jamais partis. Même lorsque le major d'homme reprenant les arènes de G. W. Bush en janvier 2009. On peut juste constater que les troupes "à la vache folle" avaient été, certes, retirées. Mais les espions, les forces spéciales, les barbouzes en tous genres étaient toujours d'attaque d'une manière ou d'une autre.

Nos sources nous apprennent que ces bombardements n'auront aucun effet, ni aucun lendemain sur le dessein occidental et du département d'Etat américain en particulier d'y influer sur le destin et l'avenir de l'Irak : sa partition quasi déjà faite en trois Etats chiite, sunnite et kurde. Ils ont d'ailleurs attendus, les Occidentaux, que les trois cartes de ces trois Etats fantoches se dessinent pour qu'enfin ils interviennent. Car il leur sera plus facile de plaider et de justifier le fait accompli : "on en peu rien", "on ne peut plus revenir en arrière", "on ne peut plus grand-chose","et d'ailleurs on pense qu'il en sera ainsi bon pour chacun d'y être chez lui, finalement", patati patata.

L'assassinat de Saddam Hussein n'avait, du reste, pour objectif macabre qu'une telle partition. Mais pas seulement ! Offrir aux juifs et apparentés leur ennemi juré. L'affaiblissement de l'Irak, la perdition du clan Assad en Syrie, l'assassinat du colonel Kadhafi, entre autres, faisait partie d'un grand dessein où Israël n'y avait plus à avoir peur de qui que ce soit dans la région et loin ailleurs.

Malheureusement, échec et mat. L'homme propose, Dieu dispose. Car, non seulement l'offensive israélienne à Gaza est un fiasco publicitaire contre ses commanditaires, dont la majorité siège en chiens de garde au département d'Etat US, les juifs et sionistes en sous-main pour ne point les nommer, le Hamas, générateur des intégristes et islamistes radicaux, n'en sort pas moins très renforcé, et déterminé toujours à en découdre ainsi qu'il vient de le faire savoir aux pourparlers organisés par l'égyptien Al Sisi tombeur de Mohammed Morsi, pourtant démocratiquement élu !

Que va devoir faire l'armée israélienne? Se mobilisera-t-elle de nouveau contre les "terroristes" du Hamas ? ou y insistera-t-elle pour que la chaise du Hamas n'y soit jamais vide, et que les négociations se poursuivent? Peu de chance. Pourquoi? Le Hamas connaît très bien le général Al Sisi ennemi des frères musulmans, qui les aident beaucoup dans leur lutte contre les juifs et sionistes d'Israël et d'ailleurs. Ils savent qu'il est un mouchard aux services de la CIA et du Mossad; que ceux-ci ont favorisé la chute de Mohammed Morsi et son emprisonnement quelque part en Egypte; que revenir sur la table des négociations était est une trahison aux idéaux qui sont les leurs; et qu'ils feraient également la part belle aux ennemis qui les combattent et les exterminent comme des mouches.

De toute façon, j'ai entendu un habitant de Gaza déclarer ceci dans une radio périphérique que je ne nommerai point : "nous nos enfants inch'Allah sont nés pour mourir. Ils reviendront, et mouront, et ainsi de suite, car Dieu nous en donnera toujours indéfiniment tant que nous lutterons contre le Grand Satan (USA) et son petit Lucifer (Israël)". Ca prêterait à rire, mais non car les faits sur le terrain lui donne raison. On ne sait pas comment ça se fait, mais ils sont toujours assez nombreux pour pouvoir tenir contre le génocide numérique entrain de se produire sous nos yeux, dans l'indifférence quasi générale de la soi-disant communauté internationale.

Enfin, Obama qui vient de réunir un pactole de chefs d'Etats afro-noirs à Washington -, leur promettant pour rire un peu plus de 14 millards USD d'investissement, preuve que ce major d'home, doublé de mangeur d'hommes, est vraiment hors service -, n'avait-il pas mieux à faire ? Au fait, je fais fausse route. Car, je n'ai pas affaire ici avec un chef d'Etat normal. L'homme est en effet au service des lobbies juifs qui l'ont fait élire pour entreprendre tout ce qu'il a fait jusque-là de la mise en océan pacifique du cadavre du tristement célèbre Oussama Bin Laden à l'odieux assassinat du colonel Kadhafi en passant par la capture du camarade Laurent Gbagbo (ou le nabot Sarkozy fut de service), et tant d'autres faits que l'on connaît.

