Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

18/08/2017

FRANCE:C'EST QUOI L'AMOUR?

VERBATIM:

"Si je n’avais pas fait ce choix, je serais passée à côté de ma vie".

Brigitte MACRON

Lire la suite

14/08/2017

CONGO-KINSHASA: EPINES ET SERINGUES

VERBATIM:

"Le 12 mars 2017, deux membres du groupe d’experts de l’ONU pour la RD Congo, l’Américain Michael Sharp et la Suédoise Zaida Catalán, étaient assassinés alors qu’ils enquêtaient sur les milices Kamuina Nsapu. Mais leurs collègues ont poursuivi leur travail d’enquête sur les crises que traverse le pays. Leur rapport a été mis en ligne dimanche 13 août et doit être présenté mardi 15 août au Conseil de sécurité de l’ONU. Voici ce qu’il faut en retenir."

Source:jeuneafrique.fr

Lire la suite

06/08/2017

CONGO-KINSHASA : CHRONIQUE D'UN PEUPLE SANS MEMOIRE ET DEVOIR

VERBATIM:

Au terme d'un long séjour d'enseignant de philosophie dans les universités congolaises de Kinshasa et africaines , je suis enfin de retour chez nous en Belgique, même si je n'étais qu'un noir foncé comme du bois noir, mais oui qu'importe ma couleur, la tête fonctionne très bien. Ce que je pense des déclarations ci-dessous trouvées dans Jeune Afrique, en réponse à un collègue journaliste à Jeune Afrique, m'inquiètte énormément. Non pas parce que je n'y crois pas un mot, mais en réalité pour déplorer le manque de repères dans le chef de mes compatriotes congolais de la diaspora, dont beaucoup ont perdu pied depuis plusieurs années au pays, et continuent, pour cela, à imaginer leur pays comme il y a vingt ans pour certains voire soixante ans pour d'autres. Comment peut-on croire aux élucubrations d'un Muanda Nsemi si l'on n'est pas soi-même déjà au bout du rouleau, si on n'a pas perdu la tête? De prime abord qui détient la moindre preuve de vie de cet homme, dont certaines sources donnent pour parti dans l'au-delà, car personne ne l'a jamais ni vu ni aperçu depuis sa soi-disant évasion de la prison centrale de Makala? Comment en est-on si naïf, alors même que le pouvoir, d'après les autres sources, pourrait l'utiliser comme un épouvantail afin de ne pas porter sa disparition physique dans sa conscience? En tout cas, je croirai en tout leader d'où qu'il vienne, sauf à ce vendeur d'illusions qu'est Muanda Nsemi, tout simplement parce qu'il n'incarne rien et ne vaut rien sinon un vagabondage politique pareil à celui exactement contre lequel il prétend ou a prétendu lutter.

Quant aux rwandais qui ont choisi la RDC comme leur deuxième nation, et qui y travaillent, je ne vois nullement en quoi sont-ils coupables ou responsables de la bêtise humaine qui a cours dans notre pays. Les consciences raisonnées comprendraient-elles que nous les noirs qui vivons en Belgique, en France, en Allemagne, en Espagne, en Italie, au Portugal, etc. soyons traités colonisateurs, exploiteurs, voleurs, assassins chaque fois qu'un européen de souche aurait perdu la vie, perdu son emploi? L'homme congolais est masochiste voire sadique à dessein. Lecteur de Sartre, cela veut dire que c'est un homme qui refusant de s'assumer, de se culpabliser, porte la responsabilité de ses malheurs sur les autres. Certes Paul Kagamé est affameur du peuple congolais, prenons cela comme ça. Mais en même temps comment ne pas en être tout fier de voir un digne fils africain construire son pays justement avec les richesses prises à son voisin congolais qui ne sait jamais s'en servir, car passant l'essentiel de son temps à bavarder, à ricaner, à danser, à spéculer? Un peuple totalement indigne de ses racines qui ignore tout du sacrifice qui fait justement un peuple, qui le fonde dans le socle de ses valeurs proventuelles et originelles? Regardons Kigali sous Kagamé aujourd'hui, on ne peut que tomber sous le charme. Bien sûr sous le charme. J'ai vu des boxeurs battus KO par Muhammad Ali, mais applaudir leur bourreau. On peut admirer son assassin. Je félicite Kagamé pour tous ses voles commis en RDC. La question est de savoir pourquoi les congolais qui volent aussi n'en font-ils pas autant pour leur pays, même les petites rues et ruelles de leur quartier? Tous ces vulgaires individus qu'on appelle dans Kinshasa et partout ailleurs au pays des "excellences", des "chiefs", des "mopaos mùokonzi" qui ont quelques millions en banque pourquoi n'investissent-ils pas, en demandant l'autorisation du gouvernement, aux réaménagements des voies routières, entre autres ? Kinshasa ressemble aujourd'hui à une poubelle. Et tout ça c'est de la faute à Kagamé? C'est Kagamé qui va jusqu'à donner l'ordre au gouvernement congolais et à ses hommes d'affaires de ne rien entreprendre en RDC, ou parce que tout simplement nous sommes un peuple inutile, futile, indigne, paresseux, sénile et impuissant?

