Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

15/08/2014

CONGO/CONGO:SASSOU NGUESSO PROPOSE QUE LA RDC REVIENNE À SON ANCIENNE APPELLATION « ZAÏRE »

VERBATIM:

Je l'ai toujours dit. Sassou Nguesso le dictateur de Brazzaville, n'est pas qu'un associal naturel, mais également un grand et infame dictateur consacré. Le voilà devenu historien, archéologue, paléotolongue, géo-politologue maintenant ! Comment a-t-il osé? Parce que de son "mbata ya mokolo", comme si ça ne suffisait pas, il se croit permis d'humilier le peuple congolais d'en face, sans en recevoir en retour. Cette fois-ci, il en vient d'en recevoir une de bien plus pertinent :"mbata ya muana mayele" (la baffle d'un môme bien pertinent).

En tout cas, Joseph Kabila Kabange "son fils" et homologue d'en face lui en a bien mis plein dans le cul. Cette fois-ci Sassou et son peuple inutile réfléchiront cent fois avant de dépiter n'importe quelle insanité sur le peuple congolais de Kinshasa. On a souvent accusé son homologue kinois de laxisme, voire de complicité dans la situation politique tendue entre les deux capitales les plus rapprochées de la terre. Les eaux stagnantes, me disait mon oncle paternel - "positif" comme je le surnomais de son vivant - sont toujours profondes et dangereuses. Eh bien elles viennent d'en porter, le "cadavre" de Sassou Nguesso.

Je ne connais pas le président kinois Joseph Kabila Kabange. Je ne l'ai jamais ni vu de près, ni rencontré. Mais son silence intriguant peut en tuer plus d'une personne. Il vient d'humilier et de ridiculiser son homologue brazzavillois. Les plus grands diseurs, dit-on, ne sont pas toujours les plus grands faiseurs. Sassou n'ignore pas qu'était-ce le Zaïre de son frère Mobutu. Car, Zaïre, dont l'appellation commence par la lettre Z, n'y symbolisait de son temps que le grand fiasco humain, social, politique, économique.

Le Congo-Brazzaville est effectivement un tout petit pays, dont la superficie est effectivement celle d'une province de l'immense pays en face le Congo-Kinshasa. Etonnant que Sassou, le sachant mieux que quiconque, fait semblant de le feindre. Mais, on lui dammé les pions, et ce n'est nullement pour me déplaire. Bravo Joseph Kabila Kabange. Vous avez bien répondu. Parfois, apprenez à sortir de vos réserves.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI
Chercheur habilité à diriger des recherches
Professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur de kilimandjero.blogs.dhnet.be
Membre du C.A. NTM

Lire la suite

« LES NOIRS DOIVENT APPRENDRE À SE MÊLER DE CE QUI LES REGARDE »

VERBATIM:

"Oui ! Je dis oui à l'homme qui m'a interpellé récemment à Londres en ces termes : "Continuez à écrire. Ne vous fatiguez pas. Vous y arriveriez. Même quand vous ne serez plus là. Vos écrits se répandront partout et des jeunes noirs vous suivront.Ceux qui ont fondé la négritude - même si vous n'en partagez pas la portée - n'imaginaient pas de leurs chambres d'étudiant à Paris, qu'ils fascineraient autant le monde nègre."

Oui !les paroles de cet homme ont bercé mon imagination dans le train qui me ramenait en Belgique mon beau pays d'adoption que j'adore plus que tout, vraiment. Et encore davantage lorsque je suis tombé sur la réaction ci-dessous du lecteur de Negronew.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI
Chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie
Professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur de kilimandjero.blogs.dhnet.be
Membre du CA du NTM

Lire la suite

12/08/2014

CONGO-KINSHASA:QUAND LA MORT QUETTE ON DOIR ÊTRE UN!

VERBATIM:

On doit faire très attention. Cet homme qu'on appelle Etienne Tshisekedi est un dinausore de la politique congolaise. Qu'on l'aime ou qu'on ne l'aime pas, on doit rassembler tous nos efforts pour le sortir de là. S'il doit mourir, il ne le doit jamais par manque de soins. J'entends que l'argent est là, mais qu'on attendrait qu'il en fasse la demande ! Mais ce n'est pas possible, mon Dieu! Quelle demande doit-il formuler et à qui, la situation en pire? Quant à sa femme, j'ai beaucoup de respect pour les mamans, tout le monde sait cela, car ça me vient de mon attachement à ma vieille et défunte mère, qu'elle s'occupe de sa cuisine. Qu'elle laisse les soigneurs examiner ce qu'il y a mieux à faire."

A un moment donné, sous le maréchalat, les révolutionnaires et insoumis comme nous, étions identifiés à lui. On m'appelait, au début des années 90 "Tshitshi junior", ou carrément "Monsieur le premier ministre". Je ne fus pas de son parti, mais plutôt du Front Patriotique dont feu Me. Moreno Kinkela fut président. Mais mon ardeur fit croire à pas mal de sbires du mobutisme que j'en étais un : un muluba de sa tribu!

Tenez ! Quelqu'un de très connu, dont je tairai le nom, se discrédita devant témoin à Louvain-La-Neuve en 1993 au cours d'une conférence dont il fut orateur du jour. Alors que je le matraquais des questions, et que lui n'avait qu'un seul mot à la bouche "monsieur Tshisekedi est un dictateur", il attendit que je sorte de la salle pour l'entendre se confesser après moi : "C'est toujours pareil avec ces baluba-là, des intégristes, des intolérants, des tribalistes, etc."

Dégoûté, imbécile qu'il était, car comment pouvait-il penser que l'auditoire était vidé de tous les baluba, quelqu'un d'autre lui fit gentiment remarquer que moi qu'il attaquait en ces termes n'était pas muluba, mais au contraire un mutetela. Connaissant la rivalité traditionnelle entre ces deux tribus, mais soeurs, malgré tout, l'homme "chiant" et "pissant" séance tenante dans sa petite culotte, et s'y décomposa au vu et au su de tous. Honteux et confus, malheureuse fut la suite de sa conférence.

Voilà chers amis une anecdote pure sucre connue des ex étudiants de Louvain-La-Neuve de cette époque-là, dont beaucoup, "gouvernent" la RDC en ce moment. Ceux qui voyaient en ma modeste personne un claniste, un tribaliste, ou qu'en sais-je encore, me regarderont dorénavant autrement.

Et l'on comprend que je n'accepte nullement comme rationnel tout débat portant sur la nationalité, la tribu, la race, l'ethnie, etc. Quelqu'un ne doit ni mourir, ni être insulté, méprisé au nom de cela. On doit juger une personne sur ce qu'il est en tant qu'il est un quelqu'un, et non par rapport à ce qu'il a. La dialectique d'être et d'avoir si chère au philosophe français Gabriel Marcel devrait être une éthique sociale du congolais, autant que de l'humanité entière.

 Mais, cette éthique, dans le cas congolais, devrait être doublée de l'éthique sportive où l'objectif de tout participant était d'être premier. L'homme congolais a besoin d'une telle éthique. Qui ne se réaliserait qu'en adoptant à tout instant un aspect créateur, producteur, et inventeur. Hélas ici il avait encore un grand chemin à faire. Long, bien sûr, mais jamais inatteignable.

Dieu bénisse M. Tshisekedi

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Chercheur habilité à diriger des recherches de philosophie
Professeur des universités
Membre des sociétés savantes aux USA et au Canada
Directeur-Administrateur-Animateur de kilimandjero.blogs.dhnet.be

Lire la suite