Des filles ont été enlevées par les islamistes de Boko Haram au Nigéria. Ces individus sans cœur, ni foi ni loi non plus sèment la désolation toujours plus grandissante. Et comme si la séquestration de nos enfants ne suffisait pas, et le voilà qui ouvre un nouveau front après l'Ukraine, Gaza. Mais quelqu'un l'arrêtera-t-il? Deux ans, c'est long. Un coup d'Etat peut-être? Ah mais jamais cela ne se produira là-bas. Les USA ce n'est pas l'Afrique noire. Les institutions sont stables. Et, d'ailleurs comme j'ai condamné l'assassinat de JFK, je condamnerai toute attaque de quelle que nature que ce soit contre mon ancien mentor Obama. Pourtant, faire la guerre aux idiots et sanguinaires de Boko Haram (qui signifie l'éducation occidentale est mauvaise), aurait été un véritable cadeau qu'Obama aurait offert aux africains noirs et au monde libre, d'y aller ramener les filles à leurs parents, qui attendent.

On nous a dit, le gros lard Hollande en tête, qu'ils enverraient des forces spéciales les traquer. Trois mois ont passés, et toujours rien! Silence radio. Personne n'en parle. Même plus Michelle Obama. On ne voit même plus ni à la télé ni ailleurs le slogan "Rendez-nous nos filles". Est-ce si compliquer de trouver des sanguinaires terroristes ? Ou c'est parce que personne ne veut justement les trouver? Il y a un peu plus d'un an maintenant qu'avait été lancé un mandat d'arrête international contre un autre sanguinaire ougandais Joseph Koni chef de l'Armée du Seigneur et dont personne ne sait aujourd'hui où on en est? Court-il toujours, ou avait-il été neutralisé? Aux dernières nouvelles, lors du conflit centrafricain toujours en cours entre la Seleka et les anti Balaka (deux organisations de triste mémoire), on l'aurait aperçu quelque part à la frontière au nord entre le Tchad et la Centrafrique. Depuis, plus rien !

Le veut-on mort ou vivant? Sa survie et son transferement au fameux tribunal international de La Haye soulèveront-ils des vagues dans les milieux d'affaires occidentaux? Peut-être le veut-on mort afin de le faire taire à jamais, et que ce n'était que cette occasion qui manquait encore ? C'est quoi l'affaire?

Que veut l'Occident dans toutes ses contradictions, qu'il a habituées au monde? Veulent-ils un régime islamiste au Nigéria? Comme ils étaient entrain d'en créer un au nord de l'Irak avec la complicité directe du Mossad? Seul l'Occident est ainsi capable d'une duplicité et d'une telle hypocrisie: à la fois pour et contre ceux qu'ils combattent. Mais attention ! il y a le pétrole dans les régions "conquises" au nord de l'Irak par les islamistes qui nous tuent, et nous chassent, nous les chrétiens; et au nord du Nigéria par les afro-noirs dits islamistes (en fait juste des cambistes pro-arabes) qui nous tuent également, nous les chrétiens, et où le pétrole nigérian coule aussi à flot ! Or, celui-ci (le pétrole) est le péché mignon de l'homme occidental. IL est prêt à rouler à ventre plat dès qu'il entend parler du pétrole quelque part. IL est prêt à tout donner même ses propres enfants, pourvu que ce pétrole lui revienne.

En attendant, entre les deux silences radio au nord de l'Irak et au nord du Nigérian, on ne peut pas ne pas, aux yeux de l'homme averti, soupçonner la clique à Obama de collaboration et de clientélisme. Mais seul l'avenir nous le dira. Et, comme j'ai toujours raison, on ne peut pas dire que la piste proposée ici n'est pas probante, déjà.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI
Chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie
Professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur-Admnistrateur-Animateur de kilimandjero.blogs.dhnet.be

Lire la suite

07/08/2014

CONGO-KINSHASA: CE N'EST PAS NOUVEAU L'HOMME CONGOLAIS A L'INJURE FACILE ON PEUT N'EST PAS AIMER SON CHEF D'ETAT MAIS L'ATTAQUER SUR LES IDEES

VERBATIM:

« Il faudrait que nos politiciens réalisent qu’ils sont des hommes comme des autres et que personne n’est au-dessus de la loi. Nous tenons beaucoup au respect de la liberté d’expression et nous avons arrêté celui qui avait une dose particulière dans le contenu de son message », a déclaré le ministre de l’Intérieur."

Kinshasa, 5/08/2014 (Okapi / MCN, via mediacongo.net)

 

Lire la suite

01/08/2014

LIBYE : L'OCCIDENT CONFRONTE A LA DEPOUILLE MORTELLE DU COLONEL KADHAFI !