Il y a vingt ans du haut de ma présidence du Cercle des Chercheurs zaïrois de Louvain-La-Neuve (Belgique), que je dirigeais, J'AI TOUJOURS LE TORT D'AVOIR RAISON TROP TÔT AVANT TOUT LE MONDE, j'expliquais dans mes publications les raisons pour lesquelles le changement que prétendait apporter l'AFDL de Mzee Laurent-Désiré Kabila n'était pas le nôtre. Pour y avoir réfléchi différemment, sinon d'y avoir compris très tôt ce que les mêmes protestataires d'aujourd'hui  ne comprenaient pas, eux sont toujours à la traîne, j'avais été traité de mobutiste soit la pure injure faite à un grand révolutionnaire lumumbiste, marxiste, guévariste, sankariste. A l'époque, je parlais d'un pouvoir d'occupation, ce qui me causa beaucoup d'ennuis tant dans mon propre parti politique le FRONT PATRIOTIQUE (dont j'étais le représentant au BENELUX) et qui comptait trois ministres Kinkela, Sondji, Wembo Osako au sein du gouvernement de salut public du Mzee Kabila que dans l'entourage de ce dernier, le monde se souviendra encore du mémorable échange musclé par voie médiatique entre monsieur Sakombi Inongo son piètre conseiller à la communication et ma modeste personne. Pourtant Mzee Kabila n'était pas un occupant. Il s'était servi de l'AFDL pour chasser Mobutu d'abord, et se débarrasser de Kagamé et ses gens ensuite. Malheureusement, on ne lui donna ni les moyens d'y arriver ni le temps de construire sa stratégie, et il fut, grâce à la complicité du peuple immature congolais assassiné dans son palais. J'ai beaucoup pleuré cet homme. Depuis mes larmes ont séché, mais l'amertume toujours aussi grande et la colère vive. Laurent-Désiré Kabila était un grand homme d'Etat, un pure révolutionnaire, qui n'avait pas peur de la contradiction. La preuve en a été qu'en dépit de mes articles incendiaires contre la politique qu'il menait à l'époque où il fit la part trop belle aux vaincus, les mobutistes donc, il exprima au Camarade Kinkela Vi Kansy le vœu de me voir revenir au pays occuper un grand poste dans son entourage pour l'aider à se débarrasser des envahisseurs comme il le disait au grand dam de ses anciens alliers. Malheureusement, alors que je m'apprêtais à envisager une étude pour le rejoindre, il fut brutalement abattu par les ennemis du Congo-Kinshasa, qui n'étaient pas qu'étrangers, mais congolais de souche également. J'ai évidemment et du reste une pensée pour mon ami de banc universitaire le colonel Eddy Kapend qui croupit toujours en prison, alors même que j'ai du mal à croire sur sa culpabilité avérée dans le meurtre du grand Camarade Mzee Laurent-Désiré KABILA de toute notre estime.

Antoine-Dover OSONGO-LUKADI

Habilité de philosophie

Professeur des Universités

Membre des Sociétés Savantes aux USA&Canada

Lire la suite