VERBATIM:

Jeune Afrique est un journal très respecté en Afrique et dans le monde. Il a d'ailleurs été souvent accusé dans le passé de parti-pris avec les oppositions armées ou softes aux régimes fascisants dans le monde et en Afrique plus particulièrement. Quand j'étais plus jeune, mais déjà grand lecteur, je me rappelle qu'il était souvent interdit au Zaïre de Mobutu. S'y retrouver avec un numéro frappé d'interdiction coûtait cher à son détenteur. Ce journal était  souvent virulent contre l'hégémonisme quel qu'il soit et occidental en particulier. Difficile, donc, de comprendre que le même éditorial ait salué haut la main l'assassinat du colonel Mouamar Kadhafi le 20 octobre 2014 quelque part à Syrte sa ville natale!Les archives ne mentent pas. Difficile de s'y dérober. A l'époque, je fus  surpris qu'il n'ait pas anticipé sur les événements! Pour un grand journal comme il se targue, c'est tout simplement incompréhensible. Peut-être pas totalement incompréhensible, car lorsqu'on est acheté par l'impérialisme et le capitalisme de l'homme blanc, le nabot Sarkozy en ce compris, on perd toute sa lucidité, son discernement, son équilibre psychique voire physique.

La Libye de Kadhafi était jusque-là le seul pays du Magreb et d'Afrique à n'avoir peu ou pas de réfugiés alimentaires en Europe. Lors de mon séjour post-doctoral à l'Université de Poitiers en France, j'en vus seulement un seul réfugié politique. Je fus évidemment trop curieux d'en savoir un peu plus. Car ce n'était pas tous les jours qu'on en voyait. Au final, l'homme qui devint tout de même un de mes grands amis dans cette université -, et témoin de la persécution dont je fus victime par les racistes nommés philosophes de leur état et l'appareil politique dite université de Poitiers qui leur vient en aide pour entériner toute décision négative allant à l'encontre de des intérêts des négros aussi talentueux qu'eux et dont ils craignent toute concurrence-, ne fût qu'un instrument de la propagande française et de cette université susmentionnée en particulier. L'objectif y consistait à y faire valoir comme un représentant de l'opposition libyenne au colonel Kadhafi. On discutait beaucoup de temps avec lui pour évoquer tous les conflits dans le monde, et au Moyen-Orient en particulier.

Quand le colonel Kadhafi fut assassiné par la bande à Sarkosy et compagnies sous l'égide de ceux que nous connaissons, j'étais au courant, déjà, de ce que Jeune Afrique sait seulement maintenant. Parce qu'avant cet odieux assassinat, je savais que les libyens aimaient leur pays, qu'ils étaient contents de l'ordre social et politique installé par les hommes au pouvoir à Tripoli, qu'ils s'y sentaient mieux, qu'ils n'étaient pas du tout pauvres, qu'ils gagnaient bien en sécurité sociale, qu'ils ne payaient pas l'eau et l'électricité; bref qu'ils étaient au Paradis. Personne n'ignore qu'au pays de Kadhafi toutes les nationalités y trouvaient refuge : des travailleurs sédentaires aux nomades du désert en passant par les lardons occidentaux blancs. Tout le monde y trouvait son compte. En l'assassinant, Sarkozy et ses amis ont détruit tout : du tissus social au tissus économique en passant par le tissus culturel et politique.

Ils ont déblayé, certes, le terrain pour l'Etat d'Israël, comme les Sarkozy le font maintenant au Moyen-Orient, affaiblir le régime syrien, après avoir fait assassiner Saddam Hussein, mais ont négligé les rancunes millénaires qui couvaient dans cette contrée de l'humanité. Pourtant, les dictateurs assassinés, l'ordre culturel, politique, au plus grand étonnement des commanditaires, ne s'écrit pas malheureusement en faveur de l'Etat hébreu, que du contraire. Car plusieurs micro-Etats vont y apparaître. Le cas de l'Irak par exemple où les fantômes de la division y apparaïssent : trois Etats sunnite, chiite, et kurde. Diviser pour mieux régner. Cela s'entend, y avait-on pensé, hélas non car plus jamais le chemin n'y avait autant été  déblayé pour les terroristes, radicaux, et fondamentalistes arabes. Du jamais vu. Car non seulement le monde occidental et toute la terre avec lui n'y seront plus jamais en paix, ayant mis le pied dans le nid de guêppes, mais aussi l'intégrité de l'Etat hébreux (que l'on veut au-dessus de tout et du tout) n'en sera pas moins autant menacé. L'homme propose, Dieu dispose.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie
professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur-Administrateur-Animateur de kilimandjero.blogs.dhnet.be

Lire la suite